World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Centre de presse / Nouvelles / Père Alexi – un artisan de paix en Syrie

Père Alexi – un artisan de paix en Syrie

Père Alexi – un artisan de paix en Syrie

L’archimandrite Alexi Chehadeh. Photo: Marianne Ejdersten/COE

21 décembre 2018

Version française publiée le: 21 décembre 2018

Par Marianne Ejdersten*

Le département des nouvelles du COE s’est entretenu avec l’archimandrite Alexi Chehadeh, responsable du département des relations œcuméniques et de développement (DERD) du Patriarcat orthodoxe grec d’Antioche et de tout l’Orient (GOPA) à Damas, en Syrie. Le père Alexi est un modèle et un pacificateur remarquable.

Nous avons abordé la situation de crise en Syrie et les différents enjeux auxquels le personnel humanitaire doit faire face là-bas. Son organisation, le DERD, est l’ONG indépendante locale la plus importante du pays. Il nous fait part de sa ferveur pour tenter d’acheminer l’aide humanitaire aux personnes de toutes confessions, malgré la situation particulièrement vulnérable des chrétien-ne-s dans un pays où l’État islamique les a abominablement crucifié-e-s.

L’entretien s’est déroulé au Cumberland Lodge au Royaume-Uni à l’occasion de la Conférence mondiale sur les droits de la personne, sous le thème: «Vers une coexistence pacifique au Moyen-Orient: défis et opportunités.» La conférence était organisée par la Conférence des Églises européennes (CEE), le Rassemblement des Églises de Grande-Bretagne et d’Irlande (Churches Together in Britain and Ireland) et le Cumberland Lodge.

Les participant-e-s à la conférence ont parlé de la diversité culturelle et religieuse comme source de richesse. Les observations et les réflexions se sont concentrées sur la pluralité religieuse au Moyen-Orient en adoptant une perspective interne et externe à la région, ainsi que sur les défis et les opportunités en Syrie, en Irak, au Liban et en Égypte.

Le père Alexi a présenté la situation qui prévaut en Syrie actuellement et les principaux enjeux au cœur de ses activités humanitaires et de développement. Les sept années passées sous les bombes et les balles ont laissé des milliers de familles sans toit et traumatisées. Elles ont besoin de nourriture, d’un abri et de soins médicaux de toute urgence. Les nombreuses années de combats ont semé la mort et la destruction dans ce pays qui compte 22 millions de Syriennes et de Syriens et 13,5 millions de personnes ayant besoin d’aide humanitaire, dont plus de 6 millions sont des déplacées internes. Par ailleurs, 5 millions de personnes ont fui, cherchant refuge dans les pays voisins et au-delà.

Le conflit en Syrie a également laissé de nombreux enfants et jeunes sans instruction. La plupart d’entre eux sont trop jeunes pour se souvenir de la vie avant la guerre. À l’intérieur des frontières, 1,75 million d’enfants sont actuellement déscolarisés. Quant aux enfants qui ont pu rejoindre les bancs de l’école, ils font face à un risque de décrochage scolaire en forte hausse.

Le DERD a été fondé en 1994 par la grâce du patriarche Ignatius IV (Hazim). En 2012, le patriarche John X (Yaziji) a poursuivi cette mission et a nommé le père Alexi comme nouveau directeur de l’organisation en septembre 2015. Sur les traces du bon samaritain, le DERD est au service de l’autre, quelle que soit sa religion, son origine ethnique ou sa couleur de peau, offrant de la compassion et tendant une main à celles et ceux qui en ont besoin, au nom de leur humanité.

Pourquoi avez-vous rejoint le centre en 2015?

Père Alexi: J’ai été appelé par S.E. John X pour poursuivre cette mission en tant que responsable du département fin septembre. Je suis retourné en Syrie après avoir passé près de vingt ans en Allemagne. C’est avec une grande humilité que je suis allé servir à Damas. J’ai rejoint l’équipe à un moment crucial, alors que le pays était à feu et à sang. Nous devons croire et avoir confiance dans ce que nous faisons. Nous avons besoin de la grâce de Dieu pour mener à bien cette tâche ainsi que du soutien et de la bénédiction du patriarche John, le père spirituel du DERD.

Quel but poursuit le DERD-GOPA?

Père Alexi: Forts de nos 44 bureaux disséminés dans toute la Syrie, 38 centres communautaires, 1 600 membres du personnel à temps plein ou partiel et 22 partenaires internationaux, nous cherchons à apporter de l’aide à celles et ceux qui en ont le plus besoin. Nous essayons de veiller à ce que tous nos efforts tendent à offrir un service équitable à plus de 2,5 millions de bénéficiaires chaque année, alors que nous tentons d’insuffler un esprit d’humanité, de justice, de tranquillité et de paix au sein des communautés auprès desquelles nous intervenons.

Nous croyons également en la collaboration. Nous jetons des ponts entre différents groupes de la société civile afin d’atteindre un plus grand nombre de personnes touchées et dans le besoin.

Comment venez-vous en aide aux personnes syriennes?

Père Alexi: Le DERD-GOPA a travaillé inlassablement pour venir en aide aux personnes syriennes dès le début, tout d’abord en dispensant des soins au travers de différents programmes, notamment dans le domaine de l’éducation, de la formation professionnelle, des services WASH (eau, assainissement et hygiène), du refuge, de l’aide psychosociale, de la santé et bien d’autres.

Depuis le début de la crise syrienne, le DERD-GOPA a déployé des programmes de réponse d’urgence et rapide, des programmes de redressement précoce ainsi que des programmes relatifs aux moyens de subsistance et au développement durable. Le département a recruté du personnel pour répondre aux besoins des personnes touchées, à savoir les personnes vulnérables, déplacées, en situation de handicap et rapatriées. Le principal objectif de ces programmes est d’offrir des services à tous les membres d’une famille, en tenant compte de l’importance de répondre autant que possible à l’ensemble de leurs besoins.

Comment les autres peuvent-ils vous aider?

Père Alexi: La population syrienne dans les régions libérées et difficiles d’accès a grand besoin d’une aide humanitaire.  Ces personnes ont en tout cas besoin de services de base, de moyens de subsistance et de services médicaux, afin de pouvoir rester dans leurs communautés locales. Il est essentiel que ces personnes puissent reprendre le cours de leur vie quotidienne. Elles ont besoin d’aide sous différentes formes pour jeter les bases d’une nouvelle vie dans leur propre pays. Elles ont besoin d’une aide financière et de l’accès à l’éducation. Nous sommes également à la recherche de partenaires d’inspiration religieuse du monde entier. C’est important de compter sur des partenaires d’inspiration religieuse!

Nous avons besoin de l’aide du mouvement œcuménique pour accroître la sensibilisation. Les médias traditionnels ne couvrent plus cette actualité et bien souvent, ils ne reflètent ni ne transmettent tous les messages. En Syrie, 75 % de la population, soit 13,5 millions de personnes parmi les 18 millions restantes, ont toujours besoin d’aide de toute urgence et vivent sous le seuil de pauvreté. Parmi ces personnes, 6,5 millions sont déplacées internes. Nous devons parler de la situation et dégager une solution pacifique dans le pays. Les personnes déplacées et réfugiées devraient pouvoir revenir chez elles. La situation actuelle doit cesser et nous devons réussir à attiser la volonté de se réconcilier et de guérir ensemble.

Quelles sont les réussites majeures?

Père Alexi: Plusieurs régions de Syrie ont été libérées. La guerre est finie, même si nous n’avons pas de traité de paix en vigueur. Les combats ont beau avoir cessé, comme je l’ai dit, l’équipe du DERD-GOPA vient en aide à plus de 2,5 millions de bénéficiaires chaque année. Nous sommes en mesure de faire la différence dans leur vie. Ces personnes ont besoin d’emprunter une nouvelle route pour se construire un nouvel avenir. Le sourire d’un enfant, les familles devant leur maison reconstruite, une mère qui vient en aide à une personne âgée de sa famille, des personnes qui s’unissent et s’adaptent à leur communauté locale en tissant une cohésion sociale – autant d’indicateurs de l’importance de ce travail. C’est une bénédiction tant pour moi que pour mon équipe de 1 600 volontaires.

Que pourrait faire le COE pour vous venir en aide?

Père Alexi: Nous sommes très bien représentés dans les travaux du COE. Nous rendons grâce pour l’aide qui nous vient des Églises du monde entier. Nous avons besoin des uns des autres, surtout en ce moment. Veuillez continuer à prier pour nous et à nous accompagner. Il serait très important de recevoir la visite d’une délégation du COE accompagnée de membres de sa direction en 2019, afin de faire preuve d’unité visible et d’union entre les chrétiennes et les chrétiens. J’espère également recevoir la visite d’Églises sœurs et de partenaires. Il serait si important pour notre peuple de recevoir une visite!

Que souhaitez-vous pour Noël?

Père Alexi: Je prie pour une solution pacifique en Syrie. La population syrienne a besoin de paix et doit pouvoir rentrer chez elle. Quant à nos travaux, je souhaite récolter davantage de fonds afin d’offrir des cadeaux de Noël aux enfants. Ils doivent pouvoir retrouver leur âme d’enfants au cœur de la tourmente.

Un dernier mot pour nos lecteurs et lectrices…

Père Alexi: J’aimerais remercier toutes les organisations et les Églises du monde entier de nous avoir apporté leur aide en ressources et en prières en cette période si difficile, et j’en appelle à toutes les personnes de bonne volonté de nous garder dans leur cœur, leur esprit et leurs prières, dans leur soutien et leur accompagnement.

Veuillez continuer à nous soutenir! Nous avons plus que jamais besoin de vous. Je vous souhaite à tous et à toutes un très joyeux Noël et une heureuse nouvelle année. C’est une période d’inspiration, de réconciliation, celle de Jésus venu en Sauveur pour nous sauver et nous réconcilier. Nous croyons en la réconciliation. Nous vous souhaitons une heureuse nouvelle année, car nous nous aimons les un-e-s les autres, et lorsque nous nous aimons les un-e-s les autres, nous pardonnons. Tous mes vœux de réussite, également. En cette ère de la mondialisation, nous ne cessons de dire que le monde est un village grâce aux médias sociaux. Cela veut également dire que nous vivons en voisin-e-s, et nous devons prendre soin des un-e-s des autres et être là les un-e-s pour les autres. Dieu nous a demandé de prendre soin des un-e-s des autres et d’être là les un-e-s pour les autres.

L’entretien a eu lieu dans le hall d’entrée du Cumberland Lodge, au pied du sapin de Noël. D’autres personnes se sont jointes à nous lors de la conversation. Elles ont écouté avec admiration le travail abattu par le père Alexi et son équipe en pleine guerre syrienne. Alors que je lui demandais s’il y avait lieu de craindre pour leur sécurité en rendant leur travail public, il a répondu dans un sourire humble: «Non, je ne crains aucune réaction. Nous sommes bien préparé-e-s et béni-e-s par Dieu. Nous avons besoin de plus de visibilité. S’il vous plait, partagez le travail que nous faisons!»

Nous souhaitons au père Alexi et à toute son équipe un joyeux Noël et une sainte nouvelle année 2019. Prions ensemble pour la paix en Syrie et le reste du monde. Nous sommes tous et toutes des artisans de paix.

Marianne Ejdersten, directrice de la Communication du COE

Dons de Noël

Si vous souhaitez offrir un cadeau de Noël aux enfants syriens, veuillez faire un don sur ce site internet

Site internet

DERD-GOPA

Comptes à suivre sur les médias sociaux

Twitter

Facebook

YouTube

«Ce qui compte, c’est que nous obtenions la paix en Syrie», déclare l’envoyé spécial de l’ONU (communiqué de presse du COE du 13 décembre 2018)

*Marianne Ejdersten est la directrice de la Communication du Conseil œcuménique des Églises.