World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Centre de presse / Nouvelles / Les chefs religieux arabes créent la première plate-forme pour la cohésion sociale

Les chefs religieux arabes créent la première plate-forme pour la cohésion sociale

Les chefs religieux arabes créent la première plate-forme pour la cohésion sociale

Discours d'ouverture de Sa Toute-Sainteté le patriarche œcuménique Bartholomée Ier. Photo: Marianne Ejdersten/COE

26 février 2018

Version française publiée le: 01 mars 2018

Un «Dialogue interreligieux pour la paix, promouvant la coexistence pacifique et la citoyenneté commune», tenu à Vienne, le 26 février dernier, crée pour la première fois un plan d’action commune par lequel les chefs religieux arabes ouvrent la voie pour réparer les divisions créées par les extrémistes et reconstruire la cohésion sociale et la citoyenneté commune dans la région arabe.

La plateforme sera la première du genre pour les responsables des communautés chrétiennes et musulmanes de la région, un espace où ils pourront coopérer pour promouvoir conjointement l’intérêt de toutes et tous dans la région. Les chefs religieux et les responsables politiques considèrent cette institution comme essentielle, l’absence d’une telle plate-forme étant comme un obstacle à un dialogue durable entre les religions.

Plus de 200 chefs religieux, responsables politiques, universitaires et représentants d’organisations internationales et de la société civile participent à la conférence, notamment des responsables du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, de la Ligue islamique mondiale et de l'Église évangélique en Égypte.

La conférence est organisée par le Centre de dialogue international (KAICIID) basé à Vienne et elle représente une étape importante dans le programme du KAICIID pour promouvoir la cohésion sociale et la coexistence pacifique dans la région arabe.

Le patriarche œcuménique prononce le discours d’ouverture

Dans son discours d’ouverture, le patriarche œcuménique Sa Toute-Sainteté Bartholomée Ier a présenté des salutations et a remercié les personnes qui sont venues de loin pour cet effort historique et important. «C’est une joie extraordinaire pour nous d'être en présence de tant de travailleurs infatigables de la paix, qui ont voyagé jusqu'à Vienne pour prendre part, cette semaine, à cette conférence et agir face aux menaces grandissantes qui portent atteinte à la dignité humaine, à la compréhension, à l'ouverture et à la paix dans le monde d'aujourd'hui», a-t-il déclaré. «Que le travail que nous accomplissons ici porte du fruit en ces temps confus et difficiles de notre histoire.»

En dépit d'une lutte pour les droits humains depuis plusieurs décennies, de nombreux gouvernements dans le monde continuent d'adopter des lois discriminatoires et ont recours à la force pour réprimer et refuser la liberté de religion ou de conviction à leurs citoyens, a poursuivi Bartholomée Ier.

«Au cours des dernières années, le pourcentage de pays présentant des niveaux élevés ou très élevés d'hostilités sociales contre des groupes religieux minoritaires a augmenté de manière régulière dans le monde entier», a-t-il poursuivi. «Les conditions dans de nombreuses régions du monde sont loin d’être idéales.»

La contribution des religions pour surmonter cette crise d'ampleur mondiale est essentielle, a-t-il conclu.

«L'amour dépasse les capacités humaines. C’est un don de Dieu», a-t-il précisé. «Par conséquent, nous croyons fermement qu'y parvenir exigera beaucoup plus que notre réaction spontanée humaine. Cela requiert beaucoup plus que notre simple volonté de suivre l’invitation de Dieu. Cela implique une réponse permanente et continue, un engagement par la foi, la prière et le combat spirituel; en d’autres termes, par la religion.»

L’événement a également reçu les déclarations liminaires de S.E. Faisal Bin Abdulrahman Bin Muaammar, secrétaire général du KAICIID; S.E. Michael Linhart, secrétaire général des Affaires étrangères de la République d’Autriche; S.E. Nizar Madani, ministre d’État des Affaires étrangères du Royaume d’Arabie saoudite; S.E. Belén Alfaro, ambassadrice itinérante de l’Alliance des civilisations et du Dialogue interreligieux; et Son Éminence le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux.

Dialogue interreligieux pour la paix, promouvant la coexistence pacifique et la citoyenneté commune (Retransmission en direct)

Activités du COE visant à renforcer le respect et la confiance entre les religions