Image
Fridays for Future march in Glasgow

Participants à la marche "Fridays for Future" à Glasgow, au Royaume-Uni, pendant le sommet des Nations Unies sur le climat, la COP26, le 5 novembre 2021. 

Photo:

Dans son discours d'ouverture, Dr Agnes Abuom, modératrice du Comité central du COE, a déclaré que les personnes réunies pouvaient célébrer la bonté du Dieu vivant. 

"En tant que membres du comité exécutif du COE, nous nous réunissons après une longue période de bouleversements pour l'humanité tout entière et notamment pour la communauté fraternelle du COE et ses Églises membres", a-t-elle déclaré. "Ce qui est frappant, c'est que la COVID-19 n'est pas seulement une affaire de luttes mais aussi un signal d'alarme pour la communauté internationale qui doit réfléchir à la manière dont nous voulons et devons faire avancer le programme de développement au niveau mondial."

Nous avons la possibilité d’impulser des changements positifs pour le bien de l'humanité, a déclaré Mme Abuom. "Une pandémie a frappé un monde qui n'y était pas préparé", a-t-elle dit. "Sur quelles tendances et opportunités le mouvement pour le développement au niveau mondial et la fraternité peuvent s’appuyer tout en réimaginant l'avenir ?"

La pandémie a fait naître un nouveau sentiment de solidarité communautaire, a ajouté Mme Abuom. 

"Les pandémies sont l'une des nombreuses préoccupations au niveau mondial qui exigent une action collective", a-t-elle déclaré. "À bien des égards, COVID-19 a été un signal d'alarme pour la collaboration internationale".

Le changement climatique est une question de sécurité mondiale de premier ordre et la réponse à apporter doit être à la hauteur, a insisté M. Abuom. 
Dans son rapport liminaire, le secrétaire général par intérim du COE, le père prof. Ioan Sauca, a déclaré qu'il pensait que la réunion du comité exécutif du COE, qui a duré près d'une semaine, consoliderait le discernement et la prise de décision du COE. "J’exprime ma reconnaissance à l’égard de la direction du Comité central et des membres du comité exécutif pour l'accompagnement et le dévouement dont ils ont fait preuve."

Le père Sauca a également indiqué que le COE était entré dans une nouvelle phase de travail dans le cadre de la pandémie. "Les choses bougent à nouveau", a-t-il déclaré. "Nous avons recommencé à voyager pour des réunions présentielles".

Mais même si les choses reprennent leur cours normal, le monde a changé, a-t-il ajouté. "Nos manières de travailler sont différentes", a-t-il dit. "Nous devons continuer à nous protéger mutuellement et à protéger les personnes que nous rencontrons".

M. Sauca a souligné que l'urgence climatique est l'un des problèmes les plus urgents auxquels le monde est confronté aujourd'hui. "Je prie pour qu'au-delà de la prochaine assemblée, notre pèlerinage se poursuive en réponse à l'amour inconditionnel de Dieu pour toute la création et pour que l'amour et la compassion du Christ inspirent le témoignage commun des Églises en faveur de la réconciliation et de l'unité", a-t-il conclu.

Le Comité exécutif du COE tiendra sa première réunion présentielle depuis deux ans (communiqué de presse du COE, 12 novembre 2021)

En savoir plus sur la 11ème Assemblée du COE

Ressources du COE sur la pandémie de COVID-19

Comité exécutif du COE