Une communauté juste de femmes et d’hommes

Édifier des communautés justes de femmes et d’hommes est une priorité dans toutes les activités du COE au moment où celui-ci entame un Pèlerinage de justice et de paix. Les expériences, les points de vue et la participation des femmes comme des hommes sont autant nécessaires les uns que les autres au renouveau transformationnel de l’Église et de la société.

Donate

Les expériences, les points de vue et la participation des femmes comme des hommes sont autant nécessaires les uns que les autres au renouveau transformationnel de l’Église et de la société. Des relations hommes-femmes justes nous sont essentielles pour faire face aux changements climatiques, construire une économie de la vie et œuvrer en faveur de la paix juste et de la dignité humaine.

La formation théologique œcuménique et la formation des responsables sont essentielles à ce processus. Il s’agit de réfléchir à ce que la justice et la paix impliquent pour les femmes et pour les hommes vivant des situations déshumanisantes: victimes de guerres, de génocides ou d’actes généraux d’intolérance religieuse; victimes du système des castes et de l’injustice raciale; réfugié-e-s; femmes victimes de la traite et de violences sexuelles…

L’édification de communautés justes pour les femmes et pour les hommes est devenue une priorité du Conseil œcuménique des Églises (COE) lorsqu’il a entamé un Pèlerinage de justice et de paix répondant à l’appel de sa 10e Assemblée en 2013. Dans son rapport sur les activités de programme, l’Assemblée a reconnu que les questions qui divisent les Églises, telles que le genre, avaient leur place au COE, dans la mesure où celui-ci peut faire office «d’espace protégé où il est possible d’ouvrir le dialogue et de pratiquer le discernement moral au sujet des problèmes auxquels les Églises sont confrontées». Cette approche transversale, valable pour tous les programmes du COE, encourage l’édification d’une culture de justice et de paix sans violence ni discrimination à l’égard des femmes dans l’Église et la société.

Cette priorité ne date pas d’hier: depuis sa création en 1948, le COE défend les droits des femmes en collaboration étroite avec des partenaires religieux et de la société civile du monde entier. En 1953, il a lancé le programme «Femmes dans l’Église et la société» en annonçant que le renouveau d’une vie digne après la Seconde Guerre mondiale n’était possible que si les femmes participaient de manière active à toutes les initiatives de justice et de paix menées par les Églises dans la société.

De nos jours, les efforts se concentrent toujours sur les femmes, et les activités s’étendent au-delà des différences entre les sexes. C’est le collectif qui rend les changements possibles, et c’est en œuvrant ensemble que la violence et la discrimination disparaîtront.

Les formations du COE donnent aux croyantes les moyens d’utiliser les outils proposés par les Nations Unies pour défendre les droits des femmes et la cause de la justice hommes-femmes. Leur voix se renforce grâce aux liens qui se créent entre les organisations de femmes chrétiennes et les organisations participant aux sessions annuelles de la Commission des Nations Unies sur la condition de la femme.

Un Groupe consultatif sur les questions de genre, réunissant des représentantes et représentants d’Églises membres, a été mis en place pour élaborer une politique relative à la justice de genre pour le COE et pour conseiller le secrétaire général sur les questions de genre.

Les travaux sur des masculinités transformatrices se poursuivent, en collaboration notamment avec le programme Initiatives et plaidoyer œcuméniques pour la lutte contre le VIH/sida (EHAIA).

Les visites d’équipes féminines de pèlerinage nous ont aidés à mieux comprendre les problèmes auxquels sont confrontées les femmes en situation de conflit et à discerner de meilleurs moyens de les accompagner et de défendre leurs droits et leur dignité humaine.

Le programme travaille avec des Églises membres, des organisations œcuméniques régionales et des réseaux affiliés pour assurer, selon les demandes, un soutien, une défense des causes et des formations. Ses méthodes théologiques ou fondées sur l’étude biblique offrent un espace propice à la conversation et à l’adoption de mesures décisives en vue d’éliminer les violences sexuelles et sexistes. Le COE encourage l’inscription de la justice de genre dans les cursus des facultés et des séminaires de théologie.

Nous espérons qu’une base de données mondiale des documents existants permettant de combattre la violence sera bientôt mise à la disposition des Églises, des organisations d’inspiration religieuse et de la société civile.

Il existe de nombreuses manières de vous engager:

  • Rejoignez les Jeudis en noir, un mouvement en faveur d’un monde sans viol ni violence qui prend de l’ampleur. [Special content block]Montrez votre détermination à faire disparaître le viol et la violence et manifestez votre solidarité en rendant hommage aux femmes qui résistent à la culture de l’injustice et de la violence. Cette campagne est simple mais profonde: tous les jeudis, portez des vêtements noirs. Portez un badge pour montrer que vous faites partie du mouvement mondial qui s’érige contre les attitudes et les pratiques autorisant le viol et la violence. Encouragez les autres à vous rejoindre.
  • L’étape suivante consiste à évaluer votre contexte pour déterminer s’il existe des cas d’inégalité ou des actes de violence déclarés qui exigent votre intervention. Trouvez des moyens de devenir un vecteur de transformation (vous ou l’une de vos connaissances).
  • Partagez ce que vous entreprenez pour encourager des masculinités transforma-trices ou pour faire cesser les violences sexuelles et sexistes dans votre contexte. Invitez le COE à prendre part à vos formations ou à vos actions de promotion.
  • Renseignez-vous sur les violences sexuelles et sexistes, sur la traite des êtres humains, sur les masculinités transformatrices et sur les initiatives pour obtenir des changements dans votre contexte. Partagez ce que vous apprenez. Recherchez les coordonnées d’un foyer ou d’une organisation d’inspiration religieuse qui vient en aide aux victimes et aux survivantes d’actes de violence.
  • Rédigez un article, un billet de blog ou une prière pour le jeu d’outils du COE sur les Jeudis en noir, ou racontez comment vous avez utilisé un des outils proposés.
Jeudis en noir

Vers un monde sans viol ni violence

Pasteure Nicole Ashwood

Responsable du programme Une communauté juste pour les femmes et pour les hommes

Nicole.Ashwood@wcc-coe.org

+41 22 791 6037