Formation théologique oecuménique

La formation théologique œcuménique dans toutes les régions du monde est essentielle pour l’avenir du mouvement œcuménique, afin que les Églises puissent se rapprocher les unes des autres.

La formation théologique œcuménique dans toutes les régions du monde est essentielle pour l’avenir du mouvement œcuménique, afin que les Églises puissent se rapprocher les unes des autres. Le COE et ses partenaires aident à créer dans le monde entier des réseaux d’établissements de théologie œcuménique permettant d’analyser et d’apprécier la richesse du christianisme dans divers contextes. Les activités du projet de Formation théologique œcuménique offrent la possibilité de mettre en avant l’esprit œcuménique des responsables des Églises. Elles permettent de faire un pas vers un accès égal à la formation œcuménique pour toute personne souhaitant être au service des Églises.

Le mandat spécifique de la formation théologique œcuménique est d’entretenir la vitalité de la vision œcuménique – que tous soient un – manifestée dans la foi, la communion, le témoignage et le service. Il s’agit d’un aspect important compte tenu des tendances au repli sur soi et au confessionnalisme qui prennent le pas dans de nombreux établissements théologiques. 

Le développement des capacités des responsables de la théologie œcuménique est donc un élément clé du programme dans la mesure où il permet de favoriser le perfectionnement des enseignants et enseignantes et de mettre en avant de nouveaux modèles de formation théologique, par l’apprentissage et la participation à des réunions œcuméniques internationales, ainsi que des projets d’enseignement théologique ciblés dans les régions.

Le Réseau des institutions d’enseignement théologique œcuménique supérieur a été créé en mai 2016 par le Groupe de travail sur les réseaux de la Commission sur l’éducation et la formation œcuméniques du COE, en réponse aux défis changeants du paysage religieux et éducatif. Il offre un espace aux institutions œcuméniques et aux éducateurs pour réfléchir à nouveau sur ce que doit être l’œcuménisme. 

L’accompagnement des associations et établissements régionaux d’enseignement théologique en Afrique, en Asie, en Europe centrale et en Amérique latine est central pour la compréhension des grands mouvements dans ce domaine. Les associations régionales offrent un espace d’échanges thématiques entre les institutions et les enseignants en théologie et récoltent les principaux sujets de débat et les développements les plus récents. Le projet participe également aux réunions des Forums mondiaux des formateurs en théologie, initiés en 2016.

Le dialogue avec les Églises, institutions et associations évangéliques, indépendantes et pentecôtistes sur l’enseignement théologique est une activité transversale et un engagement du projet. Nous dialoguons en permanence avec les réseaux évangéliques/pentecôtistes en lançant des invitations à des réunions et événements, et en participant à des conférences organisées par ces partenaires. Une série de dialogues a eu lieu, dont un dialogue sur la migration et l’éducation théologique en 2014 et sur la radicalisation religieuse et l’éducation théologique en 2016.

Il existe également un soutien pour les initiatives innovantes, qui favorisent l’apprentissage œcuménique entre chrétiens évangéliques et œcuméniques. La collaboration avec l’Institut œcuménique de théologie Al Mowafaqa de Rabat, au Maroc, un institut dispensant un enseignement et une formation théologiques aux étudiants chrétiens à orientation principalement évangélique, dans un contexte majoritairement musulman, illustre cet engagement.

Les Instituts œcuméniques mondiaux de théologie organisés en 2013 (Busan, Corée du Sud) et 2018 (Arusha, Tanzanie) offrent un nouveau modèle pour une nouvelle génération de théologiens. Le Réseau œcuménique d’autonomisation des femmes panafricaines lancé en 2015 offre un développement des capacités de leadership à un public vital pour le mouvement œcuménique. Ce réseau de femmes d’ascendance africaine favorise leur participation et leur contribution au mouvement œcuménique.

Grâce à un programme de mentorat lancé en 2017, des théologiennes asiatiques et africaines ont entamé un processus international de réflexion pour aider les jeunes théologiennes dans leur progression dans le monde universitaire, l’Église et la société. L’élaboration de programmes d’études et une aide à l’enseignement taillée sur mesure, ainsi que des conférences conjointes avec des partenaires œcuméniques, comme le processus de consultation sur la réforme, l’éducation et la transformation au Brésil et en Allemagne (2015 et 2016) sont d’autres exemples de travaux dans ce domaine.

Les projets régionaux soutiennent le développement du corps enseignant de deux manières:

  1. Contributions financières aux organisations œcuméniques régionales, aux conseils nationaux d’Églises et aux associations régionales d’éducation théologique en Afrique, en Asie, en Europe centrale et orientale, en Amérique latine et dans le Pacifique.
  2. Des activités, événements et programmes d’enseignement théologique œcuménique, ainsi qu’un soutien pluriannuel, sont fournis pour renforcer le travail de ces partenaires. Cet engagement est illustré par le développement du corps professoral pour les doctorants/post-doctorants des partenaires régionaux de formation théologique œcuménique. Un exemple de cet engagement est le Fonds de dotation théologique Sarah Chakko créé pour marquer la fin de la Décennie œcuménique des Églises solidaires des femmes (1988-1998). Il est dédié aux femmes, en particulier d’Asie, qu’elles soient laïques ou ordonnées, pour leur permettre de s’inscrire à des programmes d’éducation théologique allant de cours de courte durée à des programmes de doctorat dans diverses institutions du monde.

Institut mondial de théologie œcuménique (GETI)

L’Institut mondial de théologie œcuménique (GETI) 2022 se déroulera en deux phases – une phase en ligne et une phase en présentiel. Il aura pour thème «L’amour du Christ déplace et supprime les frontières». Le GETI 2022 constituera le troisième programme de formation œcuménique mondial proposé par le COE en marge de l’un de ses plus importants événements œcuméniques, après le premier GETI organisé lors de la 10e Assemblée en 2013 à Busan, en Corée du Sud, et le GETI 2018 qui accompagnait la Conférence mondiale sur la mission et l’évangélisation d’Arusha, en Tanzanie. 

La participation de jeunes théologiens de divers pays et traditions ecclésiales a suscité un regain d’intérêt pour une formation théologique par l’expérience et d’engagement au sein du mouvement œcuménique. Le GETI 2022 cherchera à s’appuyer sur les expériences précédentes, à insuffler le dynamisme de la réflexion théologique et à encourager les jeunes à devenir des ambassadrices et ambassadeurs avisés et engagés de l’œcuménisme dans leur contexte local et régional, ainsi qu’à l’échelle mondiale.

Le GETI 2022 est un événement de formation théologique œcuménique qui attirera environ 200 jeunes théologiens et éducateurs œcuméniques issus d’un large éventail de traditions chrétiennes et des huit régions du COE. Ils discuteront ensemble des thèmes essentiels de notre époque. La phase en ligne aura lieu du 25 juillet au 20 août 2022. La phase en présentiel se déroulera au BWGV Akademiehotel de Karlsruhe, en Allemagne, du 28 août au 9 septembre 2022, dans le cadre de la 11e Assemblée du COE. Les étudiants admis à l’Institut œcuménique de Bossey pour l’année universitaire 2022-2023 seront automatiquement inscrits au programme.

Les deux phases de réflexion en plénière du GETI sur le thème «L’amour du Christ déplace et supprime les frontières» conduiront à l’exploration des six thèmes suivants: 

  • Guérir les mémoires: Se souvenir des blessures passées et présentes à la frontière et les transformer (parcours historique-théologique)
  • Kairos pour la création: Transcender les frontières de l’anthropocentrisme pour affirmer toute la communauté de vie (parcours éco-théologique)
  • Témoignage depuis la périphérie: Entrer en lien avec ceux qui se trouvent à la frontière et leur garder une place (parcours pratico-diaconal)
  • Aller vers la pluralité: Dialoguer avec les communautés au-delà des frontières (parcours interculturel-interreligieux)
  • Politique des corps: Corps, santé et guérison ; déraciner les systèmes qui détériorent les corps à la frontière (parcours relations justes)
  • Quatrième révolution industrielle et IA: L’identité humaine dans le contexte de la dématérialisation mondiale (plénière spéciale) 

Le mercredi 7 septembre 2022 aura lieu une lecture publique intitulée «GETI Goes Public» à laquelle 100 invités d’établissements universitaires allemands seront conviés.

 

Apply for GETI 2022

Applications open for Global Ecumenical Theological Institute 2022

Bref historique du GETI 

L’Institut mondial de théologie œcuménique (GETI) a été organisé pour la première fois lors de la 10e Assemblée du COE à Busan (Corée du Sud) à l’initiative du programme COE-FTO. En 2018, un autre GETI s’est tenu en parallèle de la Conférence sur la mission d’Arusha (Tanzanie). 

Rétrospectivement, on peut considérer qu’un embryon de GETI est né pendant l’Assemblée de l’Alliance réformée mondiale (désormais CMER) à Accra (Ghana). Les frémissements d’Accra ont été portés jusqu’à la 9e Assemblée du COE à Porto Alegre (Brésil), en 2006, où un rassemblement de jeunes théologiens a eu lieu, mais ne portait pas encore le nom de GETI. Au fil des ans, les instituts œcuméniques sont devenus un élément de la CMER grâce à son Institut mondial de théologie. Les organisations œcuméniques régionales organisent elles aussi régulièrement des instituts œcuméniques lors de leurs Assemblées. C’est dans cet esprit qu’en 2017, le GETI 17 axé sur l’Europe s’est tenu en Allemagne.

Le GETI rassemble de jeunes théologiens et éducateurs œcuméniques issus d’un large éventail de traditions chrétiennes et des huit régions du COE. Ils discutent ensemble de thèmes théologiques essentiels de notre époque.

L’objectif du GETI est de permettre aux participants:

- de renforcer leurs connaissances des thèmes œcuméniques locaux et mondiaux actuels;
- de nouer le dialogue autour de problématiques passées, présentes et futures dans le discours œcuménique;
- d’utiliser des approches interdisciplinaires pour les études œcuméniques;
- d’exprimer une théologie œcuménique éclairée sur le plan théologique et ancrée dans un contexte;
- de chercher des solutions constructives aux problèmes dans un contexte religieux et social en pleine évolution.