Affichage de 1 - 20 de 28

Déclaration du Comité central du COE sur la guerre en Ukraine: «La guerre, avec les tueries et toutes les conséquences funestes qu’elle entraîne, est incompatible avec la nature même de Dieu»

Déplorant la guerre illégale et injustifiable «infligée au peuple et à l’État souverain d’Ukraine», le Comité central du COE s’est lamenté du «bilan effroyable qui va en s’aggravant: la mort, la destruction et le déplacement des populations; la destruction des relations et un antagonisme de plus en plus profond entre les peuples de la région; les confrontations qui s’enveniment à travers le monde; le risque accru de famine dans les régions du monde touchées par l’insécurité alimentaire; ainsi que les difficultés économiques et l’exacerbation de l’instabilité sociale et politique dans de nombreux pays».

Père prof. Ioan Sauca : "Dieu est du côté de ceux qui souffrent"

Le Conseil œcuménique des Églises (COE) a, depuis le premier jour de la guerre en Ukraine et même dans les mois précédents, travaillé et prié sincèrement pour une solution pacifique au conflit et dans le monde entier. Dès le début, le COE a appelé à la fin immédiate des hostilités armées, à l'arrêt de la guerre et a également lancé un appel pour que cessent immédiatement les attaques aveugles et leurs répercussions sur les civils en Ukraine. Nouvelles du COE a rencontré en ligne le père prof. Ioan Sauca, secrétaire général par intérim du COE, afin d'obtenir les dernières informations sur le travail du COE.

Le COE horrifié par les atrocités commises en Ukraine

Après avoir entendu des informations plus précises faisant état de graves violations du droit international en Ukraine, le secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises, le père prof. Ioan Sauca, s’est dit horrifié par ces atrocités et appelle à ouvrir une enquête approfondie.

Les églises locales en première ligne pour aider 10 millions d’Ukrainien-ne-s déplacé-e-s, selon le COE et l’Alliance ACT

À l’occasion d’une conférence de presse le 22 mars, une délégation du Conseil œcuménique des Églises (COE) et de l’Alliance ACT a partagé ses observations après un récent voyage en Hongrie, en Roumanie et en Ukraine, où ses membres ont été personnellement témoins des besoins humanitaires urgents et de la réaction vigoureuse de l’Église.

Les Églises répondent aux besoins humanitaires croissants en Ukraine et dans les pays frontaliers

Accueillir des réfugiés, fournir de la nourriture, aider dans les hôpitaux et faire sonner les cloches des églises en guise d'avertissement lorsque les bombardements commencent - voilà quelques-unes des nombreuses façons dont les églises réagissent en Ukraine et dans les pays voisins alors que la guerre se poursuit. Plus de deux millions de personnes ont quitté l'Ukraine et les estimations des groupes de secours montrent que 18 millions de personnes, soit un tiers de la population du pays, auront besoin d'une aide humanitaire.

En Ukraine, « une telle guerre ne mérite aucune excuse, ni de Dieu, ni des populations »

Dans un « Message aux fidèles et aux citoyens d'Ukraine », du 24 février, Sa Béatitude le métropolite Onuphre de Kiev et de toute l'Ukraine (Patriarcat de Moscou) a abordé avec franchise la situation actuelle : « La situation est délicate », a-t-il déclaré. « Malheureusement, la Russie a lancé une offensive militaire contre l'Ukraine et, en ce moment dramatique, je vous exhorte à ne pas paniquer, à être courageux, et à faire preuve d’amour pour votre patrie et les uns pour les autres. »

Le COE félicite les récipiendaires du prix Nobel de la paix 2021

À l’annonce de l’attribution du prix Nobel de la paix à deux journalistes, Maria Ressa et Dmitry Muratov, le père Ioan Sauca, secrétaire général par intérim du Conseil œcuménique des Églises (COE), leur a adressé ses félicitations et a exprimé sa solidarité avec leur lutte constante pour la justice et la paix.

Message commun pour la guérison des blessures et un avenir partagé dans la péninsule coréenne

Un message de paix œcuménique commun a été rendu public à l’occasion du 70e anniversaire de l’éclatement de la guerre de Corée lors d’un événement diffusé en direct le 22 juin. Le message, coparrainé par les Églises et conseils des Églises du monde entier, et plus particulièrement des pays ayant participé à la guerre de Corée, décrit cette dernière comme un «conflit effroyablement destructeur» des suites duquel aucun traité de paix n’a abouti.

Le COE bien représenté à la tête de «Religions pour la paix»

«Religions pour la paix» (Religions for Peace) est la coalition multireligieuse la plus importante et la plus représentative au monde et, à l’instar d’autres groupes multiconfessionnels, le Conseil œcuménique des Églises (COE) et sa famille œcuménique sont très présents dans ses instances dirigeantes.

Le COE poursuit ses travaux pour le désarmement

Les efforts du Conseil œcuménique des Églises (COE) en faveur du désarmement se poursuivent avec constance et une plus grande ampleur, en dépit de l’injustice rampante et des tensions croissantes qui règnent dans le monde et menacent la paix jour après jour.

Le métropolite Hilarion rend visite au Conseil œcuménique des Églises à Genève

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du département des relations ecclésiales extérieures de l’Église orthodoxe russe, s’est rendu au Centre œcuménique du COE à Genève, dans le cadre de sa visite en Suisse.
Lors d’une réunion avec le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du COE, il a réitéré la position de Sa Sainteté le patriarche Cyrille de l’Église orthodoxe russe selon laquelle le COE revêt toujours de l’importance pour l’Église orthodoxe russe, et sa participation aux travaux du COE se poursuivra.

Le COE condamne le massacre de fermiers aux Philippines

Le Conseil œcuménique des Églises (COE) a condamné le massacre de 14 fermiers commis par des agents de police début avril à Canlaon, Manjuyod et Santa Catalina, trois villes de la province du Negros Oriental, aux Philippines. Le COE a également réitéré l’appel qu’il avait lancé au gouvernement des Philippines pour faire cesser la culture d’impunité et garantir que ces assassinats fassent l’objet d’enquêtes en bonne et due forme à l’issue desquelles les auteurs des faits seront traduits en justice.