Affichage de 1 - 20 de 96

Initiative à Jérusalem-Est: accompagner les familles frappées d’expulsion et de déplacement

Le Programme œcuménique d’accompagnement en Palestine et en Israël (EAPPI) du Conseil œcuménique des Églises (COE) lance une initiative à Jérusalem-Est qui permettra d’accompagner – même sans présence physique – les familles frappées d’expulsion et de déplacement, ainsi que les personnes subissant d’autres violations de leurs droits. Le directeur de la Commission des Églises pour les affaires internationales du COE, Peter Prove, présente ci-dessous le but et le cadre historique de cette initiative.

La région du Moyen-Orient se penche sur «la poursuite du témoignage sacré» et le chemin vers la prochaine Assemblée du COE

Les représentant-e-s des Églises et organisations œcuméniques du Moyen-Orient se sont rassemblé-e-s le 24 juin dans le cadre de la session du Comité central du Conseil œcuménique des Églises (COE) pour faire le point sur les anciens et les nouveaux défis de la région, berceau même du christianisme, et se pencher sur les contributions que les fidèles chrétiens du Moyen-Orient peuvent apporter à la prochaine 11e Assemblée du COE.  

Initiative de Pâques de l’EAPPI du COE pour suivre les pas de Jésus, mettant en lumière les réalités actuelles sous l’occupation

Alors que les chrétiens du monde entier s’apprêtent à célébrer Pâques, l’occupation militaire continue d’affecter gravement les communautés dans les endroits mêmes où il est dit dans le récit de Pâques que Jésus lui-même a marché. Une initiative de Pâques du Programme œcuménique d’accompagnement en Palestine et en Israël du Conseil œcuménique des Églises (COE-EAPPI) vise à faire le lien entre le récit biblique et les réalités actuelles en Palestine et en Israël, afin de mettre en lumière les injustices de la vie sous occupation.

Jérusalem-Est: Ni citoyenneté ni droit de vote

Le statut de Jérusalem est contesté en droit international, et le principal sujet de litige concerne la zone majoritairement palestinienne de Jérusalem-Est. En 1975, Israël a déclaré que «Jérusalem unifiée» était la capitale de l’État d’Israël, sans tenir compte des droits et des revendications de la Palestine. Pour le droit international humanitaire, Jérusalem-Est est militairement occupée par Israël. Afin de comprendre une partie des problèmes que rencontrent les habitant-e-s de Jérusalem-Est, nous avons discuté avec Nivine Sandouka, qui fait partie du Groupe de référence international du programme EAPPI et qui vit à At Tur, un village palestinien situé sur le mont des Oliviers, à Jérusalem-Est.

Les enfants pourront-ils un jour aller à l’école en toute sécurité à Khan Al-Ahmar ?

Khan Al-Ahmar est une communauté bédouine d'environ 200 personnes dont le principal moyen de subsistance est l'élevage traditionnel de moutons et de chèvres destinés à la consommation pour le village et à la vente de lait, de yaourt et de viande. Le village le plus proche, Bethany, est à 14 km et, encore récemment, les femmes emportaient les produits laitiers pour les vendre sur le marché de Jérusalem, à 19 km. Les enfants jouaient un rôle important dans l'économie car ils gardaient les troupeaux mais ils allaient aussi à l'école.

Video: Freedom to worship - Easter Initiative 2021

The 2021 Easter initiative by the World Council of Churches Ecumenical Accompaniment Programme in Palestine and Israel (WCC-EAPPI) sets out to connect the Biblical narrative with current realities in Palestine and Israel, to spotlight the injustices of life under occupation.

Video: Khan Al Ahmar - Easter Initiative 2021

The 2021 Easter initiative by the World Council of Churches Ecumenical Accompaniment Programme in Palestine and Israel (WCC-EAPPI) sets out to connect the Biblical narrative with current realities in Palestine and Israel, to spotlight the injustices of life under occupation.

Une pacifiste chrétienne palestinienne qui attend du courage des dirigeants

Alors que l’initiative du COE pour la récolte des olives en 2020 touchait à sa fin début décembre, les Nouvelles du COE ont rencontré Nora Karmi, une Palestinienne chrétienne qui a travaillé toute sa vie pour la paix et la justice, pour entendre son point de vue sur la situation en Terre sainte aujourd’hui, et sur le rôle de la foi pour garder l’espoir.

Un œcuméniste palestinien plein d’espoir, mais pas optimiste

Avec la fin de la saison de la récolte des olives, la vie sous l’occupation revient à la «normale» pour les communautés palestiniennes de Cisjordanie. Cette «normalité», qui se traduit par des déplacements forcés et une peur constante des menaces et des harcèlements, s’accompagne désormais d’une menace d’annexion par Israël de vastes étendues de terres fertiles appartenant aux agriculteurs palestiniens – une mesure qui «saperait la paix et la justice et serait une violation directe du droit international», selon une déclaration commune du COE et d’autres organisations œcuméniques au début de l’année.  

Alors que la récolte des olives s’achève, qui vient en aide aux agriculteurs?

La culture des olives devrait être une activité pacifique. Or, pour de nombreux agriculteurs palestiniens, la période des récoltes est synonyme de tensions, d’attaques violentes et de destruction de précieux oliviers. Les agriculteurs en Cisjordanie, dans les Territoires palestiniens occupés, font face à une déferlante de menaces de la part des colons israéliens voisins.

«Les oliviers sont des signes sacrés de la paix plus vieux que n’importe qui»

L’initiative de soutien à la récolte des olives lancée par le COE s’est poursuivie mercredi dans un esprit d’espérance, de solidarité et de compassion: un webinaire public a abordé en direct les dimensions culturelles, socioéconomiques et spirituelles de la récolte des olives en Terre Sainte, tout en soulignant les répercussions de l’occupation militaire persistante des territoires palestiniens.
 

L’initiative pour la récolte des olives réaffirme l’engagement en faveur de la justice et de la paix en Terre Sainte

Les oliviers ne connaissent pas de frontières religieuses ou territoriales et portent des fruits même sous l’occupation. Alors que commence la saison annuelle de leur récolte, le COE lance cette semaine une initiative mondiale qui met en avant l’importance spirituelle, économique et culturelle de la récolte des olives pour les villages palestiniens et qui témoigne des répercussions de l’occupation.