Affichage de 1 - 20 de 3435

Le Manifeste pour la justice numérique lance un appel urgent à un «mouvement de transformation»

Dans le document de travail intitulé «Manifeste: La communication en faveur de la justice sociale à l’ère du numérique», les participant-e-s au Symposium international sur la justice numérique offrent collectivement un aperçu du contexte mondial actuel, des difficultés et des enjeux, énonce des principes qui défendent une communication socialement juste et lance un appel à un «mouvement de transformation» fondé sur les droits humains, la dignité humaine et les principes démocratiques.

Les spécialistes de la communication numérique envisagent l’avenir avec d’« importantes valeurs en jeu »

À l’occasion de la clôture du Symposium sur la justice numérique, le 15 septembre, les participants ont échangé sur leur vision de l’avenir dans un paysage numérique marqué par l’injustice. Tous les participants au Symposium – qu’ils soient théologiens, chefs religieux, politiciens, étudiants, journalistes, ou professionnels de la communication – étaient des « spécialistes de la communication numérique », et ont réfléchi ensemble à la question de la justice numérique afin de formuler des recommandations pouvant, selon eux, être utiles pour le monde.

Les églises devraient-elles faire davantage d’efforts pour lutter contre la désinformation ? Oui, disent les penseurs de la justice numérique

Si la justice numérique commence par la connectivité, on peut probablement affirmer qu’elle se termine lorsque cette connectivité est accaparée par des régimes oppressifs et des extrémistes, ou qu’elle sert à diffuser de fausses informations et des discours de haine. Une conversation multipartite, réunissant des théologiens, des politiciens, des responsables de communication de l’Église, des militants, et des journalistes du monde entier, a été organisée le 13 septembre autour de la question – à la fois courte et extrêmement complexe : « Instruments numériques – bénédiction ou malédiction ? »

Dans les îles du Pacifique, l’inégalité ternit l’espace numérique

Olivia Baro pense qu’il y a encore beaucoup de travail pour parvenir à une véritable justice numérique dans les îles du Pacifique – un travail qui, selon elle, pourrait être confié aux jeunes.

Olivia Baro est la responsable œcuménique pour l’autonomisation et l’engagement de la jeunesse auprès de la Conférence des Églises du Pacifique.
 

La logique commerciale de l’économie menace le discours sur la justice numérique, selon le président du Conseil de l’église évangélique en Allemagne

Outre les dangereuses structures de monopole intrinsèques à l’économie numérique, il existe un danger pour la liberté et la justice, pourtant cruciales pour les démocraties pluralistes dans le monde numérique, déclare l’évêque Heinrich Bedford-Strohm, de l’Église évangélique luthérienne de Bavière. Également président du Conseil de l’Église évangélique en Allemagne (EKD), Mgr Bedford-Strohm a ouvert le Symposium sur la « Communication pour la justice sociale à l’ère numérique », organisé à Berlin, du 13 au 15 septembre, en collaboration avec l’EKD.

Dr Salters Sterling : "La nature humaine ne change pas juste parce que nous avons une révolution numérique"

Le Dr Salters Sterling, 84 ans, voit aisément les liens entre ses trois grandes passions : le mouvement œcuménique, le soutien aux personnes en marge de la société et la prise de position sur ce que les églises doivent faire pour survivre dans le monde numérique d'aujourd'hui.  

M. Sterling a passé sa carrière comme administrateur universitaire principal du Trinity College de Dublin puis a commencé à y enseigner après sa retraite.
 

Pour les personnes handicapées, la justice numérique est une question d’accès, déclare Waweru d’EDAN

Pour le Kényan Samson Waweru, la justice numérique est claire: il estime que les personnes handicapées et celles qui ne le sont pas devraient avoir le même accès aux informations imprimées et électroniques.

Dans une interview par vidéo avec Joy Eva Bohol, responsable de programme du Conseil œcuménique des Églises (COE), il explique que l’utilisation d’un ordinateur inclut l’accès aux plateformes des médias sociaux.
 

La justice numérique est la plus pertinente pour les personnes vivant sous un régime autocratique, selon une défenseure des droits chrétienne

À l’ère du numérique, la justice numérique est pertinente pour tout le monde, mais elle l’est encore plus pour ceux vivant dans une autocratie, dont le gouvernement est susceptible d’utiliser les nouvelles technologies pour surveiller la population, déclare une défenseure des droits chrétienne.

Son travail consiste à soutenir des organisations non gouvernementales (ONG) en Asie et en Europe, et elle a demandé que son nom ne soit pas cité.
 

Selon Ellen Ueberschär, les droits numériques ne peuvent se développer seuls; la société civile, les églises et d’autres acteurs doivent apporter leur soutien.

Alors qu’elle était adolescente en Allemagne de l’Est dans les années 1980, le Dre Ellen Ueberschär a appris la liberté d’expression dans sa paroisse. Elle est convaincue que les droits numériques fondamentaux ne s’imposeront pas d’eux-mêmes ou par des engagements volontaires des entreprises.Alors qu’elle était adolescente en Allemagne de l’Est dans les années 1980, le Dre Ellen Ueberschär a appris la liberté d’expression dans sa paroisse. Elle est convaincue que les droits numériques fondamentaux ne s’imposeront pas d’eux-mêmes ou par des engagements volontaires des entreprises.

Pour une journaliste ukrainienne, l’objectif demeure d’une justice numérique dont l’accès serait équitable

Katya Potapenko, journaliste et animatrice radio ukrainienne, estime que la justice numérique demeure un objectif, et n’est pas encore une réalité. Pour cette bénévole de la Fédération universelle des associations chrétiennes d’étudiants (FUACE), la justice numérique désigne «la possibilité d’accéder de façon équitable aux plateformes et appareils numériques, peu importe son pays d’origine, sa situation sociale ou toute autre caractéristique».

Un symposium historique pour examiner la communication en faveur de la justice sociale à l’ère du numérique

Du 13 au 15 septembre prochains, un symposium international étudiera des questions clés pour nous aider à dessiner un avenir numérique plus juste. Un avenir qui, selon le père Ioan Sauca, secrétaire général par intérim du Conseil œcuménique des Églises (COE), «nous impose plus que jamais d’approfondir notre réflexion et de repenser la philosophie, l’éthique, la jurisprudence et la théologie».