Image
Navajo water

Batahnii Wilson of Navajo Nations in action, providing clean water to his community.

Photo:

Texte :

Ésaïe 1:17 (Apprenez à faire le bien, recherchez la justice. Prenez la défense de la veuve).
Psaumes 104: 10-18

Réflexion:

Tout au long de mon travail avec l’organisation Creation Justice Ministries, j’ai eu le privilège d’apprendre des activistes de l’eau à travers les États-Unis qui cherchent à protéger le don sacré de l’eau que Dieu nous a fait. L’un d’eux, avec lequel j’ai récemment échangé, est Bitahnii Wayne Wilson, membre de la nation Navajo, qui fournit une aide humanitaire mutuelle au sein et en dehors de la nation Navajo. Bitahnii Wilson se consacre en effet à apporter de l’eau potable à ceux qui n’y ont pas accès dans les nations Pueblo, Leguna, Navajo, et Hopi, ainsi que dans d’autres régions du sud-ouest des États-Unis.

La nation Navajo est devenue tristement célèbre dans le monde entier pour avoir subi le pire niveau de COVID-19 aux États-Unis en raison du manque d’eau propre sur leur réserve, ce qui rend impossible un fréquent lavage des mains, tel qu’il est préconisé. Cette pénurie d’eau est due, entre autres, au manque d’infrastructures permettant de distribuer l’eau sur l’ensemble de cette vaste réserve, et aux niveaux alarmants de pollution des eaux souterraines causée par l’extraction de l’uranium et la fracturation hydraulique. Mais, quelle qu’en soit la cause, le manque d’eau potable à l’ère du COVID-19 est mortel.

Bitahnii Wilson s’intéresse à la question de l’eau potable depuis son plus jeune âge. Il a grandi sur la réserve Navajo, au plus fort de l’extraction d’uranium dans la région. À l’époque, l’exploitation minière avait contaminé les sources et les arroyos (cours d’eau) que les Navajos utilisaient pour se laver, et dans lesquels Bitahnii Wilson jouait, lorsqu’il était enfant. Mais, à un moment donné, les sols contaminés de ces arroyos près de Gallup, au Nouveau-Mexique, lui ont causé des plaies douloureuses aux pieds – lesquelles ont été soignées par une guérisseur local, après que l’hôpital n’a pas réussi à le guérir.

Lorsque l’extraction d’uranium a cessé dans sa région il y a plusieurs décennies, certaines mines ont été réhabilitées, mais pas toutes. Or, ces mines, ainsi que les opérations de fracturation (fracturation des formations de pétrole et de gaz avec des explosifs, et de l’eau contenant des produits chimiques) dans la région, libèrent des produits chimiques toxiques dans les sources locales utilisées pour la fourniture d’eau «potable». Ainsi, la contamination des eaux souterraines et des sources sur les terres Navajo est toujours d’actualité. Aussi, Bitahnii Wilson et les peuples autochtones de cette région continuent-ils de résister à l’exploitation minière et à la fracturation supplémentaires, qui les prive d’une eau propre dont la plupart des Américains bénéficient et tiennent pour acquise.

Il y a à peine deux ans, Wilson s’est formé à la gestion communautaire après une catastrophe naturelle ou d’origine humaine. Peu de temps après cette formation, la pandémie de COVID-19 a eu lieu, augmentant considérablement le besoin en eau pour des questions d’hygiène. Or, le manque d’eau propre a littéralement tué un nombre important de Navajo, en particulier les anciens. Bitahnii Wilson a donc appliqué ce qu’il avait appris dans le cadre de sa formation pour mettre en œuvre un plan de distribution d’eau et d’entraide dans sa région, un plan qui a permis de fournir de l’eau, de la nourriture et des équipements de protection individuelle aux réserves du sud-ouest des États-Unis qui ne bénéficient pas d’un accès à l’eau correct.

«L’eau a un esprit, et quand vous commencez à y mélanger des produits chimiques, cela tue cet esprit. Dans la tradition Navajo, l’eau enregistre vos prières, mais seulement s’il s’agit d’une eau vivante – c’est-à-dire avec son esprit toujours présent; une eau qui n’a pas été polluée par des produits chimiques. La pollution de l’eau n’est donc pas seulement une crise environnementale, mais aussi une crise spirituelle», a déclaré Bitahnii Wilson lors de notre conversation.

Le travail de Bitahnii Wilson et de son équipe est formidable. Toutefois, il est aberrant qu’aujourd’hui encore, certaines tranches de la population n’aient pas accès à l’eau potable, le miracle de Dieu qui donne la vie. Pourtant, l’histoire du manque d’eau propre et accessible sur les terres Navajo n’est malheureusement pas un cas isolé. Des sommets des Appalaches à la ville de Flint, dans le Michigan, les gens et les communautés de couleur luttent pour accéder à l’eau potable. 

L’eau est sacrée et doit être chérie. Si, comme moi, vous avez eu le privilège d’avoir accès à de l’eau potable, soyez-en reconnaissant. Mais ne vous arrêtez pas là; soutenez les personnes qui, comme Bitahnii Wilson, mettent en place des plans d’entraide, et plaidez pour un accès équitable à l’eau potable. En s’opposant à la contamination des sources d’eau locales, ceux qui cherchent à suivre Jésus doivent l’imiter et faire en sorte que tout le monde ait accès à de l’eau propre, que personne ne soit privé du don de Dieu qui donne la vie – l’eau, et que personne ne soit laissé pour compte.

Questions:

  1. En quoi votre foi façonne-t-elle votre relation à l’eau?
  2. Comment vous et votre communauté religieuse pouvez-vous être des défenseurs de la justice de l’eau?
  3. Pouvez-vous imaginer ne pas avoir accès à l’eau potable à l’époque du COVID-19? Que pouvez-vous faire pour faire en sorte que les personnes vulnérables aient accès à l’eau?

Actions:

  1. Faites tester votre eau et découvrez la source de votre eau.
  1. Savez-vous de quel bassin versant vous dépendez? Découvrez et apprenez-en davantage sur les menaces qui pèsent sur la santé de votre bassin versant.
  2. Plaidez contre les pratiques non durables telles que la fracturation hydraulique.

Resources:

  1. K’he Native Action Covid Relief Campaign Apprenez-en plus sur le travail de Bitahnii Wayne Wilson et découvrez comment vous impliquer!
  2. Water, Holy Water- Une ressource pédagogique de Creation Justice Ministries.

*Annika Harley est responsable Programme et Politiques chez Creation Justice Ministries où elle travaille sur des questions telles que l’accès à l’eau potable propre, la transition juste et le leadership des jeunes adultes. Elle dépend du bassin versant d’Anacostia, à Washington, DC.