World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Documentation / Documents / Programmes du COE / Témoignage public : face au pouvoir, affirmer la paix / Droits de la personne / Recommandations à l’issue d’un atelier sur les droits de la personne

Recommandations à l’issue d’un atelier sur les droits de la personne

17 avril 2010

Nous, Chefs d’Eglises du Burundi, du Rwanda et de la République Démocratique du Congo, animateurs des commissions justices, paix et sauvegarde de la création ainsi que les défenseurs des droits de l’homme, participant à l’atelier sur l’engagement des églises dans la lutte pour le respect des droits de l’homme, recommandons ce qui suit:

A.    AUX EGLISES & ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE :

1.   La mise en place par toutes les églises d’un cadre de concertation et de coordination en matière des droits de l’homme ;

2.   La capitalisation de l’expérience des membres de l’église qui sont actifs dans les ONG et mouvements des droits de l’homme ;

3.   L’engagement et l’implication personnels des TOP Leaders de l’Eglise par rapport aux questions des droits de l’homme pour une meilleure appropriation ;

4.   La sensibilisation à la base notamment en insérant les notions des droits de l’homme dans les sermons de dimanche ;

5.   La conscientisation, l’éducation et l’encadrement des responsables politiques, économiques et sociaux selon la volonté de Dieu ;

6.   Le renforcement de (la collaboration) l’interaction harmonieuse entre les églises et les ONG des droits de l’homme pour la promotion et la protection des droits humains ;

7.   La conscientisation, l’éducation et l’encadrement des leaders économiques politiques et sociaux selon la volonté de Dieu ;

8.   Le renforcement par toutes les églises des activités de promotion et de protection des droits humains et la mise en place des programmes de prise en charge des victimes des violences sexuelles ainsi que des OEV;

9.   Le renforcement des capacités des acteurs et structures des églises engagés sur les questions des droits de l’homme ;

10. D’œuvrer pour l’intégration des pays de la sous – région comme facteur déterminant de promotion et de protection des droits de l’homme dans une synergie sous – régionale ;

B.    A L’ETAT CONGOLAIS (PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ET GOUVERNEMENT) :

1.   Appuyer les églises et les ONG des droits de l’homme afin de renforcer leurs capacités à jouer leurs rôles d’éveil de la conscience ;

2.   Protéger les aires naturelles pour lutter contre la destruction de l’écho système et garantir un meilleure environnement;

3.   S’engager résolument dans la lutte contre le réchauffement climatique, et privilégier dans cette lutte les intérêts de la population autochtone ;

4.   Autoriser la prolongation du mandat de la MONUC pour une durée raisonnable et avec des missions spécifiques notamment : l’appui à la formation de l’armée et de la police ; l’appui à la reforme de la justice…  

C.    AU PARLEMENT DE LA REPUBLIQUE :

1.   Adopter avec diligence les lois sur la cours constitutionnelle ; la commission nationale des droits de l’homme ; la réforme de la justice ; la mise en œuvre de la parité homme – femme ; la reforme du code pénal congolais ; la réforme du code de la famille ; la révision  de la loi sur les violences sexuelles dans la perspective d’exclure toute possibilité de liberté conditionnelle à accorder aux auteurs des violences sexuelles ;

2.   Aplanir, dans un délai raisonnable, les divergences observés entre les lois du pays et la constitution d’une part ainsi qu’entre  les lois du pays et les instruments juridiques internationaux ratifiés par le Pays , surtout sur des matières touchant aux droits humains ;

D.   AUX ORGANISATIONS OEUCUMENIQUE INTERNATIONALES :

1.   Contribuer d’avantage au renforcement de capacité et de l’engagement des églises dans la lutte pour la promotion, la protection et le respect des droits de l’homme ;

2.   Appuyé les églises autant que possible dans leurs effort de mobilisation de ressources pour la mise en œuvre des programmes relatifs à la promotion et à la protection des droits humains ;

3.   Renforcer le plaidoyer à tous les niveaux, pour la consolidation de la paix, de la culture démocratique, de la stabilité socio – économique et de l’intégrité territoriale dans la région des grands lacs en général, et en République Démocratique du Congo en particulier ;   

E.     A TOUS (L’ETAT CONGOLAIS, LA SOCIETE CIVILE, LES EGLISES ET TOUTE PERSONNE LESEE DANS SES DROITS):

1.   Privilégier la culture du dialogue sincère, constructive et responsable pour la résolution pacifique des conflits.

Fait à Kinshasa, le 17 avril 2010