World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Noël 2018

Vœux du Conseil œcuménique des Églises

06 décembre 2018

Allison Guadalupe, née dans la caravane de migrants, le 31 octobre
2018 à Juchitán, dans l’État de Oaxaca au Mexique.
Avec l’aimable autorisation de Whitney Godoy

Vœux du Conseil œcuménique des Églises

 

 

«Lève-toi, prends avec toi l’enfant et sa mère, et fuis…» – Matthieu 2,13

 

À l’approche de Noël, nous nous émerveillons de l’acte singulier par lequel Dieu a honoré et élevé notre condition humaine.

Pour cela, Dieu a partagé la vulnérabilité de la vie humaine dans ce monde. Ce précieux enfant était vulnérable à tous égards: il est né dans une famille pauvre, prise au piège de circonstances périlleuses dans un monde dangereux. Un empire impitoyable s’étendait autour de lui et un roi jaloux en voulait à sa vie, ce qui a poussé sa famille à fuir avec lui vers l’exil, une famille réfugiée, vivant dans la peur. Sa vie était protégée par des gens qui avaient peu de ressources, mais beaucoup d’amour et une grande attention à l’appel de Dieu à prendre soin de lui.

À l’approche de Bethléem et des territoires qui l’entourent aujourd’hui, on peut voir une foule de personnes réfugiées et de camps de réfugiés. Elles sont accueillies et aidées à bien des égards, mais elles sont nombreuses à souffrir. On peut également voir des murs intimidants. La région où est né Jésus crépite de violences et d’affrontements quotidiens, et les réfugiés attendent toujours de pouvoir s’installer en toute sécurité. Tout autour du monde, la pauvreté et la violence ont poussé quelque 60 millions de personnes à partir de chez elles dans une quête désespérée et effrénée de sécurité, de dignité et de bien-être. Dans des camps de réfugiés et des centres de rétention, sur des routes peu familières ou des mers capricieuses. Ces hommes et ces femmes risquent leur vie dans l’espoir de la sauver, et se heurtent pourtant, souvent, à la méfiance et à l’hostilité, quand ce n’est pas au racisme ou à l’exploitation. Ils sont en butte à des formes de populisme qui se soucient de certains êtres humains, mais pas de tous.

Comment leur dignité humaine et leur valeur – si merveilleusement scellées dans la naissance de Jésus – peuvent-elles être préservées et assurées?

Avec l’Incarnation, nous savons que personne n’est étranger pour Dieu. La bonne nouvelle que Dieu s’est fait homme a élevé la perspective humaine, nous forgeant en une seule humanité, aimée de Dieu et destinée, par solidarité, à œuvrer en faveur de la justice et de la paix, à protéger les personnes vulnérables, à guérir celles qui sont blessées et à offrir une protection aux réfugiées.

Puissent le miracle et la joie du message de Noël insuffler de l’espérance dans nos cœurs, de l’amour dans nos actes et une solidarité bienveillante avec toute l’humanité!

Pasteur Olav Fykse Tveit
Secrétaire général
Conseil œcuménique des Églises

 

 

Download: WCC Christmas Card (pdf 6.3 MB)