World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Documentation / Documents / Commissions du COE / Echos - Commission des jeunes dans le mouvement oecuménique / Rapport final et recommandations adressées au Comité central

Rapport final et recommandations adressées au Comité central

La Commission «Echos» des jeunes dans le mouvement œcuménique s’est réunie pour la quatrième fois du 24 au 31 octobre 2011 à Adma (Liban).

31 octobre 2011

Echos - Commission des jeunes dans le mouvement oecuménique

Octobre 2011, Adma, Liban

«Une voix crie dans le désert: Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers» (Luc 3,4)[1]

 

Ière partie. Introduction

La Commission «Echos» des jeunes dans le mouvement œcuménique s’est réunie pour la quatrième fois du 24 au 31 octobre 2011 à Adma (Liban). Notre communauté fraternelle d’Églises ayant reçu un appel clair à accompagner les Églises du Moyen-Orient dans un esprit de solidarité, la Commission a décidé de se réunir dans cette région et d’apporter un soutien particulier aux jeunes dans le mouvement œcuménique de la région, notamment du Liban. La Commission souhaite exprimer sa gratitude à la section de la Fédération universelle des associations chrétiennes d'étudiants (FUACE) du Moyen-Orient pour son hospitalité et son assistance, et à bien d’autres jeunes œcuménistes venus représenter des Églises et des organisations libanaises. Nous remercions également Sa Sainteté Aram Ier de son invitation à nous réunir au siège du Catholicossat arménien de Cilicie à Antélias, au Liban. Nous rendons grâces à Dieu pour les «cèdres du Liban», les gens de foi, qui se dressent grands et forts en témoins de la grâce, de la miséricorde et de la paix de Dieu malgré les problèmes sociaux qui les entourent. Le texte ci-après contient un rappel de notre mandat ainsi que des recommandations relatives aux activités courantes de la Commission Echos et à l’avenir de la gouvernance du Conseil œcuménique des Églises (COE), fondées sur notre évaluation des travaux accomplis par la Commission Echos depuis la 9e Assemblée du Conseil œcuménique des Églises à Porto Alegre, au Brésil (N.B.: Pour consulter nos statuts, un résumé de notre autoévaluation, les recommandations que nous adressons au Comité de planification de l’Assemblée et le rapport de la Commission Echos soumis à l’attention du Comité de suivi de la gouvernance, prière de se reporter aux Annexes).

IIe partie. Notre mandat

La 9e Assemblée «soutient l'idée d'encourager les jeunes à se former aux responsabilités œcuméniques dans la vie du COE et à participer pleinement à tous les programmes de celui-ci. Leurs voix, leurs préoccupations et leur présence doivent être intégrées plus directement dans les organes de décision et de direction et dans les activités du COE» (cf. rapport du Comité d’orientation du programme de l’Assemblée, § 15). Par conséquent, la 9e Assemblée du COE «demande au Comité central de créer un organe représentatif de jeunes adultes chargé de coordonner les diverses tâches de ceux qui sont en relations avec le COE et de faciliter la communication entre eux. Un tel organe permettrait aux jeunes adultes de participer de manière significative à la vie et aux décisions du COE et donnerait au Conseil la possibilité de rendre des comptes sur ses objectifs relatifs aux jeunes adultes.» (cf. rapport du Comité d’examen des directives de l’Assemblée, § 14).

IIIe partie. Évaluation de Echos

Certaines des principales questions que notre processus d’évaluation a fait ressortir, ainsi que nos réponses les plus claires à ces préoccupations, figurent ci-après:

 

  1. La Commission Echos devrait-elle être reconduite après la 10e Assemblée, et, si oui, à quel titre? Nous recommandons que la Commission soit reconduite pour les raisons suivantes:

    a. La Commission Echos a répondu aux «questions d’identité» en mettant en place une structure à même de favoriser le travail des jeunes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Commission, et par l’adoption de statuts capables de s’adapter aux besoins des générations futures. Grâce à ce travail, celles et ceux qui prendront la relève au sein de Echos hériteront d’un instrument prêt à servir leur vision. De plus, l’influence que son statut de commission lui confère dans l’infrastructure du COE assure aux jeunes qui s’y succèderont une place au cœur de la structure, ce qui leur permettra d’accomplir pleinement leur mandat.
    b. Echos fait entendre la voix singulière d’un rassemblement de jeunes issus principalement des Églises membres du COE, mais la Commission est également porteuse d’une ambition originale, celle d’élargir le paysage œcuménique par la formation d’un mouvement œcuménique de jeunes au sein du COE et au-delà.
    c. Echos favorise un mode particulier de formation œcuménique: par des expériences concrètes à long terme, Echos forme ses membres (qui, à leur tour, en forment d’autres) sur des sujets tels que l’œcuménisme, le rôle du COE dans l’œcuménisme, l’incitation aux réformes au sein du COE et du mouvement œcuménique élargi pour donner aux jeunes et à d’autres groupes marginalisés des moyens d’action au sein du Conseil, la promotion d’une plus large participation des jeunes à tous les niveaux du COE et dans le mouvement œcuménique au sens large, et l’assistance mutuelle entre responsables de la jeunesse œcuménique du monde entier.

  2. Comment accorder une place plus importante au renforcement des liens avec le mouvement œcuménique au sens large? Nous constatons d’une part que le COE et sa voix singulière et prophétique demeurent précieux en cette saison de l’œcuménisme. D’autre part, nous avons pu observer d’autres modèles susceptibles de créer davantage d’espaces œcuméniques et de favoriser plus efficacement certaines formes importantes de coopération en réseau et de renforcement de l’unité (par exemple, le Forum chrétien mondial). Dans cet esprit, nous estimons que l’une des priorités de Echos doit être de faire partie des nombreux partenaires chargés de mettre en place un forum rassemblant d’autres organisations œcuméniques et Églises. Un tel forum pourrait voir le jour sous la forme de réunions physiques ou virtuelles, mais il est essentiel à la poursuite du travail des jeunes dans le COE et au sein du mouvement œcuménique au sens large.
  3. Quelle est la valeur des réunions physiques de la Commissions Echos et en quoi est-il important que les réunions et la durée du mandat des membres soient particulièrement régulières? Les rencontres physiques (organisées à des intervalles de dix-huit mois) ont été fondamentales pour la productivité de la Commission. De plus, notre travail a montré que, même en respectant cette régularité, la tâche à abattre demeure extrêmement complexe et astreignante. En ce qui concerne les membres, il importe de garder leur nombre à vingt-cinq afin de que le COE conserve son poids comme partenaire de travail pour l’ensemble des jeunes dans le mouvement œcuménique. Nous recommandons que la durée du mandat des membres de la commission demeure telle qu’indiquée dans les statuts afin de garantir la transparence de nos fonctions.

IVe partie. Recommandations soumises au Comité central pour examen et décision lors de la 10e Assemblée du Conseil œcuménique des Églises, qui aura lieu en 2013 à Busan (République de Corée)

Compte tenu du mandat assigné par la 9e Assemblée et des progrès réalisés par Echos pour l’accomplir, nous recommandons que la Commission Echos soit reconduite après la 10e Assemblée du Conseil œcuménique des Églises à Busan (Corée). Nous recommandons qu’elle reste organisée en commission, qu’elle se réunisse avec la même régularité et qu’elle conserve ses statuts actuels. Nous recommandons également que Echos s’engage plus résolument encore envers l’ensemble du mouvement œcuménique. À cette fin, nous soumettons en outre les recommandations particulières suivantes:

  1. La Commission devrait accorder une priorité absolue à l’objectif énoncé dans ses statuts comme suit: «Élargir et renforcer le mouvement œcuménique grâce à des relations de réseau avec de jeunes adultes issus d’organisations œcuméniques locales, régionales et mondiales (membres ou non du COE) et offrir un lieu d’échanges» (cf. statuts). En particulier, nous recommandons de favoriser des «lieux d’échanges» en organisant des forums (qui pourront être des rassemblements virtuels, par exemple), de concert avec les responsables d’autres institutions chrétiennes de jeunes et d’organisations de jeunes issues de l’ensemble du mouvement œcuménique.
  2. Les modifications ci-après devraient être apportées à la composition de la Commission Echos par un amendement aux statuts, afin d’augmenter légèrement le nombre de ses membres issus du mouvement œcuménique élargi. Nous demanderons aux membres de la Commission issus du mouvement œcuménique au sens large ou aux organisations qu’ils représentent de contribuer à hauteur de 25 à 99% aux frais de participation.

    À l’heure actuelle, la Commission Echos est composée ainsi: quatre à six (4-6) membres du Comité central, un (1) membre issu de chacun des organes consultatifs du COE, au moins un (1) jeune catholique romain et un (1) jeune pentecôtiste, deux à quatre (2-4) jeunes représentant d’importants partenaires œcuméniques de jeunes et organismes œcuméniques régionaux, les autres membres de la Commission étant des jeunes impliqués à divers niveaux dans le travail œcuménique au sein des Églises membres du COE (cf. Doc. No GEN 09 Partie 6(6.1)(a-d), Statuts de Echos – Commission des jeunes du mouvement œcuménique).

    Nous recommandons que la composition soit modifiée de façon à respecter l’équilibre suivant: deux à quatre (2-4) membres du Comité central; un (1) membre issu de chacun des organes consultatifs du COE, au moins un (1) jeune catholique romain, au moins un (1) jeune pentecôtiste et au moins un (1) jeune évangélique, sept (7) jeunes issus d’importants partenaires œcuméniques de jeunes et d’organisations œcuméniques régionales, les autres membres étant des jeunes impliqués à divers niveaux dans le travail œcuménique au sein des Églises membres du COE.
  3. La Commission devrait continuer de se réunir avec la même régularité qu’à l’heure actuelle.
  4. Une (1) personne au moins devrait être affectée au Programme des jeunes (dont la Commission est en grande partie responsable) pour y travailler à temps complet.

Ve partie. Conclusion

Nous rendons grâces à Dieu du travail qu’il nous a été donné d’accomplir au service de l’Église du Christ et au profit d’une plus pleine participation des jeunes au COE et à l’ensemble du mouvement œcuménique. Nous sommes également reconnaissants à ceux qui, au COE, ont secondé les efforts de la Commission Echos à cette fin, en priant pour nous, en consultant notre point de vue avec respect et en nous incluant par conviction dans leurs travaux. Que Dieu nous accorde l’aide du Saint Esprit dans la recherche de la justice et la paix!


[1] La Commission a décidé de son nom lors de sa première réunion, en 2007 à Genève: «Nous sommes appelés à répondre aux échos du passé des responsables œcuméniques qui nous ont précédés. Nous devons aussi préparer le terrain pour les jeunes qui viendront après nous. Nous espérons donc que nos voix portent un écho dans l’avenir. La voix de Jean-Baptiste, s’adressant comme un écho à l’avenir, nous révèle une référence biblique: "Une voix crie dans le désert: Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers" (Luc 3,4)»