World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Documentation / Documents / Comité central / Kolympari, 2012 / Report on Public Issues / VI Note sur la détention arbitraire de Mgr Jovan, archevêque d’Ohrid et métropolite de Skopje, de l’Église orthodoxe de Serbie

VI Note sur la détention arbitraire de Mgr Jovan, archevêque d’Ohrid et métropolite de Skopje, de l’Église orthodoxe de Serbie

04 septembre 2012

Réunion du Comité Central, août / septembre 2012

Traduction de l’anglais
Service linguistique, COE

«J’étais en prison, et vous êtes venus à moi… En vérité, je vous le dis, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.» (Mt 25,36-40)

1.        Sa Béatitude Mgr Jovan, archevêque d’Ohrid et métropolite de Skopje, de l’Église orthodoxe de Serbie, a été arrêté le 12 décembre 2011 au passage de la frontière entre la Grèce et l’Ex-République yougoslave de Macédoine (ARYM). L’archevêque Jovan fait l’objet d’accusations sans fondement, et il a été jugé et condamné in absentia par la cour d’appel de Vélès à deux ans et demi d’emprisonnement, sans disposer d’un droit élémentaire de défense. Il a d’abord été détenu illégalement à Vélès, puis il a été transféré le 16 janvier 2012 à la prison d’Idrizovo où il est détenu en isolement. C’est la sixième fois consécutive, en dépit de deux acquittements prononcés par le tribunal municipal de Vélès.

2.        En 2005, Amnesty International, se fondant sur ces procès et sur la persécution d’État pour motifs religieux à l’endroit de l’archevêque Jovan, fomentés par les tribunaux macédoniens et lancés, il y a dix ans, pour raison de croyances religieuses différentes, a déclaré l’archevêque «prisonnier d’opinion.»

3.        La persécution qui frappe l’archevêque se poursuit actuellement. Elle comporte des mesures d’intimidation à l’endroit de sa famille, des interrogatoires de membres de la hiérarchie, du clergé, de moines et de fidèles de l’archidiocèse d’Ohrid; viennent s’y ajouter des menaces de confiscation, et on refuse à l’archevêque le droit fondamental à recevoir des visites et à communiquer avec l’extérieur.

4.        Le Conseil œcuménique des Églises (COE) a dénoncé l’arrestation et la détention illégale de Sa Béatitude Jovan, archevêque d’Ohrid et métropolite de Skopje, à la demande de Sa Sainteté le patriarche Irinej de l’Église orthodoxe de Serbie. Le secrétaire général du COE a écrit à la Haut Commissaire aux droits de l’Homme des Nations Unies, au rapporteur spécial de l’ONU sur la liberté de religion ou de croyance, ainsi qu’au président de l’ARYM (Ex-République yougoslave de Macédoine), en disant sa préoccupation de constater que la persécution subie par l’archevêque Jovan au cours des dernières années constitue une violation flagrante des droits à la liberté de religion ou de conviction garantie par la Déclaration universelle des droits de l’homme.

En conséquence, le Comité central du Conseil œcuménique des Églises, réuni du 28 août au 5 septembre à Kolympari, Crète (Grèce):

A.       réprouve la détention illégale de l’Archevêque Jovan et la persécution constante des membres de l’archidiocèse d’Ohrid et de la famille de l’archevêque;

B.       demande au gouvernement de l’Ex-République yougoslave de Macédoine (ARYM) de libérer sans délai l’archevêque Jovan et de cesser de persécuter l’archidiocèse d’Ohrid;

C.       prie instamment les autorités de l’ARYM de reconnaître le droit fondamental à la liberté de religion ou de conviction garanti par la Déclaration universelle des droits de l’homme;

D.      demande aux Églises membres du COE de s’associer à la prière et de manifester leur solidarité avec l’archevêque Jovan en adressant des lettres de protestation aux autorités compétentes;

E.       encourage la Commission des Églises pour les affaires internationales (CEAI) à organiser une visite de solidarité et à continuer d’intervenir en faveur de la libération de l’archevêque Jovan.

APPROUVÉ