World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Documentation / Documents / Comité central / Genève, 2009 / Report on Public Issues / Déclaration d'espoir dans une année de possibilités: pour un monde exempt d'armes nucléaires

Déclaration d'espoir dans une année de possibilités: pour un monde exempt d'armes nucléaires

01 septembre 2009

« La production, le déploiement et l'utilisation de l'arme nucléaire sont un crime contre l'humanité et doivent être condamnés sur le plan éthique et théologique. »

William Thompson, Eglise presbytérienne (Etats-Unis), Assemblée de Vancouver, 1983

  1. Une période d'espoir s'est ouverte pour la communauté internationale. D'éminentes personnalités mondiales et nationales défendent désormais la cause d'un monde sans armes nucléaires, allant à l'encontre de certaines politiques qui perduraient. Des majorités en faveur du désarmement nucléaire se dégagent dans les villes, les parlements, les sciences et les religions. Le président Barack Obama a reconnu que, étant le seul pays à avoir eu recours à des armes nucléaires dans une guerre, les Etats-Unis doivent prendre la tête des actions visant à les éliminer. La Conférence du désarmement des Nations Unies, composée de 65 membres, a adopté un programme de travail après être restée pendant une douzaine d'années au point mort sur le plan des politiques et des procédures. L'Afrique a mis son traité de 1996 sur une Zone exempte d'armes nucléaires (ZEAN) en vigueur, ce qui fait que, pour la première fois, les armes nucléaires sont interdites dans une majorité de pays du monde. Ces avancées doivent être encouragées et poursuivies.

  2. Après sept décennies d'ère nucléaire, la responsabilité de la paix internationale pèse plus que jamais sur les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU. Le fait qu'ils soient en possession de l'arme nucléaire est fondamentalement incompatible avec leur responsabilité privilégiée en matière de paix et de sécurité internationales. Les 183 Etats non détenteurs de l'arme nucléaire attendent toujours des cinq puissances nucléaires qu'elles tiennent leur promesse de démantèlement de leur arsenal nucléaire.

  3. Par ailleurs, les dispositifs nucléaires restent en état d'alerte, diverses entités ont accès au savoir-faire, à la technologie et au matériel nucléaires, un nombre croissant de centrales nucléaires causent des problèmes de sécurité et de pollution, les militaires transgressent régulièrement les règles concernant le recours à la force et la protection des civils, et les progrès sur la voie de biens publics mondiaux sont entravés par la souveraineté nationale. L'Inde, le Pakistan, Israël et, selon toute vraisemblance, la Corée du Nord, sont en possession de l'arme nucléaire en marge du Traité. Il faut agir dès maintenant.

  4. Il est essentiel que la communauté internationale fasse front commun contre cet immense défi et qu'elle mette à profit un certain nombre de possibilités prometteuses qui seront offertes dans les prochaines années. Les Eglises, les organisations internationales de la société civile, et un public mondial auront les yeux braqués sur les gouvernements, attendant que ceux-ci apportent des preuves concrètes de leurs progrès tout en assumant eux-mêmes la responsabilité de l'action et de la défense de la cause. Diverses manifestations et réalisations inviteront les gens à partager leurs préoccupations:

  • Journée internationale de la paix, 21 septembre 2009 - Cette journée organisée sous l'égide de l'ONU mérite d'être très largement observée. Cette année, cent raisons de désarmer seront proposées pendant la Journée, qui s'inspire des Cinq initiatives du secrétaire général de l'ONU sur le désarmement nucléaire.

  • Journée internationale de prière pour la paix, 21 septembre 2009 - En accord avec l'ONU et dans le cadre de la Décennie « vaincre la violence », le Conseil œcuménique des Eglises (COE) invite ses Eglises membres dans le monde entier à faire de cette date une journée annuelle de prière pour la paix.

  • Barack Obama préside le Conseil de sécurité de l'ONU, 24 septembre 2009 - Une session spéciale sur le désarmement organisée pour les chefs d'Etat et présidée par Barack Obama, offre une chance unique aux membres permanents du Conseil de sécurité de reconnaître la corrélation essentielle entre désarmement nucléaire et non-prolifération. Un engagement collectif en vue d'une plus grande transparence concernant leurs arsenaux nucléaires constituerait une première étape bienvenue pour transformer en actes l'enthousiasmante rhétorique du désarmement nucléaire. La transparence est réalisable, indispensable et attendue depuis longtemps.

  • Assemblée générale de l'ONU et sa Première Commission, septembre-octobre 2009 - Avec la menace que la Conférence du désarmement (CD), à Genève, aboutisse à une nouvelle impasse, il est possible que des mesures de redressement soient nécessaires lors de l'Assemblée générale à New York. Si la CD ne parvient pas à négocier un Traité sur l'arrêt de la production de matières fissiles, comme elle était convenue, l'Assemblée générale de l'ONU et sa Première Commission devront peut-être confier cette tâche à un autre organe compétent.

  • Renouvellement du Traité de réduction des armements stratégiques (START), 5 décembre 2009 - Les Etats-Unis et la Russie ont ouvert une nouvelle fenêtre d'espoir pour cette année des possibilités en entamant des négociations. Il est urgent que START II fixe les objectifs de réduction des armements au plus bas niveau proposé, c'est-à-dire à 1500 têtes nucléaires pour chaque pays;

  • Zone exempte d'armes nucléaires en Afrique - Nous saluons les Etats africains qui ont ratifié le Traité de Pelindaba, permettant son entrée en vigueur, dernièrement le Burundi, le Malawi, le Mozambique et l'Ethiopie. Nous saluons les progrès réalisés par la Namibie dans ce domaine et appelons les Etats restants à ratifier le Traité. Nous demandons que la Russie et les Etats-Unis se joignent à la Chine, au Royaume-Uni et à la France et qu'ils ratifient les protocoles au Traité qui offrent à l'Afrique des protections supplémentaires. Le succès de l'Afrique indique qu'une majorité mondiale de 116 pays est à la pointe de la protection des territoires nationaux face aux dangers nucléaires. L'hémisphère sud et la plupart des pays du Sud envoient donc un message urgent au Nord, toujours pris dans l'étau du nucléaire.

  • Réunion des zones exemptes d'armes nucléaires, avril 2010 - Une importante majorité politique et géographique se rassemblera avant la Conférence d'examen du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP). Son ordre du jour réservera probablement une place aux mesures de renforcement de la confiance que ces zones peuvent entreprendre, en particulier dans des zones de tension comme le Moyen-Orient et l'Asie du Nord-Est. Des représentants de la société civile, notamment des Eglises, seront présents. Les Etats qui ont mis en place des ZEAN s'efforceront de consolider leur force autour de mesures pratiques, comme l'adhésion à des traités existants, l'établissement de protocoles de sécurité avec les puissances nucléaires et la création de groupes d'experts pour aborder des questions clés en vue de futures ZEAN.

  • Conclusion de l'examen de la politique de sécurité de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN), 2010 - Le COE, le Conseil national des Eglises du Christ aux Etats-Unis, le Conseil des Eglises du Canada et la Conférence des Eglises européennes ont appelé l'OTAN à abandonner la notion selon laquelle les armes nucléaires préservent la paix, et à profiter pleinement de la dynamique politique actuelle pour se débarrasser de sa dépendance à l'égard des armes nucléaires, y compris en supprimant les armes nucléaires étrangères stationnées dans cinq pays membres de l'OTAN. La lettre commune adressée récemment aux dirigeants de l'OTAN déclare que « la sécurité doit être recherchée au moyen d'un engagement constructif avec les voisins et qu'on atteindra une authentique sécurité en affirmant et en mettant en valeur l'interdépendance humaine dans la création divine qui est une. »

  • Conférence d'examen du TNP, 2010 - D'ici à cette réunion très attendue qui se déroulera en milieu d'année, les puissances nucléaires devront avoir signé des accords confirmant leur engagement de bonne foi à remplir le maximum d'obligations en matière de désarmement. Au minimum, il s'agira de l'entrée en vigueur du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires, un consensus sur un projet avancé de Traité sur l'arrêt de la production de matières fissiles, ainsi qu'un accord sur les mesures de transparence mentionnées plus haut. Un engagement déterminé sera également nécessaire pour progresser vers la prochaine étape du TNP, notamment par un projet visant à entamer un travail intensif en vue d'une Convention sur les armes nucléaires.

La communauté internationale se trouve face à une année de possibilités. Ainsi, le Comité central du COE, réuni à Genève, Suisse, du 26 août au 2 septembre 2009:

A. encourage les gouvernements et les autres parties impliquées à envisager cette année de possibilités de désarmement avec un espoir impatient;

B. exhorte les puissances nucléaires à respecter leur « engagement résolu … d’éliminer totalement leurs arsenaux nucléaires en vue du désarmement nucléaire » (Conférence d'examen du Traité sur la non-prolifération nucléaire, 2000);

C. invite les Eglises à soutenir leurs gouvernements dans leurs efforts visant à créer dans le monde des régions entières protégées des armes nucléaires, par la mise en place et le renforcement de zones exemptes d'armes nucléaires;

D. appelle les Eglises membres à déclarer à leurs dirigeants nationaux: « Transformez les chances qui s'offrent à vous en actions. Faites part de vos intentions à la majorité internationale qui souhaite l'élimination des armes nucléaires et apportez des preuves des progrès réalisés. Faites en sorte qu'une année de coopération puisse débloquer une décennie d'impasse nucléaire. Rejetez les armes qui n'auraient jamais dû être produites et qui ne doivent jamais être utilisées. Commencez dès maintenant à tenir la promesse d'un traité international pour libérer le monde des armes nucléaires. Fixez un délai pour la réalisation de cette obligation qui nous incombe à tous. »

Approuvé à l'unanimité par consensus

 

Cette prière est offerte en tant que ressource pour permettre l'engagement des Eglises envers la question soulevée dans la déclaration ci-dessus. 

Dieu de tous les temps et toutes les saisons,

Tu nous as présenté une saison d'espérance et un temps de possibilités pour un monde exempt d'armes nucléaires,

Ne laissons pas passer cette chance,

trouvons le moyen de collaborer afin de changer les choses pour la famille mondiale toute entière.


Remplis-nous de la vision de ton royaume, où le lion se couche avec l'agneau et où les armes sont transformées en outils agricole.

Rends-nous capables de déclarer qu'on obtiendra une véritable sécurité en intensifiant notre interdépendance humaine dans ta seule création.

Permets-nous de vivre cette déclaration dans nos relations avec notre prochain, qu'il soit près ou loin,

et à toi la gloire et les louanges, aujourd'hui et éternellement.