World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Documentation / Documents / Comité central / Genève, 2009 / Report on Public Issues / Note sur la responsabilité des Eglises pour les communautés subissant des violences antichrétiennes

Note sur la responsabilité des Eglises pour les communautés subissant des violences antichrétiennes

02 septembre 2009

1. Dans de nombreuses régions du monde, des communautés chrétiennes sont la cible de différentes formes de violence religieuse ou subissent des menaces ou des intimidations. Il n'est pas rare que cette situation soit exacerbée par des conflits ethniques, souvent dans le cadre d'une guerre et même après, lorsque la paix est revenue, et les chrétiens ne peuvent que constater l'incapacité ou la réticence de leurs gouvernements à assumer leur responsabilité de protéger. Nous remarquons une régression de la liberté religieuse dans de nombreuses régions du monde et une progression de l'intolérance religieuse. Reconnaissant la responsabilité de chaque partie du Corps du Christ pour l'ensemble du Corps, et rappelant l'appel du Nouveau Testament à pleurer « avec ceux qui pleurent » (Romains 12,15), à être « solidaires des saints dans le besoin » (Romains 12,13) et à porter « les fardeaux les uns des autres » (Galates 6,2), le Comité central du Conseil œcuménique des Eglises (COE), réuni à Genève, Suisse, du 26 août au 2 septembre 2009:

A. exhorte ses Eglises membres à entendre les cris des sœurs et frères en Christ qui subissent les violences, les menaces et les intimidations dans le monde entier et à se faire la voix de leurs souffrances afin que leur douleur ne soit pas ignorée; à prier sans relâche pour que la violence prenne fin et que la vie soit restaurée; à accomplir des actes de solidarité véritable, par exemple en effectuant des visites pastorales, en partageant généreusement les ressources financières, en envoyant des lettres de soutien et de réconfort et, lorsque cela est possible, en offrant hospitalité et asile sanctuarisé à celles et ceux qui sont contraints de devenir des réfugiés, et en contribuant par ailleurs à faciliter leur rapatriement;

B. demande à ses Eglises membres de s'engager dans un témoignage public interpellant leur propre gouvernement et, le cas échéant, d'autres gouvernements afin qu'ils protègent la vie des citoyens conformément aux normes internationales des droits de la personne;

C. soutient le programme « Accompagner les Eglises dans des situations de conflit » et appelle le secrétaire général et les membres du Bureau du COE à se tenir en première ligne du témoignage pour la liberté religieuse, en surveillant les situations de violence et en alertant les Eglises membres du COE, en facilitant les réponses œcuméniques, en organisant des visites œcuméniques de solidarité et en interpellant les gouvernements et les organisations internationales pour qu'ils protègent les personnes vulnérables;

D. demande à la Commission des Eglises pour les affaires internationales d'élaborer une politique et des propositions visant à offrir un appui à la liberté religieuse dans les contextes multireligieux, et d'inciter efficacement les Eglises à défendre les chrétiens subissant la violence;

E. encourage les Eglises, quel que soit leur contexte, à faire preuve de sensibilité interreligieuse dans leur témoignage, en prêchant et en enseignant qu'il ne faut pas user de représailles, tout en respectant le droit à la liberté religieuse pour tous;

F. rappelle aux Eglises que leur témoignage contre la violence antichrétienne est d'autant plus crédible lorsqu'il s'accompagne d'un engagement déterminé à protéger toutes les personnes et communautés vulnérables, quelle que soit leur identité religieuse.

Approuvé à l'unanimité par consensus

 

Cette prière est offerte en tant que ressource pour permettre l'engagement des Eglises envers la question soulevée dans la note ci-dessus. 

Dieu de grâce et sauveur, ami de tous ceux et celles qui souffrent, et espoir de tous ceux et celles qui sont acculés au désespoir,

rends nous disposés et prêts à partager les atteintes faites à celles et ceux à qui la Croix a été imposée.

Que notre présence aimante offre le réconfort et que notre voix appelle à la justice.

Et en toutes circonstances, que notre ministère ne soit pas un ministère de vengeance, mais de réconciliation,

par Jésus Christ notre Seigneur. Amen.