World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Documentation / Documents / Comité central / Genève, 2005 / Reports and Documents / GEN 17 Premier rapport du Comité de programme

GEN 17 Premier rapport du Comité de programme

22 février 2005

1. Introduction

Lorsque les membres du Comité du programme ont commencé leurs travaux, le président, le père K.M. George, leur a rappelé qu'ils se réunissaient pour la dernière fois. Il a évoqué un récit traditionnel de l'Eglise primitive à propos d'une mère du désert, « amma », qui n'allait jamais nulle part mais qui, lorsqu'on lui demandait ce qu'elle faisait, répondait « Je voyage ». C ‘est dans cet esprit que le Comité a entrepris ses travaux.

<typolist type="1">

Prendre connaissance des principales activités de programme 2004 et formuler ses commentaires (GEN 06).

Prendre connaissance des rapports des commissions, du Comité de direction de Bossey, du Groupe consultatif et des Groupes de référence et formuler ses commentaires ; prendre connaissance des auto-évaluations réalisées par certains organes consultatifs ; discuter du rapport « De Harare à Porto Alegre » (GEN 07), prendre connaissance des commentaires des autres comités et présenter des recommandations au Comité central.

</typolist>

3. Discuter du rapport d'évaluation des programmes préalable à l'Assemblée (GEN 08), prendre connaissance des commentaires des autres comités et présenter des recommandations au Comité central.

4. Discuter des questions relatives à la méthode du consensus et aux changements apportés au règlement des débats.

5. Examiner les questions soulevées par les rapports du Bureau, du président et du secrétaire général au sujet des programmes et transmettre ses commentaires aux autres comités.

6. Formuler des recommandations en vue des travaux du Comité d'orientation du programme à la 9e Assemblée.

7. Examiner d'autres questions soumises à sa considération.

Comme par le passé, le Comité du programme s'est efforcé de travailler de manière imaginative. Il s'est scindé en trois groupes pour discuter des rapports dans le détail et permettre à beaucoup de voix de se faire entendre. Ce travail en petits groupes était nécessaire étant donné les contraintes de temps et pour assurer la pleine participation de tous les membres du Comité, avec toutefois l'inconvénient que tous n'ont pas pu examiner chaque sujet à fond.

2. Principales activités de programme 2004 (GEN 06)

Le Comité du programme a suivi une présentation « powerpoint » illustrant le document GEN 06. Etant donné que le Comité central dispose d'un rapport complet sur toutes les activités de programme accomplies depuis Harare, ce document se borne à en mentionner les principales concernant 2004. Le Comité du programme a pris connaissance de ce rapport et le recommande à l'attention du Comité central pour information.

3. Rapports des organes consultatifs

Le Comité du programme a pris connaissance de dix rapports succincts des organes consultatifs. Il exprime sa gratitude pour le précieux travail accompli par ces organes au niveau de l'orientation, de la réalisation et de l'évaluation du programme, conscient qu'une somme considérable d'activités est résumée dans ces textes. Le Comité du programme est également conscient que certains de ces organes, à savoir la Commission des Eglises sur la diaconie et le développement, la Commission « Justice, paix et sauvegarde de la création » et le Groupe de référence sur les relations et le dialogue interreligieux, constitués lors de la session du Comité central de 2003, se sont réunis pour la première fois depuis la restructuration des activités de programme en 13 programmes essentiels et deux initiatives oecuméniques internationales.

Le Comité du programme constate une fois encore qu'il a de la peine à obtenir une vue d'ensemble complète de toutes les activités de programme, faute de possibilités suffisantes de se réunir. Sa méthode de travail par petits groupes qui ne reçoivent que des rapports résumés fait que seul un petit nombre de ses membres ont une connaissance complète de bien des programmes. Il souligne en outre que les membres du Comité central ont encore moins d'occasions de saisir toute l'ampleur des activités de programme. C'est pourquoi il encourage les membres du Comité central à demander à un organe consultatif un rapport du Comité du programme sur un sujet donné s'ils veulent en savoir davantage et entretenir des relations de réseau avec l'équipe concernée.

3.1 Groupe de référence sur la Décennie « vaincre la violence » (PRO 1)

Le Comité du programme a pris connaissance du rapport et a salué tout ce qui a été accompli dans le cadre de la DVV pendant ses cinq premières années d'existence. La méthode consistant à déterminer plus d'une année à l'avance les accents spéciaux a eu des effets bénéfiques sur la planification et la préparation avec les Eglises de la région concernée. L'accent spécial de 2006, approuvé par le Comité central en 2003, portera sur l'Amérique latine, où les préparatifs vont déjà bon train.

Le Comité du programme recommande

au Comité central de consacrer les accents spéciaux des années à venir aux régions suivantes et d'en fixer les objectifs spécifiques, les contenus et les thèmes avec les partenaires régionaux :

<typolist>

2007 : l'Europe, pour coïncider avec le Troisième Rassemblement oecuménique européen sur la justice, la paix et la sauvegarde de la création ;

2008 : les îles du Pacifique - l'Assemblée de la Conférence des Eglises du Pacifique, prévue pour fin 2007, sera l'occasion de lancer ces activités spéciales ;

2009 : les Caraïbes - le fait de reconnaître les Caraïbes comme une région distincte des Amériques soutiendra les efforts des Eglises des Caraïbes dans le domaine de la DVV.

</typolist>

De cette manière, l'accent spécial annuel de la DVV aura couvert toutes les régions, dans leur ensemble ou en tant que sous-région ou encore dans un pays particulier.

Le Comité du programme recommande

de maintenir le Groupe de référence sur la DVV pendant la seconde moitié de la Décennie (soit après la Neuvième Assemblée) et demande au Comité exécutif de septembre 2005 de surveiller la procédure de désignation de ses membres.

Le Comité du programme approuve la proposition d'engager un/e stagiaire DVV dans la région de l'accent spécial, qui collaborera avec les OOR et le groupe de travail régional mis en place à cet effet.

Le Comité du programme approuve les propositions en vue de renforcer la participation des jeunes aux activités de la DVV pendant la 9e Assemblée (avec le Programme des jeunes du Comité central) et de mettre les jeunes en évidence dans les activités de l'accent spécial de 2006 sur l'Amérique latine et de la seconde moitié de la Décennie ; il approuve également l'idée de mettre la DVV en évidence lors de la Conférence de la CME prévue pour mai 2005 à Athènes.

3.2 Commission des Eglises sur la diaconie et le développement (PRO 2)

Le Comité du programme a pris connaissance du rapport de la première réunion de la Commission des Eglises sur la diaconie et le développement. Il prend note qu'elle a l'intention de rechercher les moyens de mettre en évidence la nature transformatrice de la diaconie lors de l'Assemblée du COE et d'entreprendre une analyse en profondeur de la transformation du contexte des activités de diaconie et de développement. Le Comité du programme relève que la Commission a aussi des idées à communiquer au Comité de planification de l'Assemblée concernant divers éléments du programme de celle-ci.

3.3 Commission « Justice, paix et sauvegarde de la création » (PRO 3)

Le Comité du programme a pris connaissance du rapport de cette Commission. Outre l'accent mis sur la mondialisation de l'économie, on a souligné la nécessité de continuer à faire participer les jeunes de manière plus visible et à considérer le rôle des femmes et leurs contributions ; le Comité se réjouit des autres activités accomplies sous l'égide de la Commission - populations autochtones, défense des personnes handicapées, communication, racisme, servir la vie, etc. Le Comité du programme souligne qu'un travail important est accompli pour étudier les conséquences de la mondialisation de l'économie sur les femmes.

Une attention particulière a été accordée au nouveau processus AGAPE (Alternative Globalisation Addressing People and Earth), qui figure en annexe au rapport de la Commission. Le Comité du programme a modifié la recommandation de la Commission et recommande au Comité central de l'adopter sous la forme suivante :

Processus AGAPE (Alternative Globalization Addressing People and Earth)

Le Comité du programme salue les efforts entrepris pour faire participer les Eglises au processus AGAPE et aux activités entreprises au sujet de la mondialisation de l'économie depuis l'Assemblée de Harare.

Le Comité du programme recommande à la Commission JPSC de préparer un appel à l'action (fondé sur le processus AGAPE) adressé aux Eglises pour étude et décision. Le Comité du programme recommande au Comité exécutif d'examiner cet appel et de l'approuver en septembre 2005.

Le Comité recommande que l'appel AGAPE, qui sera conçu comme une prière, soit au centre de la séance plénière de l'Assemblée sur la justice économique, afin que les Eglises poursuivent leurs activités dans ce domaine.

3.4 Commission des Eglises pour les affaires internationales (PRO 4)

Le Comité du programme a pris acte du rapport. Il constate que les Eglises membres, les partenaires spécialisés et les organisations oecuméniques sont de plus en conscients qu'il faut un travail de sensibilisation pour influencer les politiques des gouvernements et des organisations intergouvernementales. Il reconnaît les efforts déployés pour développer encore le travail de sensibilisation qu'accomplit le COE auprès des Nations Unies.

Il a noté avec satisfaction que, comme l'avait demandé le Comité central en septembre 2003, le travail se poursuivait sur l'approfondissement de la réflexion éthique et théologique sur la « responsabilité de protéger ».

Il a aussi approuvé la méthodologie qui consiste à travailler avec des points focaux régionaux sans se désintéresser d'autres situations de conflit.

3.5 Groupe de référence sur le dialogue avec les autres religions (PRO 5)

Le Comité du programme a pris acte du rapport. Il s'est félicité en particulier de la convocation d'une conférence interreligieuse internationale en juin 2005, notant que le dialogue avec les autres religions apparaît essentiel de nos jours, mais que ses répercussions doivent retenir l'attention.

3.6 Comité de direction de Bossey (PRO 6)

Le Comité du programme a pris acte du rapport du Comité de direction de Bossey en se félicitant de son orientation positive et de l'élargissement de son programme d'études, entre autres développements, notamment de l'ajout d'un programme d'un mois sur le dialogue et les rencontres entre les religions.

3.7 Commission plénière et Commission permanente de Foi et constitution (PRO 7)

Le Comité du programme a pris acte du rapport, en notant en particulier que la Commission plénière s'était réunie à Kuala Lumpur sur le thème « Accueillez-vous donc les uns les autres, comme le Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu » (Romains 15,7). Il approuve la réflexion tentée à Kuala Lumpur sur la quête de l'unité chrétienne dans un monde marqué par un pluralisme religieux et culturel toujours plus grand. Il apprécie les efforts faits pour associer les jeunes théologiennes et théologiens aux travaux de Foi et constitution.

De plus, le Comité du programme s'est vu rappeler le travail actuellement en cours sur la réflexion théologique sur la paix, dont la responsabilité incombe au premier chef à Foi et constitution mais qui concerne aussi de nombreux autres programmes. Il a noté que les textes des principales études étaient révisés à la lumière des discussions de la Commission plénière afin d'être présentés en juin à la Commission permanente. La Déclaration sur l'ecclésiologie sera présentée à la Neuvième Assemblée du COE.

3.8 Commission de mission et d'évangélisation (PRO 8)

Le Comité du programme a pris acte du rapport, en notant que les préparatifs de la Conférence mondiale sur la mission et l'évangélisation, qui se tiendra en mai 2005 à Athènes, sont en bonne voie et que la liste des participants est maintenant définitive. Les principaux documents préparatoires sur la mission en tant que réconciliation et sur la mission en tant que guérison sont accessibles sur le site web. Le Comité du programme a jugé lui aussi important que les résultats de la Conférence soient largement diffusés au sein du COE et que les suggestions touchant au programme soient notées scrupuleusement après la conférence.

Le Comité du programme a approuvé l'intention de la Commission de continuer à s'employer à élargir le cercle des membres de la CME, conformément à ses statuts.

Il a noté que la Commission jugeait important de participer à la préparation du centenaire de la Conférence d'Edimbourg (1910), tout en sachant que de nombreuses organisations, notamment le COE et le mouvement de Lausanne, voudront y être associées.

Le Comité du programme recommande :

que le Comité central confirme l'importance pour le COE, et notamment pour la CME, de célébrer le centenaire de la Conférence d'Edimbourg de 1910.

La prochaine Conférence mondiale sur la mission pourra ou non faire partie de cette célébration, mais cela impliquerait qu'elle ait lieu en 2010, comme l'envisage la Commission. Dans cette perspective, elle a relevé que ses travaux avaient besoin de continuité et qu'il ne devait donc pas y avoir de délai entre l'Assemblée et la constitution d'une nouvelle Commission.

Le Comité du programme recommande :

qu'un groupe restreint comptant jusqu'à six membres en exercice de la Commission, désignés à nouveau par leurs Eglises, les organismes affiliés ou les organisations représentant un plus large public soit nommé par le Comité exécutif lors de sa session de septembre 2005 ou par le nouveau Comité central lors de la première session qu'il tiendra immédiatement après l'Assemblée, pour assurer la continuité. Les 24 autres membres de la Commission seront nommés selon le calendrier normal.

3.9 Commission « éducation et formation oecuménique » (PRO 9)

Le Comité du programme a pris acte du rapport et confirmé l'importance de la formation oecuménique pour l'avenir du mouvement, la formation étant l'un des principaux moyens de préserver la santé présente et future du mouvement oecuménique et de le renforcer.

3.10 Groupe consultatif sur la communication (PRO 10)

Le Comité du programme a pris acte du rapport et approuvé l'orientation générale du projet de stratégie de communication du COE pour la période suivant l'Assemblée. Estimant important de ne pas attendre celle-ci pour poursuivre ce travail, il recommande :

que le Comité exécutif réfléchisse en 2005 à la manière de donner suite à la stratégie de communication et aux questions que soulève la politique linguistique.

Il recommande aussi :

l'adoption d'une stratégie claire concernant la diffusion d'informations par e-mail (listes de distribution), en particulier pour les membres du Comité central.

3.11 Organes consultatifs et processus d'évaluation interne

A sa session de 2003, le Comité du programme avait demandé à tous les organes consultatifs d'évaluer leurs propres travaux en suivant les lignes directrices qu'il avait lui-même fixées. Il a exprimé sa gratitude aux organes qui se sont effectivement acquittés de cette tâche, à savoir le Comité de direction de Bossey, la Commission « éducation et formation oecuménique » et la Commission de mission et d'évangélisation, ainsi qu'au Groupe consultatif sur la communication pour le rapport intérimaire qu'il a adopté, et aux Commissions plénière et permanente de Foi et constitution pour les commentaires formulés concernant leurs travaux.

Le Comité du programme a pris note du fait que la Commission de Foi et constitution souhaite avoir l'occasion de se réunir deux fois entre les Assemblée du COE, de façon à permettre à ses membres de se familiariser avec le travail et la méthode, pour une participation plus efficace et pour un travail mieux centré et plus approfondi. La Commission de mission et d'évangélisation a également signalé que la rareté des réunions (une tous les dix-huit mois) ne facilite pas la détermination des orientations, ni le suivi et l'évaluation des activités. Le Comité de planification de la Conférence s'est réuni bien plus fréquemment et ses membres étaient beaucoup plus investis dans la Commission.

Le Comité du programme est conscient que l'augmentation de la fréquence des réunions a des conséquences budgétaires. Il sait également que, dans le cas d'organismes consultatifs ayant leur propre constitution et leurs règlements, ainsi qu'un cercle de mandants qui ne se limite pas à celui du COE, toutes les modifications doivent recevoir l'accord de tous les partenaires et être en conformité avec ces règlements.

Le Comité du programme recommande :

que le Comité central examine la question de la fréquence des réunions des organes consultatifs et qu'il étudie la possibilité de modifier le règlement afin de permettre une plus grande flexibilité.

Le Comité du programme a pris note du fait que tant la Commission de mission et d'évangélisation que celle de l'éducation et de la formation oecuménique n'ont vu aucun avantage à la fusion des deux équipes de personnel en une seule, chargée des deux programmes et des deux commissions. Les deux commissions ont déclaré que le travail d'éducation et de formation oecuménique se rattachait à tous les secteurs d'activité du Conseil.

4. Rapport « De Harare à Porto Alegre » (Doc GEN 07)

Le Comité du programme a pris connaissance du projet de rapport De Harare à Porto Alegre. A ce stade, il donne au Comité central une certaine information sur le cadre de ce rapport, ainsi que des commentaires généraux à propos de la présentation, du calendrier et de l'introduction au texte. Les membres du Comité central sont invités à faire de plus amples commentaires dans la suite de cette semaine, personnellement ainsi que par l'intermédiaire des réunions des différents comités du Conseil.

4.1 Cadre

L'objet de ce rapport consiste à présenter à l'Assemblée, de manière cohérente, concise et lisible, les travaux du Conseil au cours des années séparant deux Assemblées. Le public visé est constitué par les Eglises membres, les délégués à la Neuvième Assemblée du COE et toutes les personnes qui s'intéressent d'une façon générale aux activités du COE. C'est pourquoi le rapport se concentre sur la signification et la réalisation des activités de programme sans tout exposer en détail. On espère pouvoir présenter l'ampleur des travaux du Conseil ainsi que la façon dont tant de programmes se relient entre eux. Les sources utilisées pour le rapport ont été les suivantes :

<typolist>

« Faisons route ensemble », rapport de l'Assemblée de Harare ;

les procès-verbaux et les rapports des réunions du Comité exécutif, du Comité central, des commissions et des groupes consultatifs depuis 1998 ;

les rapports écrits à l'intention des équipes du personnel et des partenaires financiers ;

les rapports annuels, les communiqués de presse et les informations sur Internet.

</typolist>

Le document définitif sera illustré.

4.2 Commentaires généraux

Le Comité du programme a accueilli favorablement le rapport et exprime sa reconnaissance à la rédactrice. Il estime important de fournir une vue d'ensemble cohérente des programmes du COE, dans un style descriptif et accessible. Il espère que le texte en sera aussi motivant que possible. (Certaines parties ont atteint cet objectif, d'autres non). L'une des possibilité serait d'ouvrir chaque chapitre par un résumé court et motivant, ou par une illustration.

Tel que le projet se présente, le rapport combine la relation des événements avec des « histoires en marge ». Le terme ne veut pas dire que le contenu de ces dernières serait secondaire. Bien au contraire. Dans le rapport définitif, ces passages seront mis en évidence de manière à attirer particulièrement l'attention.

Le Comité du programme pense que l'ensemble du document gagnerait à avoir une table des matières plus claire ainsi qu'un index. En particulier :

<typolist>

pour améliorer l'intelligibilité et faciliter les choses aux personnes qui ne sont pas familiarisées avec les changements intervenus dans la terminologie des programmes, il faudrait que la table des matières comporte une référence historique à la terminologie du Conseil ; on trouverait par exemple « Edifier l'unité de l'Eglise - Foi et Constitution », ou « Témoigner envers le monde - Mission et évangélisation » ;

on pourrait faire figurer les intertitres présents dans l'ensemble du rapport dans la table des matières, de façon à permettre aux lecteurs de bien voir le mouvement et l'ampleur du document ;

l'annexe donnant la liste des équipes du personnel pourrait sans doute figurer dans la table des matières ;

un index permettrait à une personne intéressée de découvrir rapidement l'ensemble des programmes et des activités susceptibles de se rattacher à un groupe ou à un thème particuliers, comme par exemple les relations avec les pentecôtistes, les changements climatiques, etc.

</typolist>

Le Comité du programme recommande :

que la publication du rapport De Harare à Porto Alegre ait lieu en juillet 2005.

Cette date donne le temps d'inclure les textes de la Commission plénière de Foi et constitution révisés par sa Commission permanente en juin 2005, le rapport de la Conférence mondiale sur la mission et l'évangélisation de mai 2005, et le rapport de la Conférence interreligieuse de juin 2005. Le Comité du programme n'estime pas utile de rédiger ces chapitres à l'avance ni d'exclure les rapports de ces réunions.

4.3 Suite du processus

A la lumière de cette introduction et de ces commentaires, les membres du Comité central sont invités à poursuivre la réflexion sur ce rapport, à la fois individuellement et dans les comités. Ces réflexions pourraient comporter, entre autres, les éléments suivants :

<typolist>

Echanger des commentaires à propos de la portée et de l'approche générale du rapport.

Discerner toute information importante relative au programme des sept dernières années que le rapport aurait pu omettre.

</typolist>

On est prié de fournir par écrit les propositions de modification de tout chapitre du rapport aux rapporteurs du Comité du programme, Ruth Bottoms et Bruce Robbins, au plus tard vendredi à 18 heures. Cela permettra au Comité du programme, dans la deuxième partie de son travail, de présenter d'autres recommandations au Comité central.