World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Documentation / Documents / Assemblée du COE / Porto Alegre, 2006 / 3. Documents préparatoires et documents de base / Assembly books / Le Huitième Rapport du Groupe mixte de travail de l'Eglise catholique romaine et du COE

Le Huitième Rapport du Groupe mixte de travail de l'Eglise catholique romaine et du COE

Le Huitième Rapport du Groupe mixte de travail de l'Eglise catholique romaine et ddu Conseil oecuménique des Eglises, qui relate les activités menées par le GMT entre 1999 et 2005, fait état des thèmes qu'il a approfondis et des questions qu'il a étudiées et inclut les rapports de trois études aujourd'hui achevées.

14 février 2006

Le Huitième Rapport du Groupe mixte de travail de l'Eglise catholique romaine et du Conseil oecuménique des Eglises, qui relate les activités menées par le GMT entre 1999 et 2005, fait état des thèmes qu'il a approfondis et des questions qu'il a étudiées et inclut les rapports de trois études aujourd'hui achevées.

A l'occasion du 40e anniversaire du Groupe qui, en 1965, s'était réuni pour la première fois à Bossey (Suisse), un colloque s'est tenu du 17 au 19 novembre 2005 en ce même lieu et a entériné le Huitième rapport du GMT, qui porte sur la période 1999-2005, avec les recommandations qu'il contient.

La nécessité d'encourager « un retour aux racines spirituelles de l'oecuménisme » vient en tête de ces recommandations. Ce qu'il faut, dit le rapport, « c'est une spiritualité oecuménique renouvelée, basée sur les richesses de nos traditions respectives », qui nous permette de « nous enrichir les uns les autres spirituellement, par une prière commune et d'autres formes de partage spirituel ».

Dans sa deuxième recommandation, le Groupe souligne « qu'est nécessaire un effort plus intense en ce qui regarde la formation oecuménique ». Il rappelle « l'importance qu'il y a à donner aux jeunes l'occasion d'entrer en contact avec les traditions autres que les leurs, en particulier par des programmes de formation, de mission et de service ».

En troisième lieu, et c'est à un sujet de préoccupation, le Groupe relève la nécessité de suivre de près « les difficultés pressantes, et susceptibles de diviser les Eglises, que l'on rencontre quand il s'agit de porter un témoignage commun à propos des questions morales personnelles et sociales ». Il énumère ensuite ces questions, parmi lesquelles figurent « la bioéthique, les droits de l'homme dans les domaines civil et religieux, les problèmes de la paix, la justice sociale, la guérison de la mémoire, la sexualité et la reproduction humaines ».

Enfin, le rapport cite plusieurs « nouveaux défis » qui exigent une réponse des chrétiens et « que le prochain GMT pourrait avec fruit examiner ». Ce sont le « dialogue interreligieux », « le pluralisme religieux et, en certains endroits, l'absence croissante de Dieu de la vie culturelle », « la généralisation des techniques modernes et la puissance des médias », « la prévalence de l'injustice, les diverses formes de violence et la crainte née du terrorisme international ». 

Le Huitième Rapport du Groupe mixte de travail
de l'Eglise catholique romaine et du COE

1999-2005