World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Katsunori Yamanoi

17 février 2006

President du Conseil d'administation de la communauté Rissho Kosei-kai 

Salut à vous tous ! Je m'appelle Katsunori Yamanoi et je suis président du Conseil d'administration de la communauté Rissho Kosei-kai. C'est au nom de ce mouvement que je souhaite exprimer ma profonde gratitude pour cette possibilité de participer à la Neuvième Assemblée du COE. Je souhaite aussi vous faire part de mon profond respect pour le COE, qui a grandement contribué, depuis plus d'un demi-siècle, à l'harmonie entre diverses Eglises et au dialogue interreligieux.

Rissho Kosei-kai a envoyé des représentants à chaque Assemblée, depuis la Sixième qui s'est tenue à Vancouver, Canada. Depuis 1985, Rissho Kosei-kai est en dialogue avec le COE au travers de son bureau de liaison à Genève, Suisse. Rissho Kosei-kai est aussi l'organisation mère de la Niwano Peace Foundation qui a décerné en 1986 le quatrième Prix Niwano au pasteur Philip A. Potter, ancien secrétaire général du COE. Des années auparavant, en 1969, Nikkyo Niwano, fondateur de Rissho Kosei-kai, avait rencontré le secrétaire général d'alors, Eugene Carson Blake, au siège du COE à Genève. Leur échange de vues a créé un lien par-delà les différences religieuses. 

Rissho Kosei-kai est une organisation bouddhiste laïque qui cherche à vivre selon le Dharma véritable révélé par Shakyamuni. Nous continuons à croître spirituellement, confirmant et reconfirmant l'essentiel de ce que Shakyamuni a voulu nous communiquer.

Cette année, Rissho Kosei-kai va atteindre une étape charnière, puisque nous célébrons le 100e anniversaire de la naissance de notre fondateur, Nikkyo Niwano. Durant sa vie, son but a été de réaliser la paix au travers du dialogue et de la coopération entre les religions, et il a oeuvré inlassablement pour créer et développer la Conférence mondiale des religions pour la paix (WCRP). Le fondement de son activité était l'esprit du « seul véhicule », à savoir : « Puisque tous les êtres humains, de par leur nature, voyagent ensemble dans un même véhicule, nous devrions être larges d'esprit, nous respecter les uns les autres et coopérer. » Aujourd'hui, participant à cette Neuvième Assemblée, je me rends compte une fois de plus que le monde vers lequel vous tous, au COE, tendez est le même but vers lequel je m'efforce de parvenir, en tant que bouddhiste. 

Le COE a proclamé la première décennie du 21e siècle comme Décennie « vaincre la violence ». Assurément, c'est un appel qui vient à son heure. Actuellement, la guerre et le terrorisme prévalent dans notre monde. Le coeur des gens est plein de suspicion, d'antagonisme et de malentendus. Nous qui sommes religieux, nous ne pouvons pas nous permettre de l'ignorer. 

Shakyamuni nous a montré la Voie juste lorsqu'il a dit : « En vérité, la méchanceté ne peut pas être éliminée par la méchanceté. Ce n'est possible que par la compassion ». Le pasteur Martin Luther King disait : « Rendre la violence pour la violence accroît la violence et ne fait que rendre une nuit obscure et sans étoiles plus obscure encore. L'obscurité ne peut pas chasser l'obscurité. Seule la lumière le peut. La haine ne peut pas chasser la haine. Seul l'amour en est capable. » La compassion et l'amour sont tout ce dont nous disposons pour vaincre la violence.

Je suis conscient du fait que le monde de la compassion, le monde de l'amour que nous recherchons ne se réalisera pas en un jour et une nuit. Néanmoins, je suis convaincu que si les responsables religieux peuvent dialoguer avec sincérité et coopérer, peu à peu la société puis le monde trouveront la paix. Cette conviction est gravée dans mon coeur et j'espère m'efforcer dès maintenant d'aller dans cette direction main dans la main avec tous les membres du COE. 

A propos, en août de cette année, la Huitième Assemblée de la Conférence mondiale des religions pour la paix se réunira à Kyoto, au Japon. C'est Nichiko Niwano, président de Rissho Kosei-kai qui l'accueillera. Ce sera la première Assemblée de la Conférence au 21e siècle, et j'espère sincèrement, du fond du coeur, que de nombreux membres du COE, pourront coopérer et y participer, afin qu'elle soit plus efficace. 

Je conclurai cette allocution en priant pour que les résultats de cette Neuvième Assemblée du COE deviennent un chapitre de l'histoire humaine illuminé d'espérance et inspirent l'humanité en lui montrant comment il convient de vivre. 

Je vous remercie de votre attention.