Introduction

La justice de Dieu permet à tous les peuples de l'adorer librement. Jérusalem est une ville sacrée pour trois grandes religions mondiales : le judaïsme, le christianisme et l'islam, qui adorent toutes le Dieu d'Abraham. Ésaïe, reconnu comme prophète par ces trois religions, déclare dans ce texte biblique que la maison de Dieu est censée être « une maison de prière pour tous les peuples ». L'identité multiconfessionnelle de Jérusalem et d'Israël et de la Palestine dans son ensemble est reconnue par l'État d'Israël ainsi que par la communauté palestinienne. Cependant, malgré l'engagement déclaré d'Israël à soutenir la liberté de culte pour les trois confessions, la réalité est que l'accès au culte est inégal et que des obstacles importants existent pour les Palestiniens chrétiens et musulmans qui cherchent à pratiquer leur culte dans leurs lieux sacrés. Cette année, alors que les célébrations de Pessah pour les juifs, de la Semaine Sainte et de Pâques pour les chrétiens et du mois sacré du Ramadan pour les musulmans se chevauchent, il est plus important que jamais de plaider pour un accès sûr et sécurisé au culte pour tous les résidents de Jérusalem et de la Terre Sainte.

 

Texte biblique

Ésaïe 56:7

7 Je les ferai venir à ma sainte montagne,
     je les ferai jubiler dans la Maison où l’on me prie ;
leurs holocaustes et leurs sacrifices
    seront en faveur sur mon autel,
car ma Maison sera appelée :
 « Maison de prière pour tous les peuples » .

 

Réflexion

Jérusalem est un lieu de prière. C'est vrai toute l'année, mais jamais autant que lorsque chacune des trois grandes religions qui se partagent la Terre Sainte célèbrent leurs principales fêtes et commémorations solennelles. Cette année, la Semaine sainte et Pâques (dans les traditions occidentale et orientale) se dérouleront du 10 au 23 avril, Pessah du 15 au 22 avril et le Ramadan du 2 avril au 2 mai. La confluence de ces saisons saintes devrait être l'occasion pour les juifs, les chrétiens et les musulmans d'être « joyeux dans la maison de prière [de Dieu] ».

Pourtant, la lutte pour un accès sûr et sécurisé aux lieux saints se poursuit, en particulier pour les chrétiens et les musulmans. Le mur de séparation israélien en est un exemple clé puisque des gardes armés aux points de contrôle militaires déterminent si les Palestiniens peuvent entrer à Jérusalem ou dans d'autres zones pour pratiquer leur culte (ainsi que pour travailler, voir leur famille, recevoir un traitement médical ou pour toute autre raison). Les permis d'entrée ne sont pas toujours accordés, et même s'ils le sont, ils ne sont pas toujours respectés.

En outre, en décembre 2021, une lettre publiée par les chefs d'églises de Jérusalem à l'intention de la communauté mondiale a mis en lumière comment le culte chrétien avait été menacé ces derniers jours : par des attaques contre le clergé et des membres chrétiens, par le vandalisme et des dommages causés aux églises et aux sites de culte chrétiens et par le harcèlement et l'intimidation menés par des groupes nationalistes israéliens extrémistes. Cet appel a été repris par plusieurs responsables d'églises dans des médias internationaux. Certaines sources israéliennes contestent ces affirmations, insistant sur le fait que les chrétiens en Israël bénéficient de l'égalité et du libre accès au culte. Ce contre-argument ne tient pas compte de l'absence de droits similaires pour les chrétiens palestiniens à Jérusalem-Est, en Cisjordanie et à Gaza.

À quoi ressemblerait la préservation de l'identité multiconfessionnelle de Jérusalem par un accès égal au culte ? Cette idée n'est guère nouvelle, comme le prouve la déclaration d'Ésaïe. La « montagne sainte » et la « maison de prière » auxquelles le prophète fait référence sont Jérusalem elle-même et le sol sacré du temple d'Israël - qui comprend aujourd'hui le Mur occidental ainsi que la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher, des sites considérés comme sacrés par les juifs et les musulmans du monde entier. Non loin de cette partie de la vieille ville de Jérusalem se trouve le début de la Via Dolorosa, le chemin solennel qui commémore la marche de Jésus vers le lieu de sa crucifixion et de sa résurrection. Alors même que le livre d'Ésaïe promet à la communauté d'Israël en exil qu'elle célébrera un jour un retour joyeux au temple, le prophète proclame une vision élargie de ce lieu saint, dans laquelle Dieu invite et accepte le culte de « tous les peuples » qu'il rassemblera et rendra joyeux.

Notez qu'Ésaïe précise également une chose : la « montagne sainte », la « maison de prière » et l'invitation appartiennent toutes à Dieu et viennent de Dieu. C'est Dieu qui imprègne le lieu et les gens de sainteté. Dans le mariage chrétien, l'Église dit parfois : « Ce que Dieu a uni, que personne ne le sépare ». De même, nous pouvons dire : pour ceux que Dieu a invités et accueillis dans la maison de prière de Dieu, que personne ne les en empêche !

 

Questions

1. Dans les traditions juive, chrétienne et musulmane, la prière peut avoir lieu dans de nombreux endroits, mais les espaces sacrés sont depuis longtemps réservés au culte. Qu'est-ce qui rend ces espaces sacrés ou saints ?

2. Qui, dans votre propre communauté, pourrait être confronté à des obstacles à la pratique d'un culte sûr, sécurisé et libre ? Comment pourriez-vous agir en tant que voisin de ces personnes ?

 

Prière :

Dieu saint, te rencontrer dans le culte nous donne la vie et renforce notre foi. Dans le culte, nous restons humbles en ta présence, étreints par ton amour et envoyés au service de nos voisins. Nous prions pour ceux qui sont empêchés de te rendre librement un culte et pour tous ceux qui sont victimes de harcèlement et de violence en raison de leur culte. Puissions-nous, par ton Esprit, travailler pour un monde dans lequel tous les peuples peuvent venir joyeusement, librement et en toute sécurité dans ta maison de prière. Au nom de Jésus, Amen.