Image
detail of the tapestry in the ecumenical center, Geneva
Photo:

Introduction

Le méthodisme a émergé comme mouvement de renouveau ou missionnaire au sein de l’Église d’Angleterre. Par conséquent, quand les Méthodistes fêtent l’Ascension , ils conservent volontiers la tradition liturgique anglicane ou empruntent la liturgie à d’autres traditions protestantes. Cependant, certains courants du premier méthodisme ont pris une direction plus charismatique ou « primitive » et, en mettant l’accent sur la prédication évangélique et la prière extemporanée, ont eu tendance à se méfier des liturgies écrites, des lectionnaires, du sacramentalisme, voire de la « tradition » elle-même. Cependant, tous les méthodistes ont en commun de chanter la foi, de sorte que les hymnes occupent une place très importante pour permettre un culte digne et de bien formuler le contenu de notre foi.

L’ouvrage de Charles Wesley, Hymns on the Great Festivals and Other Occasions (1746), comprend trois chants sur la nativité, quatre sur la crucifixion, trois sur la Résurrection, trois sur l’Ascension et trois sur le dimanche de Pentecôte. La croix était au centre de la foi et de l’hymne de Wesley, mais, de manière peut-être surprenante, il avait tendance à considérer la Résurrection du Christ comme quelque peu secondaire par rapport à son Ascension – ou peut-être considérait-il la sortie du Seigneur du tombeau et son entrée au ciel comme deux aspects d’un même mouvement triomphal.

Voici quelques vers de Charles Wesley, exprimant la foi et la théologie, dans des hymnes pour la résurrection et l’ascension qui sont encore régulièrement chantés dans les églises méthodistes aujourd’hui :

Jésus Sauveur règne,
Le Dieu de vérité et d’amour,
Après avoir purifié nos souillures,
il a pris place dans les hauteurs.
(Extrait de « Rejoice the Lord is King »)

Nous nous élevons maintenant là où le Christ nous a conduits, Alléluia !
En suivant notre chef exalté, Alleluia !
Faits comme lui, comme lui nous nous levons, Alléluia !

À nous la croix, la tombe, les cieux, Alléluia !
(Extrait de « Christ the Lord is Risen Today »)

Le ciel le reçoit là-haut, mais il aime la terre qu’il quitte ;
Il retourne sur son trône, mais voit l’humanité comme sienne.
Regardez ! Il lève les mains là-haut ! Regardez ! Il montre les empreintes de l’amour !
Écoutez ! Ses lèvres gracieuses accordent des bénédictions à son Église ici-bas !
Il plaide encore pour nous sa mort ; prévalent, il intercède ;
Le Proche prépare lui-même notre place, annonciateur de l’espèce humaine.
(Extrait de « Hail the Day that Sees Him Rise »)

Passage de la Bible : Éphésiens 4:1-16

Je vous y exhorte donc dans le Seigneur, moi qui suis prisonnier : accordez votre vie à l’appel que vous avez reçu ; en toute humilité et douceur, avec patience, supportez-vous les uns les autres dans l’amour ; appliquez-vous à garder l’unité de l’esprit par le lien de la paix. Il y a un seul corps et un seul Esprit, de même que votre vocation vous a appelés à une seule espérance ; un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême ; un seul Dieu et Père de tous, qui règne sur tous, agit par tous, et demeure en tous.

À chacun de nous cependant la grâce a été donnée selon la mesure du don du Christ. D’où cette parole :
« Monté dans les hauteurs, il a capturé des prisonniers ; il a fait des dons aux hommes. »

(Il est « monté » ! Qu’est-ce à dire, sinon qu’il est aussi descendu jusqu’en bas sur la terre ? Celui qui est descendu, est aussi celui qui est monté plus haut que tous les cieux, afin de remplir l’univers). Et les dons qu’il a faits, ce sont des apôtres, des prophètes, des évangélistes, des bergers et catéchètes, afin de mettre les saints en état d’accomplir le ministère pour bâtir le corps du Christ, jusqu’à ce que nous parvenions tous ensemble à l’unité dans la foi et dans la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’adultes, à la taille du Christ dans sa plénitude. Ainsi, nous ne serons plus des enfants, ballottés, menés à la dérive à tout vent de doctrine, joués par les hommes et leur astuce à fourvoyer dans l’erreur. Mais, confessant la vérité dans l’amour, nous grandirons à tous égards vers celui qui est la tête, Christ. Et c’est de lui que le corps tout entier, coordonné et bien uni grâce à toutes les articulations qui le desservent, selon une activité répartie à la mesure de chacun, réalise sa propre croissance pour se construire lui-même dans l’amour.

Réflexion

Si vous suivez cette étude dans un groupe (en particulier un groupe œcuménique), il se peut que vous ayez envie de projeter et de protéger votre identité personnelle ou celle du groupe et que vous teniez à « avoir raison ». Cela reviendrait à résister et à contrecarrer le message même de ce texte des Écritures. Ne vous précipitez pas pour voir ce que j’ai à dire sur ce passage avant d’avoir pris le temps de savourer la parole de Dieu et de la savourer lentement avec l’aide du Saint-Esprit. Il y a un danger que nous nous précipitions en avant, en voulant des réponses ou une compréhension intellectuelle, et en essayant de définir ou de contrôler la parole de Dieu. Au contraire, avec ouverture et sensibilité au mouvement de l’Esprit Saint de Dieu, lisez le passage lentement, plusieurs fois. Ensuite, relisez-le éventuellement dans une autre traduction ou, si vous êtes polyglotte, dans une autre langue. Lisez ce qui précède et ce qui suit ce bref passage. Quels sont les mots ou les phrases qui résonnent en vous ? Où ressentez-vous un mouvement dans votre esprit ? Nous demandons à Dieu d’ouvrir les yeux de notre cœur (Éph. 1:18), à comprendre l’immense portée de l’amour et de la grâce de Dieu à notre égard, et à être remplis de toute la plénitude du Christ. Nous devons nous approcher avec humilité et crainte - pour entrer dans ce plan mystérieux de Dieu - issu de l’amour de Dieu et réalisé dans l’unité.

Le message du texte de l’épitre aux Éphésiens peut se résumer très simplement en deux grandes parties. Les trois premiers chapitres exposent le plan mystérieux de Dieu pour apporter la réconciliation et l’unité - pour mettre fin à la division et à l’aliénation - et pour réunir toutes choses en Christ. La seconde moitié de la lettre nous exhorte à être à la hauteur de cette vocation. Il y a un appel aux chrétiens, individuellement, à se réconcilier et à être unis, mais aussi un appel à l’Église à montrer au monde une incarnation de cette réconciliation et de cette unité. L’ascension du Christ est un signe central et dynamique du rapprochement du ciel et de la terre : le Christ fait « monter » l’humain et le terrestre dans le cœur de Dieu et déclenche le mouvement promis du monde céleste « descendant » dans le cœur des Hommes par l’envoi du Saint-Esprit.

La montée et la descente sont des mouvements de Dieu et du peuple de Dieu tout au long de la Bible. Pour le peuple de Dieu, il peut s’agir d’un mouvement physique (monter et descendre de la montagne), d’un mouvement liturgique (monter au lieu saint) et d’un mouvement spirituel (Paul est emporté dans une vision du paradis [2 Cor. 12:4]). Toutefois, ces mouvements sont essentiellement relationnels plutôt que spatiaux, indiquant l’aliénation ou la réconciliation, l’exclusion ou l’étreinte. Le Messie était attendu, et Jésus est apparu comme celui qui allait combler cette lacune, une fois pour toutes.

Plutôt que de comprendre l’ascension comme le point culminant de la mission expiatoire de Jésus, et un signe visible de cette réconciliation entre le ciel et la terre, certains n’y ont voulu y voir qu’une interprétation très littérale (Jésus s’envolant vers les étoiles). Le sceptique rationaliste a tendance à se sentir condescendant et supérieur, sans l’humilité nécessaire devant le mystère de la création de Dieu. Le christianisme occidental est souvent resté coincé « dans la tête », multipliant les arguments contradictoires (aux vents des variations de doctrine ?), en évitant la sagesse spirituelle et le discernement du cœur. Cela peut s’accompagner d’une méfiance inutile à l’égard de tout ce qui est corporel - et nous passons ainsi à côté de la bonne nouvelle de la résurrection corporelle et de l’ascension corporelle de Jésus. Le céleste et le terrestre sont deux aspects ou dimensions de la bonne création de Dieu.

Sur l’île de Man, nous avons la tradition celtique des « lieux minces » (« thin places »): des lieux où il semble n’y avoir aucune distance entre le ciel et la terre, des lieux où le voile ou le mur entre les deux dimensions est si ténu que nous percevons la consommation de cette union entre le ciel et la terre. Ces lieux se trouvent souvent en marge ou à des endroits de transition, là où la terre rencontre la mer (falaises et rivages), là où la terre rencontre le ciel (collines et montagnes), ou là où l’eau jaillit de la terre (sources, chutes d’eau, voire puits). Dans certains de ces endroits, on peut encore voir les restes de keeills – petites chapelles, cellules ou ermitages. Le plus souvent isolés et inaccessibles, les keeills étaient situés en vue d’une vie de prière plutôt que pour accueillir ou attirer des masses de gens. Par exemple, Lag ny Keeilley (Creux de la chapelle) est niché sur une corniche où la « colline du jour levant » (Cronk-ny-Irree-Laa) tombe dans la mer ; on dit ici que les vieux Manx avaient l’habitude de coller leurs oreilles au sol pour entendre les sons de l’infini (Sheean-ny-Feaynid).

Cela soulève pour moi la question de savoir si les êtres humains peuvent devenir eux-mêmes des « lieux minces » – physiquement ou en tant qu’Église. Vous avez peut-être remarqué en lisant le Nouveau Testament que les disciples (les apôtres) habitent les évangiles et l’église primitive dans les Actes, mais que dans les épîtres, les disciples disparaissent, devenant des « frères et sœurs » avec un appel à devenir des « saints ». L’ascension est à nouveau un tournant. Les croyants ne peuvent plus suivre Jésus car il est absent de la terre et intronisé comme Seigneur. Jésus-Christ est Seigneur, mais il n’est pas éloigné de nous car il remplit l’univers (Éph. 4:10), y compris les saints (nous, idéalement) par l’action du Saint-Esprit. Nous sommes donc appelés à être « construits » ensemble spirituellement pour devenir une demeure pour Dieu (Éph. 2:22) pour atteindre la pleine stature du Christ (Éph. 04:12). Il me semble donc que si nous trouvons l’unité en Christ, et réalisons l’« unicité » décrite dans les versets 4 à 6, nous pouvons nous-mêmes devenir des « lieux minces » où les dimensions se touchent et où la terre est embrassée par le ciel.

Questions pour une réflexion plus approfondie

  1. Le passage commence par le soutien mutuel dans l’amour (v. 1) et se termine par la construction du corps dans l’amour (v. 16). La psychologie sociale nous apprend que l’esprit humain classe les choses et les personnes en groupes. Inconsciemment, nous accentuons les différences entre les groupes et nous nous comparons et rivalisons par envie de gratification. Cette situation est à l’origine de beaucoup de conflits du XXIe siècle, et elle est à l’origine de toutes les formes de discrimination et de non-respect de l’égalité de valeur et de dignité de chaque personne humaine. Nos conflits confessionnels nous empêchent-ils de pointer du doigt la paille dans les yeux des autres en ignorant la poutre dans les nôtres ?
  2. Si cet appel à l’unité est si central à notre vocation et à notre aspiration, pourquoi Dieu n’est-il pas glorifié par l’unité réelle et visible du corps du Christ sur terre ? Il n’y a évidemment rien qui manque dans l’amour débordant et les dons de la grâce que nous avons déjà reçus en Christ ; mais alors, qu’est-ce donc qui fait obstacle à l’unité de l’Église ?
  3. Le verset 12 parle d’équiper les saints pour l’œuvre du ministère - un ministère d’unité. C’est un effort très collectif. Nous pourrions voir dans le verset 11 une hiérarchie des dons, mais le but et l’objectif de tous les dons est d’équiper et de construire les saints ensemble dans l’unité et la maturité en Christ. Cela nous encourage à reconnaître le ministère personnel de chaque chrétien, et un ministère partagé. Les dons sont donnés à tous (v. 7). Comment votre tradition encourage-t-elle le ministère de l’ensemble du peuple de Dieu ? Qui sont les apôtres, les enseignants, etc. ? Pourraient-ils être d’autres que des prêtres, des pasteurs et des théologiens ? Les enseignants dont nous avons besoin pourraient-ils être, par exemple, des autochtones ? Pouvons-nous entendre les prophéties de saints oubliés sur les bancs de nos églises ?
  4. Le corps du Christ est une grande image de l’unité dans la diversité. Pouvez-vous jouer avec cette image et explorer ce qu’elle signifie, non seulement pour votre communauté particulière de chrétiens réunis, mais pour toute la maison de Dieu ? Dans ce passage, nous voyons la première ébauche d’une compréhension de la nature trinitaire de Dieu – l’unité de Dieu dans la diversité. Pouvons-nous vivre les trois « plis » de Dieu (de l’allemand Dreifaltigkeit) comme une invitation à se joindre au cercle de danse de Dieu (du grec Perichoresis) plutôt que comme une invitation à des discussions doctrinales ? Comme l’a dit la ballerine Isadora Duncan, « Si je pouvais vous dire ce que cela signifie, il n’y aurait aucun intérêt à le danser. »
  5. L’enlèvement de l’humain et du matériel au ciel - et l’aspiration à la consommation finale du ciel et de la terre – a d’importantes implications pour notre relation avec notre planète et la Création en général. Si Dieu va brûler le monde à la fin des temps, quel intérêt y a-t-il à en avoir le souci maintenant ? Si les corps sont « jetables », nous pouvons les traiter avec mépris. Mais à l’inverse, que convient-il de faire si Dieu est « en tout » et que le Christ est monté pour « remplir l’univers » ? Quelle différence cela fait-il si nous savons que chaque cicatrice infligée sur terre sera incorporée dans la nouvelle création ?

Prière

C’est pourquoi je fléchis les genoux devant le Père, de qui toute famille tient son nom, au ciel et sur la terre ;

qu’il daigne, selon la richesse de sa gloire, vous armer de puissance, par son Esprit, pour que se fortifie en vous l’homme intérieur,

qu’il fasse habiter le Christ en vos cœurs par la foi ; enracinés et fondés dans l’amour,

vous aurez ainsi la force de comprendre, avec tous les saints, ce qu’est la largeur, la longueur, la hauteur, la profondeur… et de connaître l’amour du Christ qui surpasse toute connaissance, afin que vous soyez comblés jusqu’à recevoir toute la plénitude de Dieu.

À celui qui peut, par sa puissance qui agit en nous, faire au-delà, infiniment au-delà de ce que nous pouvons demander et imaginer,

à lui la gloire dans l’Église et en Jésus Christ, pour toutes les générations, pour les siècles des siècles. Amen.

Hymne : « Une famille humaine que Dieu a créée »

Une famille humaine que Dieu a créée,
et pour que tous aient le souci de chacun.
Un seul monde, pour être la maison de tous,
avec toutes ses richesses à partager.
Un seul Christ, à manifester sur terre
l’ultime dessein de l’amour.
Une Église pour connaître le mystère
de pain rompu et de vin.

Une seule race, un seul monde – pourtant déchiré ;
Nous rejetons le chemin de l’amour.
Mais toujours devant nous, le Christ nous mène
Et appelle son Église à passer
De l’amour du pouvoir au pouvoir de l’amour,
pour faire passer le message à tous ;
Faire confiance à l’amour qui a vaincu la mort,
Hors des murs de la ville.

Et sommes-nous assez courageux pour rejoindre
Avec cette grande communauté ;
Le coût, c’est tout ce que nous avons
Et sommes ou espérons être ;
La coupe amère du péché humain
Pour boire avec celui qui est mort,
Et emmener son amour hors les murs
À tous les crucifiés?

Réclamez celui qui nous réclame,
Pour partager sa douleur et son chagrin,
Pour porter les cicatrices qui nous marquent..
La marque de la croyance.
Partenaires du Christ vivant,
Qui nous aventurons sur le chemin qu’il a emprunté,
Avec l’amour émerveillé que nous trouvons, nous partageons
La joie intemporelle de Dieu.

Rosemary Wakelin [née en 1932] ; Chanter la foi, 687
Utilisé avec la permission de l’auteur

À propos de l’auteur
Janet Corlett est pasteur de l’Église méthodiste de Grande-Bretagne et Vice-modératrice de la Commission de mission et d’évangélisation du COE. Elle a travaillé comme agronome en Inde et au Zimbabwe, et comme partenaire de mission au Honduras. Elle est née dans l’île de Man et sa foi est enracinée dans la spiritualité celtique de l’île.