World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Centre de presse / Nouvelles / La directrice de la communication du COE victime de menaces et de chantage de la part de pirates informatiques

La directrice de la communication du COE victime de menaces et de chantage de la part de pirates informatiques

La directrice de la communication du COE victime de menaces et de chantage de la part de pirates informatiques

Photo: Albin Hillert/COE

19 avril 2019

Version française publiée le: 23 avril 2019

Marianne Ejdersten, directrice de la communication du Conseil œcuménique des Églises (COE), fait l'objet de menaces de la part d'un groupe se présentant comme «le Groupe d'experts chinois».

Lors d'un premier contact le 17 avril, le groupe a piraté la messagerie privée de Marianne Ejdersten – dérobant ainsi plusieurs photos de famille – et exigé le paiement d'une rançon de 159 000 $ dans un délai de 72 heures. Par ailleurs, il a menacé de diffuser lesdites photos sur la toile, puis de pirater les comptes de réseaux sociaux et le site Internet du COE.

Le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du COE, a condamné cette attaque criminelle. «Vivre une telle expérience est effroyable, même si le fait d'exercer un rôle public peut conduire à des attaques de ce genre», a-t-il déploré. «Le COE ne cédera jamais à de telles menaces.»

Le COE et sa directrice de communication, qui ont déjà contacté la police, continuent de faire le nécessaire pour assurer leur sécurité. «Nous poursuivrons notre travail», a affirmé M. Tveit. 

Les menaces, proférées par courriel et par téléphone, fixent un délai pour le versement de la rançon. «Nous n'accepterons aucun retard dans le paiement de la somme exigée», peut-on notamment lire dans le message de menaces. «En cas de retard, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour détruire votre image, et si vous ne respectez pas les instructions qui vous ont été communiquées, nous affirmerons notre suprématie.»

Marianne Ejdersten s'est dite choquée, mais pas effrayée: «Il s'agit d'une attaque contre ma personne, ma famille, le Conseil œcuménique des Églises et la liberté d'expression», a-t-elle expliqué. «Il est inacceptable d'exploiter ma vie privée pour me faire chanter. Jamais je n'accepterai de monnayer mon droit à avoir des communications privées avec mes proches et mes amis.»

Mme. Ejdersten pense que ces menaces pourraient être une tentative visant à faire taire ou à réduire la portée de la voix publique et prophétique du COE, qui aide à mettre en lumière les histoires des personnes les plus vulnérables de la planète.

«Aujourd'hui, je suis plus que jamais convaincue qu'une voix forte en faveur de la justice et de la paix est nécessaire», a déclaré la directrice de la communication.