World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Centre de presse / Nouvelles / Les valeurs d'unité, de solidarité et d'espérance au cœur du week-end œcuménique

Les valeurs d'unité, de solidarité et d'espérance au cœur du week-end œcuménique

Les valeurs d'unité, de solidarité et d'espérance au cœur du week-end œcuménique

Les participants au week-end œcuménique se sont réunis pour observer un moment de prière. Photo: Albin Hillert/COE

04 novembre 2018

Version française publiée le: 07 novembre 2018

L'unité et la solidarité en Christ comme instruments de lutte contre les tendances populistes étaient au cœur du message d'ouverture du week-end œcuménique, qui s'est tenu les 3 et 4 novembre derniers à Uppsala (Suède). Réunies autour du thème «Voici, je fais toutes choses nouvelles», 150 personnes ont été conviées à réfléchir aux défis auxquels l'œcuménisme est actuellement confronté.

Dans son allocution, le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises (COE), a exprimé l'espoir sincère que ce week-end œcuménique mette en lumière et renforce notre détermination à mener à terme la tâche qui nous attend. Il a souligné l'opportunité de célébrer le cinquantième anniversaire de la 4e Assemblée du COE, durant laquelle un programme ambitieux avait été défini pour le mouvement œcuménique, et d'adapter le mouvement d'aujourd'hui, qui a parcouru un long chemin depuis 1968.

«La solidarité est le fruit de l'œcuménisme. Cheminer, prier et travailler ensemble, en tant que témoins du Christ participant à un Pèlerinage de justice et de paix, nous rappelle que ce qui nous unit est beaucoup plus fort que ce qui nous divise.»

Évoquant le récent attentat contre un bus de fidèles coptes qui se rendaient à un monastère en Égypte, le secrétaire général a précisé que cette attaque illustrait parfaitement l'importance de la solidarité chrétienne face à de telles horreurs.

«Nous portons la croix de nos frères et sœurs coptes en Égypte. Dans son sens le plus profond, ce mouvement œcuménique est – et a toujours été – un mouvement d'amour», a-t-il souligné.

Dans son discours, le métropolite Zachariah Mar Nicholovos a complété ce message en affirmant que «nous sommes appelés à porter la croix ensemble en tant que témoins, afin que le monde se porte mieux. Dieu fera toutes choses nouvelles».

L'ambassadeur de Suède au Guatemala, Anders Kompass, a exprimé sa frustration face à la situation actuelle du monde, où la lutte pour les droits humains et l'égalité ne peut plus être considérée comme acquise.

Ce diplomate, qui jouit d'une solide expérience des zones de conflit, a fait référence à l'ascension rapide de certains dirigeants qui prétendent être les seuls à incarner la volonté du peuple: «Une fois qu'ils ont éliminé tous les obstacles libéraux qui empêchent l'impression de la volonté populaire, il devient très facile pour eux de négliger le peuple lorsque les priorités de celui-ci commencent à entrer en conflit avec les leurs», a-t-il expliqué.

Il considère l'avènement actuel de ces hommes forts et du populisme comme une crise à l'issue de laquelle il envisage une société où l'égalité pour tous serait une réalité, où la sagesse aurait plus de valeur que l'intelligence.

L'archevêque Antje Jackélen, primat de l'Église de Suède, a également mis en garde contre le populisme et invité les participants à se méfier de quatre autres termes: polarisation, protectionnisme, post-vérités et patriarcat: «Nous devons exploiter les ressources dont nous disposons dans notre spiritualité et notre foi. Nous devons nous opposer à l'exploitation de la peur des autres. Nous avons besoin d'une théologie de la résilience, de la coexistence et de l'espérance pour faire face à la polarisation, résister au populisme, combattre le protectionnisme, lutter contre les post-vérités et vaincre le patriarcat», a-t-elle assuré.

Les craintes concernant l'évolution des tendances politiques actuelles et l'importance d'une Église chrétienne unie pour défendre la démocratie et protéger les droits humains ont constitué le fil conducteur de l'ouverture du week-end œcuménique.

La pasteure Sofia Camnerin, vice-présidente de l'Église unie de Suède, a souligné que «dans notre pèlerinage commun de justice et de paix, nous devons toujours être prêts à remettre en questions les structures d'inégalité».

Retransmission vidéo: 4 novembre, 11:00 CET. Prière œcuménique au sein de la cathédrale d'Uppsala

L'Église de Suède honore la présidente du COE pour ses efforts en faveur de l'unité des chrétiens (communiqué de presse du COE du 3 novembre 2018, en anglais)

Le COE condamne l'attentat perpétré contre des chrétiens en Égypte (communiqué de presse du COE du 2 novembre 2018, en anglais)

La présidente et le secrétaire général du COE s'adressent au Comité exécutif (communiqué de presse du COE du 2 novembre 2018, en anglais)

Évêque Mary Ann Swenson: «Nous sommes appelés à servir» (communiqué de presse du COE du 2 novembre 2018, en anglais)

Le COE et ACT réfléchissent à la diaconie œcuménique lors d'une réunion historique (communiqué de presse du COE du 1er novembre 2018)

Le Comité exécutif du COE se réunit à Uppsala, en Suède (communiqué de presse du COE du 1er novembre 2018)

Photos du week-end œcuménique