World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Centre de presse / Nouvelles / Le responsable climatique des Nations Unies remercie les pèlerins pour «chaque pas» vers la justice climatique

Le responsable climatique des Nations Unies remercie les pèlerins pour «chaque pas» vers la justice climatique

Le responsable climatique des Nations Unies remercie les pèlerins pour «chaque pas» vers la justice climatique

L’archevêque Thabo Makgoba remet à Christiana Figueres les pétitions de différentes religions pour la justice climatique. © Ryan Rodrick Beiler/FLM

30 novembre 2015

Version française publiée le: 18 décembre 2015

Par Stephen Brown*

Paris, le 30 novembre (WCC News) – Les militants religieux ont présenté un total de 1 780 528 signatures rassemblées à travers le monde pour demander une action décisive afin d’enrayer le réchauffement de la planète. Les pétitions ont été remises aux responsables de la Conférence sur le climat des Nations Unies, la COP 21, qui entame son travail à Paris.

«Nous pouvons le faire ensemble, nous devons le faire ensemble, et nous allons le faire ensemble», a déclaré l’archevêque anglican et «ambassadeur» de l’Alliance ACT, Thabo Makgoba, du Cap, alors qu’il remettait les pétitions à Christiana Figueres, qui est secrétaire exécutive de l’organisme des Nations Unies chargé des changements climatiques, et à Nicolas Hulot, envoyé spécial du président français François Hollande pour la planète.

L’archevêque Makgoba est l’ambassadeur climatique international de l’Alliance ACT, coalition mondiale rassemblant 137 Églises et organisations affiliées œuvrant pour un changement positif et durable.

La remise des pétitions a eu lieu lors d’un événement intitulé «Religions pour le climat», le 28 novembre à Saint-Denis, en périphérie de Paris. Quelques 400 personnes étaient présentes, notamment des militants climatiques, dont beaucoup avaient parcouru des centaines de kilomètres à pied, en pèlerinage vers la capitale française.

«Je désire vous remercier pour chacun des pas réalisés», a déclaré Mme Figueres, visiblement émue. Elle a étreint Yeb Sano, ancien négociateur sur les questions de changements climatiques pour les Philippines devenu militant et qui a marché de Rome à Paris aux côtés des responsables du pèlerinage des peuples.

Les pèlerins se sont avancés avec des symboles de leur marche, tels que la bouteille levée par l’évêque norvégienne Ingeborg Midttømme, qu’elle a transportée depuis le cercle Arctique et qui contient de l’eau collectée durant tout le voyage. «La vie commence avec l’eau et ne peut exister sans elle», a-t-elle expliqué.

En accueillant les pèlerins, le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France et président de la Conférence des responsables de culte en France (CRCF), a loué leur «courage et [leur] espérance».

Les responsables de cultes, a-t-il ajouté, ont soutenu la campagne afin qu’un «qu'un monde habitable, faisant droit aux plus fragiles et aux plus vulnérables, soit promis aux générations à venir».

L’envoyé français, M. Hulot, a annoncé que le président Hollande recevrait officiellement les pétitions au cours de la conférence des Nations Unies. «Au-delà du religieux, vous portez un message essentiel: nous avons besoin de plus d'humanité», a-t-il déclaré.

Latifa Begum, d’Islamic Relief Worldwide, a parlé de la Déclaration islamique mondiale sur les changements climatiques publiée en août à Istanbul. «Ensemble, nous élevons nos voix, ici et maintenant, utilisant la puissance de la foi pour demander la justice climatique», a-t-elle dit.

La remise des pétitions a été précédée d’une cérémonie interreligieuse dans la cathédrale historique de Saint-Denis, avec des lectures et des méditations issues des traditions chrétienne, musulmane, juive et bouddhiste.

«L’injustice de la situation actuelle est évidente», a déclaré l’évêque Heinrich Bedford-Strohm, président du Conseil de l’Église évangélique d’Allemagne (EKD). «Aurons-nous la force d’en tirer les conclusions et de transformer radicalement l’organisation de l’économie mondiale?»

Cet événement à Saint-Denis a fait suite à des mois d’activités menées par les responsables religieux français et initiées en juin 2014, sur la Seine, à bord d'une péniche devant l’Assemblée nationale française. En compagnie de M. Hulot et de M. Sano, ils se sont joints à des représentants de la société civile, en soutien à l’initiative «Jeûne pour le climat» qui invitait à jeûner le premier jour de chaque mois pour que soit signé à Paris un traité planétaire, juste, ambitieux et contraignant pour le climat.

En janvier dernier, la Conférence des responsables religieux en France avait reçu officiellement une bougie envoyée par Religions pour la paix et le Conseil interreligieux du Pérou, pays où la conférence précédente des Nations Unies pour le climat s’était tenue en 2014, passant ainsi symboliquement le flambeau à la ville de Paris.

S’en était suivi un événement au mois de mai sur le thème de «religions et climat» au Sénat, chambre haute du Parlement français. L’événement était organisé par le CRCF, qui rassemble des chrétiens catholiques romains, protestants et orthodoxes, des juifs, des musulmans et des bouddhistes. En juillet, la conférence a présenté au président Hollande sa toute première déclaration conjointe sur les changements climatiques.

De telles activités, a affirmé le responsable protestant François Clavairoly suite à l’événement de Saint-Denis, permettent une meilleure communication entre les responsables religieux de France.

«Sans doute, le climat religieux sera meilleur»», a-t-il poursuivi, «parce que cette mobilisation a un sens et nous a vraiment questionnés, interpellés.».

Des photos des événements de Paris sont disponibles en haute définition sur la page oikoumene.org/cop21photos

*Stephen Brown travaille en tant que journaliste freelance et dans le domaine de la communication. Il est président de la région Europe pour l’Association mondiale pour la communication chrétienne (WACC).