World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Centre de presse / Nouvelles / Lancement des Jeudis en noir à Karlsruhe

Lancement des Jeudis en noir à Karlsruhe

Lancement des Jeudis en noir à Karlsruhe

U. Bejick, I. Bayer, B. Fuhrmann, A. Ruth-Klumbies, A. Schweizer, B. Weber et l’évêque J. Cornelius-Bundschuh. Photo: Église protestante de Baden

04 avril 2019

Version française publiée le: 05 avril 2019

L’Église protestante de Baden, dont la région accueillera la Onzième Assemblée du Conseil œcuménique des Églises en 2021, a rejoint la campagne des Jeudis en noir par la prière et avec la tâche d’exprimer sa solidarité avec les personnes souffrant d’abus de pouvoir.

Près de 60 personnes se sont rassemblées le 19 mars au siège à Karlsruhe pour une célébration de prière en faveur de la lutte contre la violence sexuelle et pour le lancement de la campagne.

«Pour les femmes de notre Église, l’idée de la campagne est un thème majeur de tous les instants, et il s’inscrit aujourd’hui dans la droite ligne du Dimanche des femmes. «Vous êtes belles», déclare la pasteure Andrea Schweizer du département mission et œcuménisme de l’Église.

Lors du service, la pasteure a raconté l’histoire de Joseph et de la femme de Potiphar, du livre de la Genèse, s’inspirant des travaux de Rima Nasrallah, une théologienne d’origine libanaise.

Dans ce récit, une femme puissante harcèle le jeune esclave Joseph, et finit par l’accuser alors qu’il ne cesse de repousser ses avances.

«C’est une histoire d’abus», déclare la pasteure Schweizer. «Cette histoire nous choque, car notre expérience veut que Joseph, bien qu’il soit un jeune homme, représente d’innombrables femmes dans le monde» qui sont victimes de harcèlement répété de la part de leur puissant patron qui finit, bien souvent, par «jouer le rôle de la victime alors que la véritable victime perd son emploi, sa réputation et même toute perspective d’avenir.»

Elle remarque que Joseph n’a pas pu se défendre, car il était esclave et venait d’ailleurs, personne ne l’aurait cru.

«Nos origines ethniques ou notre statut social pourraient nous empêcher de parler, car nous savons que les auteurs utilisent notre contexte pour nous discréditer», ajoute-t-elle. «Dans un réseau de frères et sœurs, nous nous unissons en solidarité.»

Anke Ruth-Klumbies, responsable de l’Unité femmes, hommes et dialogue entre les sexes, a introduit la campagne du COE contre la violence sexiste et a convié toutes les personnes présentes à la rejoindre.

Le soutien de l’Église protestante de Baden à la campagne des Jeudis en noir a été annoncé par l’évêque Jochen Cornelius-Bundschuh.

La pasteure Schweizer ajoute: «Dans notre maison, qui compte désormais 450 employé-e-s, tout le monde est désormais invité à rejoindre la campagne et à porter du noir les Jeudis.»

Et de rappeler, lors de la célébration, les mots issus de Romains 12 : «Que l’amour soit sincère. Fuyez le mal avec horreur, attachez-vous au bien. Que l’amour fraternel vous lie d’une mutuelle affection; rivalisez d’estime réciproque.»

«Que Dieu nous vienne en aide dans cette quête», conclut-elle.

En savoir plus sur les Jeudis en noir