World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Centre de presse / Nouvelles / Le racisme, les changements climatiques et la justice économique à l’ordre du jour de la session de la CEAI en Indonésie

Le racisme, les changements climatiques et la justice économique à l’ordre du jour de la session de la CEAI en Indonésie

Le racisme, les changements climatiques et la justice économique à l’ordre du jour de la session de la CEAI en Indonésie

Chaque jour, des centaines de personnes migrantes venant de toute l’Indonésie arrivent par bateau dans le port de Jayapura, en Papouasie occidentale. Photo: Marion Unger/COE

27 février 2019

Version française publiée le: 28 février 2019

La 56ᵉ session de la Commission des Églises pour les affaires internationales (CEAI) du Conseil œcuménique des Églises (COE) s’est déroulée à Bali, en Indonésie, du 24 au 28 février. De nombreux sujets particulièrement préoccupants pour les Églises de la région et du reste du monde y ont été abordés.

«Le Pèlerinage de justice et de paix œcuménique qui se concentre cette année sur l’Asie nous a ouvert de nouvelles perspectives de travail, notamment sur les questions de justice raciale, a déclaré Peter Prove, directeur de la Commission. Nous avons également rapproché, je l’espère, les Églises d’Indonésie du travail que le COE effectue en matière d’affaires internationales par notre visite et par l’organisation de notre session ici.»

Emily Welty, le pasteur Frank Chikane et Peter Prove, respectivement vice-présidente, président et directeur de la Commission des Églises pour les affaires internationales, pendant la réunion à Bali. Photo: © Ivars Kupcis/COE

La réunion faisait suite à la visite d’une équipe de pèlerinage du COE en Indonésie, dans les régions de Java et de la Papouasie, où une délégation œcuménique a rencontré des communautés locales, des personnalités ecclésiastiques, des victimes de violations des droits de la personne et des mandataires des autorités locales.

Durant sa visite en Papouasie – une région à laquelle les organisations internationales ou les journalistes ont en général très rarement accès – la délégation œcuménique a rencontré des communautés locales dont les membres disent avoir survécu «uniquement grâce à l’Église». La situation des communautés et des Églises en Papouasie est depuis longtemps un sujet d’inquiétude pour la Communion des Églises d’Indonésie (PGI):

«Beaucoup de violations des droits de la personne sont fondées sur un racisme profondément ancré», a commenté la vice-présidente de la Commission, Mme Emily Welty, pendant la séance-bilan de la visite de l’équipe de pèlerinage, ajoutant que la population papoue est souvent considérée comme «inférieure à des êtres humains».

Durant une séance «coup de projecteur» sur la justice raciale, les membres de la Commission ont reconnu que le racisme était une construction sociale et une négation du dessein de Dieu selon lequel tous les êtres humains sont créés à Son image. «Mais si l’on réduit quelqu’un à un statut “inférieur à l’être humain”, on peut lui faire n’importe quoi!» s’est insurgée Mme Evelyn L. Parker pendant une table ronde consacrée aux défis de la justice raciale dans différentes régions du monde.

Les changements climatiques sont de plus en plus reconnus comme l’une des plus graves menaces planétaires pesant sur notre avenir. Des statistiques sur l’aggravation de la pollution et de la déforestation, qui limitent les capacités de la nature à absorber les émissions de carbone, ont été étudiées durant une autre séance «coup de projecteur» sur la justice environnementale et économique. «D’ici 2050, il y aura plus de déchets plastiques dans l’océan que de poissons, et les océans se réchauffent 40% plus vite que prévu», a souligné Mélisande Schifter, qui a demandé aux Églises de défendre des activités efficaces pour lutter contre les changements climatiques.

Ainsi que l’a rappelé l’économiste Lukasz Nazarko, membre de la Commission, pendant la séance, les statistiques du monde entier font état d’une croissance économique dans la plupart des pays, mais l’augmentation de la production et de la consommation «ne montre pas les inégalités qui se creusent sur la planète». «Les Églises ont beaucoup plus de choses à dire que les scientifiques et les économistes sur la cupidité et l’égoïsme, qui sont les principaux facteurs de l’injustice économique à travers le monde.»

La session a également été l’occasion de planifier les initiatives et activités de la Commission pour la période 2019-2021 et de discuter de nouvelles initiatives pour le Pèlerinage de justice et de paix du COE.

La Commission des Églises pour les affaires internationales exerce un rôle de conseil auprès des instances dirigeantes du COE concernant des situations critiques à travers le monde ou des moyens de soutenir les initiatives de consolidation de la paix et de justice, afin d’aider les Églises à élaborer une réponse œcuménique cohérente à ces problèmes.

La Commission des Églises pour les affaires internationales s’enquiert des injustices en Asie (communiqué de presse du COE du 26 février 2019)

La situation des droits de la personne et la liberté religieuse en Papouasie, objet de la visite d’une délégation du COE en Indonésie (communiqué de presse du COE du 25 février 2019)

Commission des Églises pour les affaires internationales

Galerie de photos de la session de la CEAI en Indonésie