World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Centre de presse / Nouvelles / Protéger les enfants contre toute violence est un message essentiel du christianisme, déclare le patriarche œcuménique

Protéger les enfants contre toute violence est un message essentiel du christianisme, déclare le patriarche œcuménique

Protéger les enfants contre toute violence est un message essentiel du christianisme, déclare le patriarche œcuménique

Les enfants des écoles grecques de Genève et de Lausanne ont assisté, avec le patriarche œcuménique, à un spectacle de marionnettes à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance. Photo: Albin Hillert/COE

21 novembre 2018

Version française publiée le: 22 novembre 2018

Protéger les enfants contre toute forme de violence a toujours été, et devrait toujours être un message essentiel du christianisme, a déclaré Sa Toute-Sainteté le patriarche œcuménique Bartholomée devant l’auditoire du Conseil œcuménique des Églises (COE) rassemblé en l’honneur de la Journée mondiale de l’enfance.

Le patriarche était l’orateur de marque de l’événement organisé au Centre œcuménique à Genève sous l’impulsion du COE et du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) dans le cadre de la Journée mondiale de l’enfance du 21 novembre, qui a fait la part belle aux jeunes.

«Il est important de garder à l’esprit que les enfants représentent non seulement notre avenir, mais incarnent également le présent sur lequel se construit l’avenir», déclare le patriarche Bartholomée.

Le patriarche œcuménique de Constantinople a rappelé que son Église était l’un des membres fondateurs du COE et le secrétaire général du Conseil, le pasteur Olav Fykse Tveit, l’a accueilli en reprenant son message de Noël 2016 qui appelle tous les fidèles du monde à «respecter l’identité et le caractère sacré de l’enfance».

Dans son message délivré au nom de l’Église orthodoxe, le patriarche a invoqué la responsabilité spirituelle de garantir la justice intergénérationnelle et d’aider les enfants en mouvement, remarquant l’«abandon de la culture sur l’autel de la technologie» dans le monde.

«Les adeptes du christianisme sont appelés à protéger les enfants dans la société et dans leurs propres communautés», poursuit le patriarche qui se déclare «particulièrement satisfait» de la collaboration entre l’UNICEF et le COE sur l’engagement des Églises en faveur des enfants.

Il a enjoint les Églises à «prendre des mesures qui favorisent la protection de l’environnement et par là même, celle de nos enfants».

Croissance et développement

Le patriarche Bartholomée précise que «la crise écologique ne cesse de prendre de l’ampleur au nom de la croissance et du développement». Et d’ajouter, «l’humanité fait la sourde oreille alors que le monde entier appelle au changement radical de nos mentalités envers la création».

Le pasteur Tveit précise que le patriarche est connu dans le monde entier sous le nom de «patriarche vert».

«Nous vous considérons tous également comme un pionnier dans un autre domaine pressant: le devoir qu’ont nos Églises de protéger et de soutenir les enfants, de défendre leurs droits et de prendre soin de leur bien-être», ajoute le secrétaire général du COE.

Et de poursuivre : «aujourd’hui, en partenariat avec l’UNICEF, nous franchissons une étape importante en ouvrant de nouvelles pistes et perspectives à l’engagement des Églises envers les enfants».

Le patriarche œcuménique et le secrétaire général du COE ont tous deux signé la pétition appelant à renouveler l’engagement en faveur des droits des enfants.

Philippe Cori, directeur adjoint du bureau régional de l’UNICEF pour l’Europe et l’Asie centrale, a mentionné la Convention relative aux droits de l’enfant présentée il a vingt-neuf ans pour reconnaître les droits spécifiques des enfants.

«Il s’agit de la convention des Nations unies la plus largement ratifiée qui concentre les meilleurs intérêts de l’enfant et se trouve au cœur de la dignité, allant de pair avec une éducation adéquate», dit-il.

Avant d’ajouter : «les enfants représentent la moitié des habitants de la planète et la moitié des réfugiés dans le monde, et sont victimes de traite lorsqu’ils sont en mouvement». Nombre d’entre eux fuient leurs pays pour échapper à la violence, aux changements climatiques, à la famine et à la sècheresse.

Jonathan Anugrahan, 14 ans, de l’Église de l’Inde du Sud, et Laura Groth, 18 ans, de l’école protestante d’Eisenach en Allemagne, membre du Réseau pédagogique mondial (Global Pedagogical Network), ont fait part de leurs expériences à l’école. Laura Groth demande à Jonathan Anugrahan si les grandes classes de 60 à 100 élèves en Inde favorisent la violence à l’école.

La célébration, organisée dans le cadre du 70e anniversaire du COE et au lendemain de la Journée mondiale de l’enfance, était une occasion pour le patriarche Bartholomée et le pasteur Tveit de déclarer que «chaque jour est un jour pour les enfants».

Le patriarche a constaté que les enjeux auxquels les enfants sont confrontés aujourd’hui relèvent des domaines de la technologie et de la communication du fait de la place prépondérante des ordinateurs et d’Internet dans tous les aspects de la vie individuelle et sociale.

«Parmi les conséquences de ce changement se trouve la prétendue "disparition de l’enfance" caractérisée par la perte de l’innocence de l’enfance et une entrée précoce dans l’âge adulte», précise-t-il.

Les enfants vulnérables aux changements climatiques

«Les enfants sont particulièrement vulnérables aux changements climatiques et à la détérioration de l’environnement», indique le patriarche. Anouk Walliser Keel, une jeune étudiante suisse de 14 ans, rétorque en expliquant comment «les personnes telles que vous et moi, les paroissiennes et paroissiens ordinaires» peuvent agir pour la justice climatique.

Elle confie avoir lancé sa première campagne de collecte de fonds pour une campagne environnementale dès l’âge de neuf ans avec un ami.

«Vous vous demandez peut-être pourquoi une jeune de 14 ans vous fait une présentation sur la protection de l’environnement et l’Église... Je suis convaincue que je peux faire quelque chose. Cette communauté est l’Église... Et l’Église est le lien qui existe entre la petite fille que je suis et le vaste monde.»

Kiran Oommen, 21 ans, membre de l’Église unie du Christ (UCC) aux USA, a porté plainte aux côtés de 21 autres jeunes contre le gouvernement fédéral des États-Unis pour avoir fait subir aux jeunes l’impact des changements climatiques de manière disproportionnée.

Selon Kiran Oommen, «le devoir de protéger notre droit à un avenir stable existe», précisant qu’«à l’UCC, la justice sociale est au cœur de ce qui définit l’Église».

Antonia Antonopoulos, responsable des partenariats avec la société civile de l’UNICEF, s’est exprimée sur la progression de l’engagement des Églises envers les enfants en déclarant que «nous pouvons toujours compter sur l’engagement du COE lorsque nous en avons besoin.»

Elle a salué «les témoignages poignants et profondément réels livrés aujourd’hui par les enfants».

 

Retransmission vidéo en direct de l’événement

Discours liminaire de Sa Toute-Sainteté le patriarche œcuménique Bartholomée

Discours d’ouverture du secrétaire général du COE, le pasteur Olav Fykse Tveit

Discours de bienvenue du secrétaire général du COE introduisant Sa Toute-Sainteté le patriarche œcuménique Bartholomée

Galerie photo de la célébration de la Journée mondiale de l’enfance au COE

En savoir plus sur l’engagement des Églises en faveur des enfants