World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Centre de presse / Nouvelles / La faim n’a pas sa place dans un monde d’abondance

La faim n’a pas sa place dans un monde d’abondance

La faim n’a pas sa place dans un monde d’abondance

Production de riz en Indonésie © Paul Jeffrey/COE-EAA

02 octobre 2015

Version française publiée le: 08 octobre 2015

S’attaquant à la tragédie qu’est la faim dans un monde d’abondance, la Semaine d’action des Églises pour l’alimentation (11-18 octobre) est l’occasion, pour les chrétiens, les communautés et les habitants du monde entier, d’agir ensemble en faveur de la justice alimentaire.

Environ 800 millions d’individus, soit plus d’une personne sur neuf dans le monde, souffrent de sous-alimentation chronique. En Afrique subsaharienne, cette proportion atteint une personne sur quatre. Bien que certaines régions aient enregistré des progrès très lents, il est inacceptable que la faim chronique continue d’affecter autant de personnes alors qu’il y a amplement de nourriture pour chaque personne dans le monde aujourd’hui. Quand on met en parallèle la réalité de la faim et celle des conséquences néfastes pour la santé auxquelles sont confrontés 1,4 milliard d’adultes en surpoids ou obèses, il est nécessaire d’agir aux niveaux local, national et international.

La Semaine d’action des Églises pour l’alimentation est une initiative annuelle de la Campagne de l’«Alimentation pour la vie» du Conseil œcuménique des Églises – Alliance œcuménique «agir ensemble» (COE-EAA) qui vise à sensibiliser l’opinion publique aux méthodes agricoles qui permettent de développer la résilience des individus et des communautés et de lutter contre la pauvreté.

Le Dr Manoj Kurian, coordinateur de COE-EAA, souligne qu’éliminer la faim est le deuxième objectif fixé récemment dans les objectifs de développement durable des Nations Unies. «Les religions doivent être au cœur de cet effort mondial concerté. Notre foi et nos valeurs fondamentales prescrivent que chaque personne jouit d’un droit fondamental à être à l’abri de la faim et de la sous-nutrition. Chacun de nous peut réfléchir à ses choix alimentaire et appeler à un changement des politiques pour garantir le droit à l’alimentation de tout individu.»

Cette semaine comprend la Journée mondiale de l’alimentation (16 octobre) ainsi que la Journée internationale pour la prévention des catastrophes (13 octobre), la Journée internationale des femmes rurales (15 octobre) et la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté (17 octobre). De plus, 2015 a été déclarée Année internationale des sols et, pour la Journée mondiale de l’alimentation 2015, l’accent est mis sur la protection sociale et l’agriculture.

Voici quelques unes des activités prévues par les organisations participant à la Campagne de l’«alimentation pour la vie»:

  • Une marche au Salvador pour la Journée mondiale de l’alimentation, comprenant des entretiens avec des responsables d’Église locaux, des activités en faveur de la justice alimentaire et de l’environnement, ainsi que des interventions de paysans locaux plaidant en faveur de législations et de systèmes mettant la terre et les gens au premier plan. Cette action est organisée par le Programme contre la faim de l’Église presbytérienne.
  • Des consultations et des activités de plaidoyer liées aux enjeux créés par la nouvelle loi indienne sur la sécurité alimentaire, organisées par l’association indienne des franciscains et la Congrégation des sœurs de la de la petite fleur de Béthanie.
  • Une invitation faite au peuple de Dieu à «Prier. Donner. Défendre.», au moyen du document «De l’espoir à la moisson» de la Banque canadienne de grains.
  • Des campagnes et des activités organisées en Afrique de l’Ouest sous les auspices de la Communauté des conseils chrétiens et Églises.
  • La sensibilisation à la nécessité d’un monde débarrassé de la faim en faisant don de notre repas préféré pour aider des jeunes au Kenya et au Soudan du Sud, une initiative de World Vision.

Se demandant si la nutrition est en train de devenir une activité commerciale et non pas un droit humain, l’Observatoire du droit à l’alimentation et à la nutrition 2015 sera par ailleurs présenté officiellement au siège de la FAO à Rome le 9 octobre, avant la Semaine d’action. L’Observatoire est une publication annuelle qui suit les politiques, activités et questions essentielles liées au droit à une alimentation suffisante et une nutrition de qualité aux niveaux mondial, régional, national et local. Cette publication est produite par une coalition de 22 organisations de la société civile et mouvements sociaux, dont fait partie COE-EAA.

Plus d’informations et de ressources concernant la Semaine d’action des Églises pour l’alimentation – dont un guide d’action et une proposition de liturgie – sont disponibles à l’adresse suivante: www.oikoumene.org/fr/press-centre/events/churches-week-of-action-on-food

Statistiques de «L’état de l’insécurité alimentaire dans le monde», FAO 2015, Programme alimentaire mondial et Organisation mondiale de la santé.

La Campagne de l’«alimentation pour la vie» de l’Alliance œcuménique «agir ensemble» vise à éradiquer la faim, favoriser une nutrition de qualité et agir en faveur de systèmes alimentaires justes et viables. Cette Campagne est axée sur les pratiques agricoles durables et la situation des petits paysans, notamment leur accès aux ressources naturelles – terre, eau et semences en particulier – et les moyens d’action qu’ils ont sur celles-ci.

L’Alliance œcuménique «agir ensemble» (EAA – Ecumenical Advocacy Alliance), initiative œcuménique du Conseil œcuménique des Églises, est un réseau mondial d’Églises et d’organisations affiliées engagées à faire campagne ensemble sur des sujets communs touchant à la justice et à la dignité humaine. Les thèmes de campagne actuels sont le VIH et le sida et la sécurité alimentaire et l’agriculture durable.