World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Centre de presse / Nouvelles / Un musulman du Canada et un chrétien d’Inde partagent une prière commune sous les premiers rayons du soleil, sur les rives du lac Léman

Un musulman du Canada et un chrétien d’Inde partagent une prière commune sous les premiers rayons du soleil, sur les rives du lac Léman

Un musulman du Canada et un chrétien d’Inde partagent une prière commune sous les premiers rayons du soleil, sur les rives du lac Léman

Photo: Peter Kenny/COE

27 mars 2019

Version française publiée le: 04 avril 2019

Un étudiant musulman chiite du Canada, un étudiant chrétien presbytérien d’Inde et certains de leurs camarades se sont levés avec peine pour une course aux aurores dans la fraîcheur matinale sur les rives du lac, sans savoir ce que les rayons du soleil levant apporteront.

Il y a deux ans, Jihad Hyjazie, un développeur de logiciel de Montréal et musulman chiite, était venu en visite à Bossey avec un groupe d’étudiant-e-s musulman-e-s et avait tenté de se rendre sur les rives du lac, sans succès puisque des rails de train en bloquaient l’accès.

Cette année, après s’être levé aux aurores, il est parti avec le pasteur Abhishek Prabhakar John, de l’Église presbytérienne de Manipur en Inde, et deux autres étudiants du séminaire interreligieux, la voie étant dégagée.

Ils font partie d’un groupe de 26 étudiant-e-s participant à un séminaire commun du 20 au 23 mars du Centre islamique international d’Angleterre et de l’Institut œcuménique de Bossey, avec une visite du Conseil œcuménique des Églises (COE).

mi«Le soleil se levait lentement derrière les montagnes. Les rayons du soleil brillaient comme dans les livres religieux. C’est alors que nous nous sommes unis dans la prière. Il y a eu une prière musulmane et une prière chrétienne.

«Lorsque le frère chrétien a fini sa prière, le soleil est sorti de derrière les montages, juste quand la prière touchait à sa fin. J’y ai vu un symbolisme très fort», celui d’une contribution à une meilleure compréhension de Dieu, explique Jihad Hyjazie, alors qu’il relate leur expérience à la fin du séminaire.

Les huit étudiant-e-s de Bossey viennent de République démocratique du Congo, de Géorgie, d’Inde, du Nigéria, de Roumanie et d’Ukraine, et les membres du groupe musulman chiite viennent d’Argentine, du Canada, d’Iran, du Royaume-Uni et des États-Unis.

Enrichissement et amitiés

Alors qu’ils résument leurs points de vue à la fin du séminaire, les étudiant-e-s ont fait part de l’enrichissement et des amitiés qui ont stimulé leur dialogue, ce qui leur a permis de travailler ensemble pour faire de ce monde un monde meilleur et partager des moments sacrés ensemble.

«Ce matin, nous nous sommes rendus au lac en courant, l’amitié incarne toute la beauté de ce programme», déclare le pasteur Prabhakar John.

La doyenne académique de l’Institut œcuménique, Lawrence Iwuamadi, a confié, à la fin du séminaire: «C’était la première fois que les étudiants-e-s du Master à Bossey, issu-e-s de différentes traditions chrétiennes, partagent le cours avec des étudiant-e-s de confession musulmane tout au long de la période. Auparavant, de tels groupes venaient nous rendre visite, mais suivaient leurs propres cours, sans prévoir intentionnellement d’interactions avec nos étudiant-e-s.

«Cette nouvelle dimension fait partie intégrante de l’effort de réponse à l’appel du pèlerinage de justice et de paix, qui invite à cheminer ensemble avec des fidèles d’autres confessions.

«Il n’est plus possible de faire acte d’œcuménisme en restant isolé-e-s, en ignorant l’aspect interreligieux. L’Institut œcuménique continue de privilégier cette perspective plus globale de la formation œcuménique», poursuit la doyenne.

Les étudiant-e-s ont visité le COE et les Nations Unies à Genève.

Une session était animée par le pasteur David Marshall, directeur de programme du COE pour la coopération et le dialogue interreligieux, une autre par Katalina Tahaafe-Williams, directrice de programme du COE pour la mission et l’évangélisation et une autre par la pasteure Nicole Ashwood, directrice de programme du COE pour une communauté juste pour les femmes et pour les hommes.

Mohamed Shomali, directeur de l’Institut international d’études islamiques à Londres, et Mahnaz Haydarpour, ont tous deux travaillé de nombreuses années au service de l’engagement interconfessionnel et ont également fait des présentations.

Qui est Dieu?

Le pasteur Benjamin Simon, professeur de missiologie œcuménique à Bossey, a animé une session intitulée «Qui est Dieu? Introduction au christianisme». Puis Mohamed Shomali, qui l’a aidé à préparer le cours, s’est exprimé sur la «Parole de Dieu. Introduction à nos Écritures et au rôle qu’elles jouent dans nos vies».

Le dernier jour, la directrice de programme du COE pour la vie spirituelle, le pasteur Mikie A. Roberts, et Mahnaz Haydarpour ont animé une session sur la spiritualité en adoptant une perspective chrétienne et musulmane.

M. Shomali confie: «Nous avons eu la chance d’en apprendre davantage sur la diversité de l’Église. J’espère qu’au travers de cette relation, nous pouvons développer davantage nos liens avec nos frères et sœurs chrétien-ne-s.»

Le pasteur Simon ajoute: «Cette année, nous avons décidé que nous devions aller plus en profondeur dans les sujets théologiques, tels que la compréhension de Dieu dans les deux religions, la Trinité et l’incarnation dans le christianisme ainsi que le rôle des écritures dans les deux religions et la spiritualité.

«C’était tellement encourageant pour les étudiant-e-s de vivre sous le même toit, de partager les mêmes repas et de s’asseoir ensemble. Pendant leur temps libre, ils ont pu marcher ou courir ensemble au bord du lac.»

L’étudiante musulmane Yasmeen Al-Attar, chirurgienne dentaire de Waterloo au Canada, s’est dite ravie de voir des jeunes en nombre dans ce séminaire, ajoutant: «pour moi, cela revêtait presque une dimension symbolique, celle d’une nouvelle manifestation d’un renouveau du cœur, d’un renouveau de l’esprit et d’un renouveau de l’ouverture et je l’espère, d’un renouveau pour un nouveau départ de ce dialogue interreligieux.»

Son frère, un médecin de famille de Toronto, ajoute: «ce qui est plus important encore, c’est le trait commun qui unit les deux religions, à savoir la conviction de l’unicité de Dieu. C’est un immense honneur de faire partie d’un tel événement, et je prie Dieu tout puissant pour que nous soyons toujours plus uni-e-s dans nos actions et notre foi en un seul Dieu.»

Étudier à l’Institut œcuménique de Bossey