World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Centre de presse / Nouvelles / Des vétérans américains œuvrent en faveur de la paix dans la péninsule coréenne

Des vétérans américains œuvrent en faveur de la paix dans la péninsule coréenne

Des vétérans américains œuvrent en faveur de la paix dans la péninsule coréenne

Jack Doxey, Stan Levin et Pete McCloskey, vétérans américains de la guerre de Corée. Photo: Paul Jeffrey/COE

13 juillet 2020

Version française publiée le: 15 juillet 2020

Par Paul Jeffrey*

Tout au long de l'année 2020, le Conseil œcuménique des Églises (COE) et le Conseil national des Églises de Corée observent une campagne mondiale de prière baptisée «Nous prions, la paix maintenant, arrêtez la guerre». Dans le cadre de cette campagne, le COE publie divers récits personnels et interviews dont l'objectif est d'encourager les individus à œuvrer pour la paix. C'est le cas des témoignages suivants, recueillis auprès d'anciens combattants américains et disponibles en vidéo.

Soixante-dix ans après le début de la guerre de Corée, nombreux sont les vétérans américains de ce conflit à travailler sans relâche pour la paix dans la péninsule coréenne.

«J'étais convaincu que ce que nous avons fait en Corée était la bonne chose à faire», reconnaît Stan Levin, un ancien de la marine américaine qui vit à San Diego, en Californie. «Nous agissions sous l'égide des Nations unies, en quoi je crois. Aujourd'hui pourtant, je remets tout en question.»

«La guerre de Corée fut un véritable massacre. Beaucoup de gens sont morts pour rien.»

Les vétérans se joignent aux responsables d'Églises et aux militants pour la paix du monde entier dans un appel à la réconciliation dans la péninsule coréenne.

Membre de l'organisation Veterans for Peace, Stan Levin est un habitué des manifestations organisées lors de spectacles aériens militaires et d'autres événements, durant lesquelles il distribue des tracts et brandit des banderoles anti-guerre. «Nous provoquons le plus de grabuge possible», explique-t-il.

Stan Levin est également retourné en Corée du Sud avec d'autres vétérans afin de participer au blocus d'une base militaire américaine en construction sur l'île de Jeju, au large de la côte sud du pays. Malgré une décennie de protestations des écologistes et des militants anti-guerre, la base a finalement été inaugurée en 2016.

La section de San Diego de Veterans for Peace distribue des sacs de couchage aux sans-abri, et ce, dans le cadre de ce que l'on appelle l'«Opération Compassion».

Jack Doxey, un autre vétéran de la guerre de Corée vivant à San Diego, explique que l'organisation vient en aide à un nombre considérable d'anciens combattants, dont beaucoup se sont retrouvés dans la rue à la suite d'un syndrome de stress post-traumatique.

Jack Doxey, qui a servi dans l'armée américaine, affirme que sa section a déjà distribué plus de 4 000 sacs de couchage. «Et ce n'est pas près de s'arrêter, car la situation s'aggrave», déplore-t-il.

Pete McCloskey, ancien lieutenant des Marines blessé en Corée, s'est engagé en faveur de la paix lors de son retour aux États-Unis. Ancien membre du Congrès américain et originaire de Californie, il a brigué à deux reprises l'investiture du parti républicain pour l'élection présidentielle, ancrant ses campagnes sur l'opposition à l'implication des États-Unis dans des guerres étrangères.

«La guerre n'a rien de glorieux. Il s'agit juste d'une bande de gars effrayés qui essaient de ne pas laisser d'autres gars effrayés voir à quel point ils ont peur», avoue-t-il.

Pete McCloskey, qui a mené six attaques à la baïonnette lors de la guerre de Corée, explique s'être senti obligé d'œuvrer pour la paix en rentrant chez lui.

«Si vous avez eu le privilège d'être confronté à la peur de mourir lors d'un conflit, et que vous avez vu les ravages que peuvent provoquer les bombes, vous avez le privilège –voire le devoir – de lutter contre la guerre de votre vivant. Parce que vous avez été témoin de tout cela, contrairement à ceux qui veulent s'engager dans une guerre», explique-t-il.

«Il n'y a rien de pire qu'une mauviette ou un lâche qui veut aller à la guerre, mais qui, durant sa jeunesse, avait peur de s'engager.»

Pete McCloskey, qui vit aujourd'hui dans une petite ferme au nord de la Californie, reconnaît que le 70e anniversaire de la guerre de Corée offre une occasion unique de construire la paix et la réconciliation dans la péninsule coréenne.

«Je suis intimement persuadé que de très nombreux individus, tant en Corée du Nord qu'en Corée du Sud, aspirent à la réunification de la péninsule. Ils ont 4 000 ans d'histoire. Ils se sont battus contre les Chinois. Ils se sont battus contre les Japonais. La fierté qu'ils ont d'eux-mêmes est aussi forte que celle qu'avaient les Vietnamiens, qui, sous Hồ Chí Minh, ont combattu pour réunifier leur pays», déclare-t-il.

«Comment obtenir la paix en Corée? Nous y parviendrons grâce au peuple, qui doit prendre le relais des généraux. À l'instar de mon pays, les États-Unis.»

*Paul Jeffrey est un photographe et journaliste indépendant basé aux États-Unis

Entretien avec Jack Doxey, vétéran de la guerre de Corée (en anglais)

Campagne mondiale de prière en faveur de la paix dans la péninsule coréenne (en anglais)

Message commun pour la guérison des blessures et un avenir partagé dans la péninsule coréenne (communiqué de presse du COE du 22 juin 2020)

Églises membres du COE en République de Corée