World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Centre de presse / Nouvelles / Les ambassadeurs des Jeudis en noir: «Nous devons établir et promouvoir des espaces sûrs pour tous»

Les ambassadeurs des Jeudis en noir: «Nous devons établir et promouvoir des espaces sûrs pour tous»

23 avril 2020

Version française publiée le: 23 avril 2020

Les ambassadeurs de la campagne des Jeudis en noir du Conseil œcuménique des Églises (COE) co-signent une déclaration commune qui exhorte à prêter attention et protection aux victimes de la «double pandémie» de COVID-19 et de violence de genre.

«Alors que les pays répondent au COVID-19 en imposant des restrictions nécessaires aux déplacements et aux activités, de plus en plus de personnes appellent des lignes d’assistance téléphonique pour des cas de violence ou demandent de l’aide par d’autres moyens», dit la déclaration. «Les effets du confinement, les pertes d’emploi et la vulnérabilité des personnes qui étaient déjà en marge de la société sont autant de sujets de préoccupation.»

Les ambassadeurs des Jeudis en noir, une campagne mondiale pour un monde libre de viols et de violences, apparaissent également dans une vidéo qui accompagne la déclaration, parlant avec leur cœur des cas de violence qui ont été rapportés depuis les mises en quarantaine mondiales.

«Les conflits et les crises portent presque toujours avec eux des fardeaux additionnels de violence de genre, qui peuvent être aggravés par d’autres facteurs tels que la race et l’ethnicité, le handicap et la situation économique», dit le document. «Nous demandons instamment à chacun de prendre soin des personnes dans son foyer, dans ses relations personnelles et sur tous les lieux de travail qui servent encore le bien public.»

Au nombre des 13 ambassadeurs se trouve la présidente du COE, Mme Agnes Abuom, qui a signé la déclaration appelant urgemment à un changement tant au niveau de la base que des dirigeants.

«Nous encourageons les Églises à s’impliquer dans la création d’espaces physiques et virtuels sûrs pour ceux qui ne sont pas en sécurité chez eux», dit le document. «Cela peut inclure le soutien aux professionnels et aux soignants locaux dans le domaine de la violence sexuelle et de genre en offrant prière, espaces, matériel et argent.»

Si nous devons empêcher la propagation de COVID-19, nous ne devons pas pour autant victimiser ou stigmatiser des personnes, conclut la déclaration. «Nous devons également regarder au-delà de la crise actuelle et renouveler notre détermination à nous attaquer aux causes profondes de la violence sexuelle et de genre qui ne font que s’aggraver pendant les conflits et les crises», dit le texte. «En tant qu’ambassadeurs des Jeudis en noir, nous prions pour que les personnes de foi se joignent à nous pour créer un monde de justice et de paix en ces temps difficiles.»

Lire la déclaration en entier

Les ambassadeurs des Jeudis en noir (en anglais)

Faire face au coronavirus