World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Centre de presse / Nouvelles / Dr Beate Jakob: « Nous sommes un seul corps »

Dr Beate Jakob: « Nous sommes un seul corps »

Dr Beate Jakob: « Nous sommes un seul corps »

Dr Beate Jakob. Photo:Yohan Cha/COE, 2013

15 avril 2020

Version française publiée le: 16 avril 2020

Le Conseil œcuménique des Églises (COE) a récemment publié un document en ligne, « Health and Hope: The Church in Mission and Unity » (Santé et espoir : l’Église dans la mission et l’unité), une collection d’articles publiés précédemment qui font écho à la lutte mondiale contre la pandémie de COVID-19. Parallèlement à ce document, le service de la communication du COE diffuse les perspectives personnelles, en lien avec leur foi, d’experts de la santé du monde entier. La doctoresse Beate Jakob est consultante santé et guérison de l’Institut allemand de la mission médicale.

De quelle manière pensez-vous que la sagesse du passé peut nous aider tous à faire face à la situation actuelle de pandémie ?

Dr Jakob: La pandémie nous montre que nos sociétés en général, ainsi que notre économie et nos systèmes de santé en particulier, sont très fragiles et vulnérables. Un petit virus crée la confusion partout. Pour moi, le virus révèle l’impuissance humaine en une époque où nous sommes tentés de nous sentir tout-puissants. La pandémie m’apprend que nous ne sommes pas maîtres de nos vies et du monde. Elle nous rappelle la sagesse de la Bible selon laquelle nous sommes dépendants et ne vivons que par la grâce de Dieu.

Quel est le plus grand défi dans votre situation actuelle ?

Dr Jakob: Le confinement est une mesure importante du point de vue de la santé publique. Cependant, beaucoup de personnes ont peur de faire faillite. Ainsi, le fossé entre les personnes riches et les personnes qui ne sont pas aussi riches en Allemagne pourrait se creuser, car ce sont les personnes économiquement pauvres qui vont le plus souffrir. Un autre danger est que se produise une sorte de division au sein de la population. Certaines personnes ont une peur panique d’être infectées et ne quittent plus leur maison. D’autres sont plus ou moins négligentes et ne prennent pas au sérieux certaines des mesures préventives qui sont recommandées. Les personnes de ce dernier groupe pensent qu’elles pourront faire face au COVID-19 si elles sont en contact avec la maladie, elles ne veulent donc pas être soumises à des restrictions personnelles au nom de la santé publique. Nous devrions comprendre que nous ne pourrons faire face à la pandémie de coronavirus que si nous sommes solidaires et nous souvenons du message de Saint-Paul que nous sommes « un seul corps ». Bien sûr, et c’est encore plus important, notre solidarité devrait s’étendre au-delà du contexte allemand, car la pandémie risque d’avoir des effets dramatiques dans les pays du Sud. C’est pourquoi nous devrions les aider avec nos connaissances et notre soutien dès que possible.

Sur quelle sagesse vous êtes-vous appuyée durant la Semaine sainte ?

Dr Jakob: Durant la Semaine sainte, nous suivons Jésus alors qu’il traverse les pires souffrances, puis nous revivons le fait que la vie est plus forte que la mort. C’est pourquoi il y a de l’espoir dans toute situation. Personnellement, j’espère que nous tous, et en particulier nos frères et sœurs de pays économiquement pauvres, trouverons un nouvel espoir pour un avenir bon avec Dieu à nos côtés – avec Dieu qui connaît la souffrance humaine et l’a vécue lui-même.

Le COE publie «Health and Hope» (Santé et espoir), une ressource en ligne dans le contexte de pandémie de COVID-19 (Communiqué de presse du 3 avril 2020)

Page d’accueil du COE: Faire face au coronavirus