World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Centre de presse / Nouvelles / Répondre aux traumatismes et guérir les blessures

Répondre aux traumatismes et guérir les blessures

Répondre aux traumatismes et guérir les blessures

La pasteure Minna Winsløw avec du matériel de confirmation adapté spécialement au contexte local. Photo: Claus Grue/COE

04 juin 2019

Version française publiée le: 05 juin 2019

*Par Claus Grue

C’est la saison des confirmations au Groenland. Dans les églises du pays, les rangs de bancs sont décorés de fleurs et de bougies le long de l’allée centrale. Il y a de la joie dans l’air et il est temps, pour une grande majorité des jeunes de 14 ans de voir leur baptême chrétien confirmé.

Comme ailleurs, la confirmation est l’occasion pour l’Église de s’adresser aux jeunes filles et jeunes garçons, et de parler de la foi chrétienne et de la vie en général. Pour certains, cela inclut un dialogue autour de traumatismes sévères, tels que des abus sexuels et de la violence domestique, événements qu’un tiers des enfants au Groenland ont vécu ou subi, estime-t-on.

«C’est notre responsabilité, en tant que chrétiens, d’inviter les personnes à un dialogue sur leurs fardeaux et de rendre possible un processus de guérison, afin que les traumatismes de l’enfance puissent être traités professionnellement le plus tôt possible. Cela nécessite une prise de conscience, un clergé bien formé et du bon matériel pédagogique», explique la pasteure Minna Winsløw, conseillère théologique et responsable de la formation et de l’enseignement au sein du diocèse du Groenland.

L’une de ses tâches consiste à fournir aux pasteurs et à d’autres membres du personnel des outils pour aborder les questions difficiles et les traumatismes – qu’eux-mêmes peuvent également avoir vécu personnellement.

Protéger les enfants

Le Conseil œcuménique des Églises (COE) a suscité une prise de conscience mondiale des abus et de la violence subis par les enfants par son engagement en faveur des droits de l’enfant et sa Politique pour la préservation de l’enfance, que tous les employés et volontaires dans les paroisses de tout le Groenland doivent connaître et signer.

«Nous organisons régulièrement des cours sur les droits de l’enfant et la politique a été mise en œuvre systématiquement. Elle est maintenant incluse dans les contrats que signent les nouveaux employés lors de leur embauche», souligne M. Winsløw.

La prochaine étape sera le lancement d’un programme éducatif global sur le traitement des traumatismes, développé par l’Institut de guérison des traumatismes de la Société américaine de la Bible et dirigé par la missiologue Harriet Hill, co-autrice d’un livre intitulé Healing the Wounds of Trauma (Guérir les blessures du traumatisme). Le diocèse du Groenland espère mettre en œuvre ce programme dans le courant de cette année, lorsque le matériel aura été traduit et adapté à la situation locale propre au Groenland.

«Traiter les traumatismes est en grande partie une question de prise de conscience, de courage et de compétences pédagogiques. Au Groenland, les défis sont extraordinaires, car nous faisons face à plusieurs types d’expériences traumatiques – et qui sont souvent liées entre elles. Les abus sexuels, l’inceste et la violence font généralement partie d’un schéma dans lequel l’aliénation ethnique, la perte d’identité, l’alcoolisme et les tentatives de suicide sont des ingrédients communs. Nos programmes éducatifs doivent prendre en compte de telles circonstances particulières afin d’être efficaces dans le contexte local», explique M. Winsløw.

Identifier les difficultés au plus tôt

Venant du métier d’enseignante, elle a été formée à identifier le plus tôt possible les difficultés des enfants et des adolescents. Cela lui a servi dans son poste actuel, où sa foi chrétienne et sa vocation pastorale complètent ses compétences pédagogiques.

«Le programme de traitement des traumatismes s’enracine dans la Bible et se base sur la science de la psychologie moderne. Tous les cours de ce programme incluent des références croisées aux deux. La compassion de Dieu nous aide à guérir les blessures», dit M. Winsløw.

Le programme ne s’adresse pas qu’aux jeunes, mais également aux adultes qui ont vécu des traumatismes semblables pendant leur propre enfance.

Pour la confirmation, le diocèse du Groenland a développé son propre matériel pédagogique, intitulé «Le Pacte – la réponse à vos questions», que M. Winsløw a elle-même écrit et illustré.

«Il est adapté à notre contexte et conçu spécifiquement pour faciliter le dialogue avec les jeunes autour des mêmes questions que notre programme de traitement des traumatismes. Les jeunes traumatisés ont souvent des difficultés à se concentrer. Établir un dialogue dans la confiance à propos de leur situation est un défi pédagogique», explique M. Winsløw, ajoutant que la confirmation est une occasion parfaite pour l’Église de s’engager dans un tel dialogue.

Lorsque les confirmations auront été célébrées, elle prendra un congé estival de ses responsabilités au bureau diocésain de Nuuk, la capitale du Groenland, et rejoindra le Commando arctique comme aumônière militaire. Travailler avec des soldats sera encore une autre expérience sur laquelle s’appuyer.

 

*Claus Grue est consultant en communication pour le Conseil œcuménique des Églises.

La vie de l’Église et les défis du climat au Groenland présentés dans une nouvelle série d’articles, Nouvelles du COE, 24 mai 2019, en anglais.

L’engagement du COE en faveur des enfants