World Council of Churches

Une communauté mondiale d'Églises, en quête d'unité, de témoignage commun et de service chrétien

Vous êtes ici : Accueil / Participez / Jeudis en noir

Jeudis en noir

Plaidoyer des Églises contre les violences sexuelles et sexistes: La campagne « Jeudis en noir » (« Thursdays in Black »)

Dans tous les pays, les violences sexuelles et sexistes constituent une réalité tragique. Ces violences sont souvent cachées, et les victimes préfèrent généralement garder le silence, de crainte d'être stigmatisées et de subir d'autres actes de violence.

Il nous incombe à tous de dénoncer les violences et de veiller à ce que les femmes et les hommes, les garçons et les filles, ne soient pas victimes de viols ni de violences à la maison, à l'école, au travail ou dans la rue.

Campagne « Thursdays in Black » : résistance et résilience
Cette campagne est simple mais profonde. Tous les jeudis, portez des vêtements noirs. Portez un badge et montrez ainsi que vous faites partie du mouvement mondial qui s'érige contre les attitudes et les pratiques autorisant le viol et la violence. Rendez hommage aux femmes qui résistent à la culture de l'injustice et de la violence. Encouragez les autres à vous rejoindre.
Le noir a souvent été utilisé avec des connotations racistes négatives. Dans le cadre de cette campagne, le noir représente la couleur de la résistance et de la résilience.

 

Qu'est-ce que la campagne « Thursdays in Black » ?

La campagne Thursdays in Black est née pendant la Décennie œcuménique des Églises solidaires des femmes (1988-1998), proclamée par le Conseil œcuménique des Églises (COE). Durant cette période, les récits de viols comme arme de guerre, d'injustices entre les sexes, d'abus, de violences et de tragédies liées à ces violences sont devenus d'autant plus visibles. Mais ce qui est également devenu visible, c'est la résilience, l'action et les efforts personnels des femmes pour résister à de telles violences.

La campagne s'est inspirée de différents mouvements :

  • L'association des Mères de la place de Mai qui, tous les jeudis, se rassemblaient sur cette place de Buenos Aires (Argentine) pour protester contre la disparition de leurs enfants pendant la dictature.
  • La communauté des Femmes en noir d'Israël et de Palestine, qui manifestent contre la guerre et les violences.
  • Des femmes au Rwanda et en Bosnie, qui protestaient contre le recours au viol comme arme de guerre pendant les génocides dans ces deux pays.
  • Le mouvement des Black Sash (écharpe noire), en Afrique du Sud, qui manifestait contre l'apartheid et l'usage de la violence à l'encontre des personnes de couleur noire.

Rejoignez ce mouvement de personnes et d'organisations qui peuvent avoir un impact sur les individus, les communautés et les forums politiques nationaux et internationaux.

Inspirez-vous des acteurs du mouvement : en Afrique du Sud et www.thursdaysinblack.com et en Nouvelle-Zélande.

Partagez vos photos de la campagne « Thursdays in Black » sur Twitter, Facebook et Instagram, accompagnées des hashtags #ThursdaysinBlack et #WCC.

Documents connexes

Flyers Jeudis en noir : fichier PDF ou version pour impression (avec traits de coupe)

Badges « Thursdays in Black »: print-ready pdf

Pour plus d'informations sur la campagne, envoyez un courrier électronique à media@wcc-coe.org.

Related News

Tu n’as rien ? Donne ton cœur

Tu n’as rien ? Donne ton cœur

S’il se trouve dans le monde quelque chose comme l’esprit d’humanité et qui évoque la volonté de Dieu en faveur de la paix et de la justice pour tous, alors l’équipe des pèlerins qui s’est rendue au Soudan du Sud cette semaine l’a rencontré.

Au Nigeria, la campagne des «Jeudis en noir» est florissante

Au Nigeria, la campagne des «Jeudis en noir» est florissante

Le pasteur Ikechukwu Anaga se souvient de l'époque où les gens ne connaissaient pas la campagne des «Jeudis en noir», le mouvement mondial de résistance contre les attitudes et les pratiques autorisant le viol et la violence.

La parole qui se libère à Hollywood laissera-t-elle dans l’ombre d’autres femmes blessées?

La parole qui se libère à Hollywood laissera-t-elle dans l’ombre d’autres femmes blessées?

L’évêque Mary Ann Swenson occupe une position unique en matière d’observation et de défense des droits des femmes ou, comme elle se hâterait de rectifier, du «traitement équitable des êtres humains» quel que soit leur sexe. En tant qu’évêque résidente de l’Église méthodiste unie à Hollywood, en Californie (États-Unis), elle exerce son ministère auprès de fidèles qui n’ont pas seulement assisté aux Golden Globe Awards de cette semaine: ils ont également concouru pour les prix décernés. D’autre part, en tant que vice-présidente du Comité central du COE, elle fait partie d’une paroisse mondiale qui se rend dans des communautés très éloignées des quartiers privilégiés d’Hollywood, où les violences faites aux femmes sont une réalité: leurs propres communautés ne leur reconnaissent aucun droit, notamment à la parole.