Image
Panelists of the 58th meeting of the WCC Commission of the Churches on International Affairs in Johannesburg, South Africa.

Le pasteur Frank Chikane, président de la Commission des Églises pour les affaires internationales du COE, s’exprime devant les membres de la Commission à l’occasion de sa 58e session à Johannesburg, en Afrique du Sud. 

Photo:

La célébration de prière d’ouverture a pris la forme d’un appel en xhosa, «mamelani, niyabizwa ezulwini», qui veut dire «écoute, tu es appelé-e par les Cieux», chanté par la chorale «Soweto Melodic Voices» de Johannesburg où le Conseil des Églises d’Afrique du Sud accueille la session de la Commission. 

Le président de la CEAI, le pasteur Frank Chikane, rappelle que depuis sa création, la Commission a pour tâche principale d’aider la communauté chrétienne dans toute sa diversité à «formuler l’esprit chrétien sur les grandes questions de ce monde et à porter cet esprit afin d’y apporter une réponse» dans le but d’éviter les conflits et la guerre. Selon les termes de la conférence de Cambridge et 1946, la CEAI a vu le jour pour «exécuter le travail auquel le dessein de Dieu et le désordre humain appellent les Églises».

Malheureusement, «de nombreuses Églises se contentent d’observer un statu quo, sans être prophétiques ni sources de réflexion théologique», déplore le pasteur Chikane dans son rapport aux membres de la Commission.

Le président de la CEAI est revenu sur les situations les plus saisissantes de son mandat au sein de la CEAI, lorsqu’il a été confronté aux questions critiques de notre temps, au gré des rencontres et auprès des souffrances et douleurs partagées, avec autant d’enseignements tirés en chemin.

«Nous avons pu toucher nos blessures mutuelles et nous tourner vers les solutions possibles», révèle le pasteur Chikane. «Pourtant, nous ne sommes pas toujours capables de faire un suivi de cette douleur. Se pose alors la question: est-il possible de toucher les blessures d’autrui et de ne pas partir avant leur guérison?»
 

Image
Choir sings and dances during the opening prayer of the CCIA 58th meeting

La célébration de prière d’ouverture de la 58e session de la CEAI-COE à Johannesburg, en Afrique du Sud, a été enrichie par la performance dynamique et vivante de la chorale «Soweto Melodic Voices».

Photo:

Peter Prove, directeur de la CEAI, a fait rapport des récents travaux du COE dans le domaine de la consolidation de la paix, du désarmement, de la riposte à la COVID-19, des initiatives face à l’urgence climatique, du développement durable, de l’analyse de la vision chrétienne des droits humains et de la planification de la 11e Assemblée du COE.

Les membres de la CEAI ont été chaleureusement accueillis et encouragés par le président du Conseil des Églises d’Afrique du Sud, Thabo Makgoba, archevêque anglican du Cap. «Nous nous souvenons des prophètes et pasteur-e-s qui ont dit la vérité au pouvoir, en Afrique du Sud comme ailleurs dans le monde. Nous vous portons dans nos prières, vous qui continuez à intervenir dans les contextes de crise qui balaient le monde d’aujourd’hui.»

En raison des conséquences toujours présentes de la pandémie de COVID-19, la 58e session de la CEAI adopte un format hybride avec une partie des membres de la Commission qui se rencontrent en personne à Johannesburg, en Afrique du Sud, et une partie qui la rejoint en ligne.

La Commission des Églises pour les affaires internationales du COE se réunira pour préparer la Onzième Assemblée du COE
Galerie photo de la 58e session de la CEAI
En savoir plus sur la Commission des Églises pour les affaires internationales du COE