Image
At the Karlsruhe train station
Photo:

Le rassemblement devrait avoir lieu à Karlsruhe, en Allemagne, en août-septembre 2022, autour du thème «L’amour du Christ mène le monde à la réconciliation et à l’unité».

C’est la première fois qu’une assemblée du COE a lieu en Europe depuis 1968.

S’exprimant lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion du Comité central du COE qui s’est tenue du 23 au 29 juin, Mme Abuom a déclaré que le thème évoquait le besoin de solidarité, de compagnonnage avec les Églises et les peuples d’Europe.

«Il ne pourrait jamais être aussi approprié, aussi pertinent avec le COVID, avec le déclin économique, avec les questions d’immigration, de migration et de réfugiés», a-t-elle déclaré en référence au thème.

La réunion du COE, qui a duré six jours et dont de nombreuses délibérations se sont déroulées en ligne, a permis de discuter des préparatifs pour l’Assemblée et de faire des recommandations au Comité de planification de l’Assemblée (APC) du COE.

L’évêque Petra Bosse-Huber, membre du Comité central de l’Église évangélique d’Allemagne (EKD), qui fait partie du groupe d’accueil de la réunion de Karlsruhe, a déclaré qu’elle espérait que l’Assemblée enverrait un «appel au réveil» dans le monde, qui a été mis à l’épreuve par la pandémie de COVID-19.

«Ce n’est qu’ensemble que nous parviendrons à relever les défis de cette époque», a-t-elle déclaré.

«Nous Églises européennes, avons besoin de cette rencontre avec les Églises du monde entier», a déclaré Mme Bosse-Huber. «J’espère qu’elles nous apprendront à voir notre travail et notre rôle en tant qu’Églises sous un angle différent.»

Elle a toutefois prévenu que l’on ne savait pas encore comment évoluerait la situation créée par la pandémie de COVID-19. Les hôtes et les partenaires en Allemagne, ainsi qu’en France et en Suisse voisines, suivent son évolution et sont en contact étroit avec les autorités, a-t-elle déclaré.

«Personne ne sait ce que sera l’avenir», a déclaré Mme Bosse-Huber, qui est également modératrice du Comité de programme du COE.

Répondant à une préoccupation exprimée par certains membres africains du Comité central concernant l’accès aux vaccins qui leur permettront de se rendre à l’Assemblée, elle a décrit cette question comme l’une des «questions vraiment dérangeantes», et qui ne s’applique pas seulement à l’Afrique.

 «Nous essayons de tout faire pour demander à notre gouvernement, à nos membres, de l’aide pour que la question de la justice vaccinale soit prise aussi sérieusement qu’elle le devrait», a déclaré Mme Bosse-Huber. «Il ne s’agit pas seulement de notre assemblée mais de la justice et de la paix dans le monde.»

Le métropolite Gennadios de Sassima, vice-modérateur du Comité central du COE et modérateur de l’APC, a déclaré que les Églises membres du COE avaient répondu positivement à l’invitation à nommer des délégués pour l’Assemblée.

Il a dit espérer que l’Assemblée de Karlsruhe rappellerait aux Églises leur engagement à poursuivre leur travail pour l’unité visible et la communion chrétienne, en un pèlerinage dont personne ne sera exclu.

La vice-modératrice du Comité central, l’évêque Mary Ann Swenson, a déclaré qu’elle attendait de l’Assemblée de Karlsruhe qu’elle donne un élan au cheminement commun des Églises dans l’avenir.

«Lorsque nous nous concentrons réellement sur l’amour du Christ qui nous met en mouvement, nous parlons de continuer, après Karlsruhe, à marcher ensemble dans la justice et la paix, à marcher ensemble pour veiller à l’intégrité de la création et traiter tous les problèmes climatiques et environnementaux du monde, à marcher ensemble pour mettre fin à la violence, et à la violence contre les femmes», a-t-elle déclaré.

Le secrétaire général par intérim du COE, le père Ioan Sauca, a décrit la recherche de l’unité comme le témoignage du Christ à ses disciples.

«En tant que personnes de foi, nous devons accepter ce pour quoi le Christ a prié», a-t-il déclaré.

«Nous avons tant de choses en commun, qui nous rassemblent en tant que chrétiens et nous aident à avancer ensemble, en témoignant au monde de nos valeurs communes», a déclaré le père Ioan.

«Ce que le COVID nous a aussi appris, c’est que ce ne sont pas seulement les chrétiens qui s’appartiennent les uns aux autres, mais les personnes du monde entier», a-t-il poursuivi. «Nous sommes liés les uns aux autres en tant que famille humaine, car le virus n’a pas choisi entre les confessions et les religions. Il a touché l’humanité.»

En savoir plus sur la 11e Assemblée du COE
Réunion du Comité central du COE 2021