Image
PhotoByMarceloSchneider_2021_03_04_24.jpg

Porto Alegre, Brésil - Une infirmière avec une ampoule du vaccin CoronaVac, mis au point par la société chinoise Sinovac Biotech et partiellement fabriqué localement par l'institut biomédical Butantan

Photo:

Pourquoi la vaccination est-elle importante ?
Dr Makoka : La vaccination est le seul moyen de prévenir certaines maladies incurables, comme la polio et la rage, et de contrôler les maladies très contagieuses comme la rougeole. Les vaccinations permettent d'éviter jusqu'à trois millions de décès chaque année. Grâce aux vaccinations, la variole a été éradiquée en 1979 et la polio le sera bientôt aussi. En plus de l'immunité personnelle, une personne vaccinée devient le "gardien de son frère" en brisant la chaîne de transmission, protégeant ainsi les autres de l'infection. La pratique de la vaccination n'est pas mentionnée dans la Bible. Cependant, la Bible parle d'anciens moyens de contrôle de propagation des maladies comme l'isolement des personnes infectées ou l'interdiction de manger des animaux malades ou morts. Ces méthodes n’étaient pas efficaces pour éviter la propagation des maladies mortelles ou très contagieuses.

Que peuvent faire les Églises pour protéger la santé des gens grâce aux vaccins ?
Dr Makoka : Les Églises peuvent contribuer au programme mondial de vaccination : Elles peuvent aider les gens à accéder à des informations exactes sur les vaccins et lutter contre la désinformation et les mythes qui peuvent les conduire à rejeter les vaccins au détriment de leur santé et de celle de leurs enfants.
Chaque année, environ 20 millions de nourrissons ne sont pas encore complètement vaccinés. L'Église peut s’appuyer sur ses structures pour soutenir, accompagner et inciter à se faire vacciner.
On assiste à une résurgence de la rougeole dans les pays où elle était auparavant contrôlée (Europe et Amérique) en raison d'une baisse de la couverture vaccinale. L'Église peut convaincre les réticents et promouvoir une théologie favorable à la vie tout en misant sur des tests de contrôle de la qualité afin de garantir la crédibilité de la vaccination.
Concernant le financement national largement insuffisant pour la vaccination, les Églises peuvent défendre et soutenir les efforts déployés pour obtenir un soutien financier et logistique en faveur des programmes nationaux de vaccination.
Les services de santé sont impactés par les conflits et les guerres. Aussi, les Églises peuvent prier et apporter leur soutien pour trouver des moyens pacifiques de résolution des conflits.

Qu'est-ce que l'immunisation ?
Dr Makoka : L’immunité fait référence à la capacité de l'organisme à résister aux maladies. Notre système immunitaire possède des dizaines de mécanismes qui fonctionnent de manière coordonnée pour nous aider à rester en bonne santé. Si certains de ces mécanismes sont innés et acquis, d'autres peuvent être stimulés pour produire une immunité spécifique. La vaccination est le processus d'administration d'une substance qui stimule l'immunité contre une maladie spécifique.

Quand et comment les vaccinations ont-elles commencé ?
Dr Makoka : Le mot "vaccination" a été inventé par le scientifique et médecin Edward Jenner en 1796 lorsqu'il a étudié et documenté le vaccin contre la variole. En effet, le terme "vaccin" est dérivé du mot latin signifiant "vache" car Jenner a utilisé du pus prélevé sur une pustule de cow-pox (maladie de la vache) ainsi que ses croûtes pour élaborer son vaccin contre la variole. La pratique de l'inoculation de la maladie pour prévenir des formes graves existait déjà en Chine, en Inde, en Éthiopie et en Afrique de l'Ouest au cours des siècles précédents avant de faire son apparition en Europe. Avant l'utilisation du vaccin, les épidémies de variole tuaient plus de 30 % des enfants infectés et ceux qui survivaient étaient généralement défigurés. Le vaccin contre la variole a ouvert la voie à la découverte de nombreux autres vaccins.

Combien de vaccins existent ?
Dr Makoka : Plus de 20 vaccins sont approuvés par l'Organisation mondiale de la Santé. On peut les classer comme suit :
Vaccins pour enfants : Ce sont la majorité des vaccins. Ils sont administrés aux enfants dès la naissance et doivent faire l’objet d’un rappel au cours des 24 premiers mois de l'enfant selon le calendrier de vaccination de chaque pays. Ils sont également appelés vaccins de base et comprennent les vaccins contre la polio, la coqueluche et la rougeole.
Vaccins relatifs à la santé génésique des femmes : Le vaccin antitétanique est administré aux femmes pendant la grossesse et le vaccin contre le PVH est administré aux préadolescentes pour les protéger contre le cancer du col de l'utérus. Pour renforcer la protection des femmes, les garçons peuvent également recevoir le vaccin contre le PVH.
Vaccins contre les épidémies : Ils ne sont administrés que lors d'épidémies (par exemple, le choléra).
Vaccinations professionnelles : Elles ne sont administrées qu'aux personnes qui sont exposées à un risque en raison de leur profession, par exemple, les vaccins antirabiques pour les vétérinaires.
Vaccinations post-exposition : Elles sont administrées uniquement aux personnes qui ont été exposées à un risque (par exemple, le vaccin antirabique après une morsure de chien).
Vaccins relatifs aux voyages : Ils ne sont administrés qu'aux personnes qui se rendent dans des zones à haut risque (par exemple, le vaccin contre la fièvre jaune).

A quelle fréquence dois-je être vacciné ?
Dr Makoka : De nombreux vaccins pour enfants sont réinjectés à intervalles réguliers pour garantir leur immunité. Mais une personne complètement vaccinée bénéficie généralement d'une immunité à vie sans qu'il soit nécessaire de la revacciner. Cependant, dans certains cas, l'immunité s'affaiblit avec le temps et une "dose de rappel" est administrée ultérieurement (par exemple, le tétanos).

Dois-je recevoir tous les vaccins ?
Dr Makoka : Comme nous l'avons dit précédemment, un vaccin confère une "immunité spécifique" uniquement contre une maladie spécifique. Dans l’idéal, il faudrait recevoir tous les vaccins. Cependant, certaines maladies ne sont présentes que dans certains pays ou certaines régions (par exemple, la fièvre jaune, la dengue, la méningite à méningocoques) et les vaccins ne sont donc administrés que dans les lieux concernés ou aux personnes qui y voyagent.

Les vaccinations sont-elles sûres ?
Dr Makoka : Les vaccins et les fabricants de vaccins qui ont été approuvés par l'Organisation mondiale de la Santé sont généralement sûrs. Tout risque associé est rare ou faible par rapport à la gravité des maladies. Les inquiétudes concernant la pureté des vaccins ou leur contamination par des produits chimiques indésirables peuvent être facilement vérifiées par des tests de contrôle de la qualité effectués par les organismes de réglementation de la santé publique et les laboratoires universitaires ou privés.

 

Les chrétiens doivent-ils se faire vacciner ?
Dr Makoka : Tout en nous en remettant à la providence de Dieu, nous prenons malgré tout des mesures de précaution. Cela n’altère en rien notre foi dans le Dieu souverain et affirme notre place en tant qu'acteurs importants dans le projet de Dieu. En tant que chrétiens, nous nous vaccinons par précaution comme disposition de Dieu et démonstration de notre confiance et de notre gratitude envers Dieu.
Malheureusement, des mythes et des informations erronées circulent sur les dommages causés par les vaccins. Cela a conduit à une résurgence des maladies dans des communautés où elles avaient été maîtrisées par le passé.

Les vaccinations sont-elles diaboliques ?
Dr Makoka : Les préoccupations quant au fait de savoir si les vaccins sont mauvais ou contraires à l'éthique trouvent leur origine dans des récits sur l’élaboration de certains vaccins et les soupçons sur les intérêts financiers des fabricants.  S’ajoute à cela la nécessité de défendre la liberté de choix dans un contexte de santé publique et de savoir si les vaccinations infantiles violent les droits des nourrissons qui ne peuvent pas décider par eux-mêmes. Certes, nous continuons à bénéficier d'inventions et de découvertes faites dans le passé qui utilisaient parfois des méthodes qui ne répondraient pas aux normes scientifiques et éthiques d'aujourd'hui. Nous les accueillons en toute confiance dans la grâce intemporelle de notre Seigneur. En outre, plusieurs scientifiques et médecins renommés ont réalisé des avancées considérables dans le domaine des vaccins grâce à leur foi en Dieu. Les risques sont rares ou faibles par rapport à la gravité des maladies. Pour chaque vaccin important, des tests approfondis sont effectués par les organismes de réglementation, des universités ou des laboratoires privés.

Page web des champions de la vaccination

Image
PhotoByAlbinHillert_20181203_AH1_0033.jpg

Dr Mwai Makoka

Photo: